Hoël Gaboriau. L’importance du dossier documentaire des travaux exécutés ou observations d’un étudiant en conservation-restauration à partir d’un échantillon de dossiers de restauration d’oeuvres sculptées protégées au titre des Monuments historiques

Le contenu de cet article concerne le dossier documentaire des ouvrages exécutés au travers d’exemples de dossiers de restauration des œuvres sculptées. Les exemples choisis sont conservés et consultables à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, et plus particulièrement à la documentation des objets mobiliers(1).

sap01_60v01803_p

Statue de la Vierge à l’Enfant de l’église d’Orcival (Puy-de-Dôme), en cours de restauration. Phot. Ferron (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 60V01803)

Le dossier dit de restauration dénommé « dossier documentaire des travaux exécutés pour les objets mobiliers » selon la terminologie du Code du patrimoine et la réglementation de référence est le document rendu par le restaurateur à l’issue de son intervention en conservation restauration(2). Conformément à la norme européenne(3), la conservation-restauration se définit par :

« les mesures et actions ayant pour objectif la sauvegarde du patrimoine culturel, dans le respect de son intérêt patrimonial, tout en garantissant son accessibilité aux générations présentes et futures. Note 1 : La conservation comprend la conservation préventive, la conservation curative et la restauration. Note 2 : Le terme « conservation-restauration » est surtout utilisé dans le domaine du patrimoine culturel mobilier. […] Note 4 : Toutes les actions de conservation sont fondées sur des preuves documentaires et/ou matérielles. »

En confrontant les textes réglementaires et quelques exemples de rapports d’intervention récents, il sera possible de mettre en évidence les décalages qui peuvent parfois exister entre les dossiers attendus et les dossiers rendus.

 

sap83_25w00213_p

Détail du visage de la Vierge à l’Enfant de l’église du Bizot (Doubs), en cours de restauration. Phot. restaurateur (MAP, 25W00213)

On pourrait croire qu’aucune convention ou modèle-type n’existe pour la réalisation du dossier de restauration et que son contenu dépend de la formation du conservateur-restaurateur, de sa volonté de transparence ou de son bon vouloir. Or le Code du patrimoine et la réglementation sur les Monuments historiques donnent pourtant un cadre. Il indique pour les travaux sur un immeubles classé comportant des éléments de décor sculpté :

« Lors de l’achèvement des travaux, le dossier documentaire des ouvrages exécutés est remis en quatre exemplaires par le maître d’œuvre au maître d’ouvrage, qui en transmet trois exemplaires au service déconcentré chargé de l’architecture et du patrimoine. Ce dossier comprend un mémoire descriptif accompagné de documents graphiques et photographiques, une copie des mémoires réglés aux entreprises, ainsi que les attachements figurés éventuellement fournis par elles, les rapports des intervenants spécialisés, la liste des matériaux utilisés et leur provenance. S’agissant des interventions sur les œuvres d’art, peintures murales, sculptures, vitraux incorporés à l’immeuble, le dossier documentaire inclut des copies des protocoles d’intervention des restaurateurs mentionnant les produits utilisés et des documents figurés présentant l’œuvre avant, pendant et après restauration. Les documents préparatoires, études scientifiques ou techniques et diagnostics sont joints au dossier s’ils éclairent utilement les travaux réalisés(4).

Pour une intervention sur un objet mobilier :

Lors de l’achèvement des travaux, trois exemplaires du dossier documentaire des travaux exécutés sont remis par le maître d’ouvrage au conservateur des antiquités et des objets d’art ou au service déconcentré chargé de l’architecture et du patrimoine s’il s’agit de travaux sur un orgue classé. Ce dossier comprend une copie des mémoires réglés aux entreprises et une copie des protocoles d’intervention des restaurateurs mentionnant les produits utilisés et des documents figurés présentant l’œuvre avant, pendant et après restauration. Les documents préparatoires, études scientifiques ou techniques et diagnostics sont joints au dossier s’ils éclairent utilement les travaux réalisés. Ce dossier peut être appelé rapport d’intervention(5). »

Dès le début du XXe siècle, la loi du 31 décembre 1913 dans le chapitre II sur les objets mobiliers prévoyait que les interventions sur les objets classés soient soumises à autorisation :

