Mathilde Jonghmans. Retables de l’église Notre-Dame des Anges à Collioure

Cet article porte sur un dossier d’archives conservé à la médiathèque du patrimoine et de l’architecture. Celle-ci conserve des archives relatives à l’église Notre-Dame des Anges de Collioure (Pyrénées-Orientales) car l’église a été classée au titre des Monuments historiques en 19231.

Il s’agit de mettre en évidence l’organisation de la conservation et de la préservation d’un ensemble de retables classés conservés dans un même lieu. Après avoir présenté les différents retables, nous nous pencherons sur les documents en eux-mêmes pour mettre en avant leur type, leurs auteurs, la période couverte puis les difficultés rencontrées (manques, graphie, etc.). Puis, à partir du dossier communiqué, nous mettrons en avant les différentes interventions mentionnées en présentant le contexte, les maîtres d’ouvrages et les maîtres d’œuvre ; le tout sera commenté dans la mesure du possible. Enfin, cette partie sera agrémentée de photographies et de plans trouvés sur les différentes bases de données afin comprendre le contexte et de se faire une idée précise des œuvres mentionnées.

Question du classement des retables aux monuments historiques

Historique des classements des retables

Avant de présenter le dossier d’archives en lui-même, il est intéressant de revenir sur la définition d’un retable et de sa fonction pour comprendre leur processus de classement aux Monuments historiques.

Le retable est, selon André Chastel « un objet privilégié dans l’église, mis en évidence par sa position sur l’autel, lieu du sacrifice de la messe, au centre de la perspective du vaisseau. Il constitue par son volume, son articulation, son style, l’un des facteurs essentiels de l’espace intérieur. Il constitue aussi la grande illustration liturgique de l’Eglise dont il déclare le culte principal. »2. Le retable vient du latin retro tabulam (derrière la table) est un élément qui participe à la liturgie dans le culte catholique. Il s’agit dans les premiers temps d’un ornement d’autel. Peu à peu, il s’en détache pour devenir une véritable architecture indissociable du contexte pour lequel il a été créé.

Ainsi, il faut mentionner que les premiers retables en bois polychrome ont été repérés et listés en lien étroit avec les édifices. Sur la liste de 1840, on mentionne trois retables en bois du XVIe siècle :

  • Le retable du Rosaire de la cathédrale de Tréguier (Côte d’Armor)
  • Le retable de l’église abbatiale de Saint-Antoine-l’Abt (Isère)
  • Le retable de l’église collégiale de Montrésor (Indre-et-Loire)

Les premiers retables sont classés en tant qu’objets à partir de la mise en application de la loi sur les Monuments historiques de 1887. Il s’agit par exemple des retables du XVIe siècle des églises de Mareuil-en-Brie (Marne), Fromentières (Marne) et de deux retables du XVe siècle de la Vierge et de la Passion de l’église de Ternant (Nièvre) ou encore celui du XVe siècle de Baume-les-Messieurs (Jura) et celui de Maignelay (Oise).

Dans les années suivants 1905, suite la loi de Séparation des Eglises et de l’Etat, on assiste à une accélération des mesures de classements. C’est dans ce contexte que sont classés le maître-autel et le retable dédié à saint Vincent de l’église de Collioure. Ces mesures de classement sont également dues à l’obligation, faite en 1907, aux conservateurs des antiquités et des objets d’art de confirmer ou d’infirmer dans une durée de trois ans le classement systématique pour les œuvres antérieures à 18003.

Retables catalans

Comme l’expliquent les actes des journées d’études des conservateurs des antiquités et objets d’art intitulés « Regards sur les retables en bois polychrome : architectures ou théâtres d’images » rédigés en 2004 sous la direction d’Hélène Palouzié, environ sept cents à huit cents retables des XVIIet XVIIIe siècles sont conservés dans les Pyrénées-Orientales dont environ trois cents sont classés au titre des Monuments historiques. Cet important corpus est dû à la situation politique de la région au cours des différentes époques. La région dépendait du royaume d’Espagne durant les guerres de religions en France et elle relevait de la France durant la guerre civile espagnole. Les retables ont été préservés des désastres des différentes guerres. Par conséquent, les ambitions religieuses au service de la liturgie se sont traduites par une accumulation d’œuvres d’art sans rupture. On peut donc, observer dans un même édifice son évolution décorative du Moyen-Âge au XIXe siècle.

Comme l’ont publié les spécialistes du sujet, l’âge d’or du retable catalan s’étend du deuxième tiers du XVIIsiècle au premiers tiers du XVIIIe siècle. Cette production se caractérise par une structure du retable prenant la forme d’une véritable architecture qui ordonne et sépare le contenu narratif par des colonnes et des entablements. Jusque dans les années 1650, les retables sont généralement ornés de panneaux peints et des sculptures ornent les niches centrales. Après cette date, les panneaux peints sont remplacés par des bas-reliefs. Au même moment, apparait la formule du retable à statues. Seules les prédelles sont encore ornées de bas-reliefs. La structure architectonique évolue en fonction de l’époque. Dans les années 1670-1680, le baroque surpasse les autres styles, tandis qu’au tournant du XVIIIe siècle, les formes se détendent et se calment  en trouvant inspiration dans l’architecture française. Les retables sont tous des ensembles, menuisés et sculptés occupant la totalité de l’espace disponible. Ils présentent quasiment tous une finition fine et précieuse, dorure et polychromie. Cette étape est indispensable. Généralement, ces travaux de peinture et de dorure sont chiffrés et se retrouvent dans les contrats. La valeur de ces travaux peuvent monter jusqu’au double du prix de la construction et de la sculpture du retable. Ce coût explique dans certains cas, la double datation des retables. Les surfaces sont tout d’abord préparées avec plusieurs couches de gesso. Ils pouvaient être recouverts de dorure pleine. Cette mode se rencontre au début du XVIIe siècle. La majorité des retables reçoivent une polychromie sur. Le retable est entièrement doré. Le peintre recouvre l’or de couleur et avec la technique de l’estofadora, il découvre l’or en grattant la polychromie, lui permettant de créer une infinité de motifs. La peinture est à base de blanc d’œuf ou de caséine. Elle a pour but d’imiter les tissus précieux de l’époque. Les surfaces terminées ne reçoivent aucun vernis

Altérations fréquemment rencontrées sur ces retables

Ces retables rencontrent de nombreux problèmes de conservation notamment dues à l’altération du support entraînant une perte de la polychromie et de la dorure.

L’altération du support en bois est due à l’utilisation de bois tendres tel que le pin, car ceux-ci sont majoritairement victimes d’attaques d’insectes xylophages. Ces attaques entrainent des problèmes mécaniques affectant la structure (affaissement d’une ou plusieurs parties, rupture des assemblages). De plus, l’attaque débute généralement sur la face arrière du retable, car elle n’est pas protégée par la polychromie. De plus, l’humidité et la chaleur entre l’arrière du retable et le mur favorisent le développement des insectes. Ainsi, l’attaque n’est pas visible de suite. Deux cas peuvent se présenter. Le bois malgré l’infestation, conserve ses qualités mécaniques. Les réparations peuvent s’effectuer par greffe ou collage. Cependant, dans la majorité des cas, le bois est tellement rongé qu’il n’a plus aucune résistance mécanique. L’intervention devra permettre de redonner au bois une cohésion. Ainsi, le bois est immergé dans une résine acrylique. L’opération s’effectue par trempage ou par injection en fonction de la taille des pièces. L’inconvénient majeur de cette méthode est le