« Les objets classés ne peuvent être modifiés, réparés ou restaurés sans l’autorisation du ministre des beaux-arts ni hors la surveillance de son administration. »

En 1964, la Charte de Venise impulse une dynamique internationale pour que les restaurateurs produisent des dossiers exhaustifs à l’issue des travaux et que ces dossiers soient rendus plus accessibles. L’article 16 de la Charte indique :

« Les travaux de conservation, de restauration et de fouilles seront toujours accompagnés de la constitution d’une documentation précise sous forme de rapports analytiques et critiques illustrés de dessins et de photographies. Toutes les phases de travaux de dégagement, de consolidation, de recomposition et d’intégration, ainsi que les éléments techniques et formels identifiés au cours des travaux y seront consignés. Cette documentation sera déposée dans les archives d’un organisme public et mise à la disposition des chercheurs ; sa publication est recommandée(6). »

De nos jours, le Code du patrimoine règlemente les demandes d’autorisation de travaux, l’exercice du contrôle scientifique et technique des services de l’État et le contenu attendu d’un dossier de restauration.

« La demande d’autorisation de travaux pour un objet classé et la déclaration préalable pour un objet inscrit sont accompagnés d’un dossier décrivant les travaux projetés qui comprend le constat d’état, le diagnostic et les propositions d’intervention ainsi que des photographies permettant d’apprécier l’état de l’objet et le projet de travaux (R.622-12 et R.622-39 du Code du patrimoine).(7)« 

sap83_02w00489_p

Statue de la cathédrale de Soissons (Aisne), en cours de dépose. Phot. restaurateur (Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, 02W00489)

En consultant différents dossiers, il est apparu que les éléments demandés ne sont pas toujours présents ou pas de manière aussi précises qu’il le faudrait. Les exemples analysés correspondent à des interventions récentes. Les rapports sont rédigés par les restaurateurs à la suite de leurs interventions. Le premier exemple est intitulé « Dossier de travaux » et daté de 2012. Il s’agit d’un dossier d’intervention qui concerne un ensemble de statues dont plusieurs ont été classées au titre des Monuments historiques quelques années avant leur restauration. Certaines sont en bois polychrome et d’autres en pierre peinte. La première page du rapport comporte les photographies de chaque œuvre restaurée, le lieu et la date de l’intervention. Ensuite une liste des interventions effectuées est présentée sur une ou plusieurs pages. Les étapes sont présentées par des tirets et ordonnées chronologiquement.

Puis chaque œuvre fait l’objet d’une présentation sommaire : département, commune, édifice, titre, dimensions, classement Monuments historique et époque, puis suivent une description et une liste des altérations. Un ensemble de photographies, avant, pendant et après l’intervention accompagne cette description. Ce document présente quelques manques : aucun auteur ou destinataire n’est indiqué dans la page de titre. De plus les interventions sont peu détaillées et résumées sur une simple page sous la forme de tirets. De façon similaire, les altérations sont exposées sous forme de liste. On ne trouve pas de schéma ou de photographie détaillée permettant de localiser précisément les interventions. Certaines photographies sont de qualité très moyenne : prises en contre-jour ou avec très peu d’éclairage.

Les indications relatives aux produits utilisés sont peu précises. On peut essayer d’analyser les informations relatives à un cas de consolidation d’une statue en bois effectuée au Paraloïd® B à 5% en dilution cétonique ce qui indique l’utilisation d’une cétone comme solvant donc très probablement de l’acétone mais ceci n’est pas précisé. Ce solvant s’évapore très rapidement et a tendance à faire jaunir l’adhésif. Le choix de ce solvant pour une consolidation n’est pas assez argumenté. Pour la consolidation des solvants à évaporation lente est privilégié généralement le xylène qui présente aussi une bonne affinité avec le Paraloïd® B72. Le lecteur du rapport est amené à s’interroger : pourquoi avoir noté Paraloïd® B ou faut-il supposer l’utilisation d’un mélange de Paraloïd® (B72 et B44 par exemple) ?(8) Le Paraloïd® B72 est une résine copolymère de méthacrylate d’éthyle et d’acrylate de méthyle. D’autres résines acrylique sont commercialisées sous le nom Paraloïd® comme le Paraloïd® B44 (méthacrylate de methyle). Le Paraloïd® B72 est régulièrement utilisé en restauration comme adhésif dans le collage, le fixage de polychromie, la consolidation ou la retouche. Néanmoins, malgré sa grande résistance au vieillissement, il présente deux inconvénients : la brillance qui rend impossible le refixage de polychromie mate qui risque de rendre brillant un bois suite à une consolidation et la température de transition vitreuse peu élevée. Un mélange de Paraloïd® B72 et B44 est régulièrement employé dans le but d’obtenir une température de transition vitreuse plus élevée que le B72 seul. Le restaurateur mentionne aussi une passivation des armatures métallique et consolidation des assemblages en changeant des chevilles de fixation. Les raccords décrits ont été réalisés en époxy au niveau des assemblages. La sculpture en question a ensuite été dépoussiérée et sa polychromie refixée à l’aide d’acétate de polyvinyle. Le dossier mentionne des bouchages au Modostuc® dans les lacunes. Le vernis a été allégé et des retouches ont été réalisées avant de passer une couche de cire microcristalline. En l’absence de constat d’état détaillé et de schéma de localisation, l’allégement du vernis est difficile à préciser.

Dans un autre cas, le rapport d’intervention ne contient pas réellement de page titre mais porte l’indication « fiche technique ». Il se compose de deux pages synthétiques, une première pour l’identification de l’œuvre et quelques lignes décrivant un essai de dégagement de la peinture :

« Dégagement de la peinture par application de gel de solvant (type chlorure de méthylène afin de ramollir la couche épaisse du badigeon : – clivage au scalpel ; – finition à la brosse douce sur l’ensemble… »

Le dossier regroupe quelques photographiques. Ce document ne contient pas non plus de constat d’état préalable. Aussi est-il difficile de comprendre pourquoi cette couche de peinture a dû être retirée. La nature et les justifications de l’intervention ne sont pas précisées. Le dégagement par application de gel de solvant est évoqué sans indiquer précisément la composition du gel.

sap83_03w00899_p

 

sap83_03w00898_p

Statue de la Vierge à l’Enfant de Verneix (Allier), avant et après. Phot. Maimponte (MAP, 03W00898)

Ces exemples de dossiers montrent qu’il existe parfois un décalage entre les dossiers rendus et ceux attendus. Pourtant ces dossiers récents devraient témoigner des avancées méthodologiques, scientifiques et technologiques et des évolutions de la profession depuis un certain nombre d’années. On pourrait remonter aux ouvrages de Magdeleine Hours qui comme Les secrets des chefs-d’oeuvre publié en 1964(9), ont contribué à présenter diverses avancées scientifiques liées à la radiographie ou aux analyses sous éclairage ultraviolet ou infra-rouge. La création des laboratoires spécialisés dans l’étude et le traitement des biens culturels va permettre la création de véritables dossiers scientifiques qui complètent le travail des restaurateurs et des conservateurs. Ces années sont révélatrices de la réflexion au cœur  des musées et de la conservation des Monuments historiques et de l’impact des sciences pour approfondir la compréhension des techniques, des matériaux et des altérations. La mise en évidence de l’intérêt de la collégialité et du partage des connaissances créent une sorte de rupture avec les générations précédentes de restaurateurs, avant tout praticiens, gardant le secret de leurs techniques et procédant par empirisme. C’est ainsi que Pierre Leveau les décrit dans son article(10):

« La plupart des praticiens étaient simultanément restaurateurs et fabricants […]. Les meilleurs conservaient le secret de leurs découvertes et ne les transmettaient qu’à leur successeur : à défaut de privilèges, ces secrets d’ateliers étaient le seul moyen pour ces praticiens indépendants de verrouiller le marché et de protéger leur activité. »

Ce principe de secret d’atelier étant incompatible avec la Charte de Venise de 1964 et une volonté commune, issue des réflexions menées par l’Office international des musées avant la seconde guerre mondiale de faire des restaurateurs des scientifiques travaillant avec l’apport des nouveaux outils de recherche. C’est dans cet esprit que les formations de restauration ont été créées : la Maîtrise des sciences et techniques de conservation des biens culturels à l’Université Paris I-Sorbonne en 1973 ; l’Institut français de restauration des œuvres d’art en 1977 et le cursus de conservation-restauration des œuvres sculptées de l’école des Beaux-Arts de Tours. Au début des années 1980, une dynamique d’échanges et de médiation scientifique est lancée entre les restaurateurs, les conservateurs et le public. Cet esprit persiste aujourd’hui même si certains facteurs récents pour la profession comme les appels d’offre risquent d’avoir des effets néfastes. Comme l’indique Roch Payet dans un entretien publié par CeROArt(11):

« Concernant les appels d’offre, leur généralisation a eu un effet dévastateur à partir de la fin des années 80. Le climat de coopération scientifique qui régnait à l’époque entre restaurateurs, formés dans un esprit de rupture avec les anciens « secrets d’atelier », a rapidement été remplacé par une défiance et une morosité qui sclérosent la profession. »

De plus la rédaction d’un dossier de restauration de qualité demande un investissement en temps qui n’est pas forcément un temps rémunéré pour le restaurateur. Ces deux phénomènes tendraient-ils à rendre les dossiers moins pertinents voire moins complets ?

Les exemples vus plus hauts sont probablement des exceptions. La grande majorité des dossiers sont le plus souvent exhaustifs et suivent les recommandations propres à la déontologie de la profession. Le dossier de restauration est un authentique document scientifique qui permet d’étudier l’œuvre en détail, dans une approche complémentaire de celle de l’histoire de l’art, s’appuyant sur l’étude matérielle de l’œuvre. Ce regard peut être complété par des analyses de laboratoire et par l’étude dans les archives des interventions anciennes. Les études préalables enfin permettent utilement de documenter et de justifier de traitements complexes. Cela permet au lecteur spécialisé de comprendre la méthodologie qui a guidé le restaurateur en concertation avec le conservateur voire avec un comité scientifique. Un dossier complet et argumenté est donc une réelle nécessité.

Notes

(1) La Médiathèque de l’architecture et du patrimoine signale les dossiers de restauration dans la base de données Mediathek consultable en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/mdp_fr?ACTION=RETOUR&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P
(2) Voir les termes relatifs aux interventions sur les Monuments historiques de la direction générale des patrimoines : glossaire du Ministère de la Culture et de la communication – direction générale des patrimoine – janvier 2013, p.6
http://www.culturecommunication.gouv.fr/2012-022_Glossaire_termes_MH.pdf [en ligne, consulté le 30 juin 2015]
(3) Norme européenne EN 15898 : 2011 (F) Terme 3.3.1
(4) R.621-17 du Code du patrimoine et paragraphe 4.2.3.6 de la circulaire 2009-022 du 1er décembre 2009 relative à la maîtrise d’œuvre
(5) « L’objet monument historique : protection, conservation, restauration et présentation », in Monumental, n°1, 2011
(6) Charte internationale sur la conservation et la restauration des Monuments et des sites (Charte de Venise 1964), IIe Congrès international des architectes et des techniciens des monuments historiques, Venise, 1964. Adoptée par ICOMOS en 1965.
(7) Voir : http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiques-ministérielles/Monuments-historiques/Invervenir-sur-un-monument-historique/Proteger-conserver-et-gerer-les-objets-mobiliers
(8) Sur ce sujet, voir Masschelein-Kleiner, Liliane, Les Solvants, Bruxelles, 1994 et La conservation du bois dans le patrimoine culturel, actes des journées d’études de la SFIIC, Besançon-Vesoul, 8-9-10 novembre 1990, Champs-sur-Marne, 1990
(9) Hours, Magdeleine, Les Secrets des chefs-d’oeuvre, Paris, R. Laffont-Del Duca, 1964, rééd. 1982, nouv. éd., R. Laffont, 1988
(10) Leveau, Pierre, « L’enquête sur la formation des restaurateurs dans l’Entre-Deux-Guerres : transformation d’un métier et reconnaissance d’une profession (1929-2011) », 2014, CeROArt, http://ceroart.revues.org/3772 [consulté le 15 juin 2015]
(11) Payet, Roch, « Lieux de connaissance(s) », 2014, CeROArt, http://ceroart.revues.org/3743 [page consultée le 14 juin 2015]

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *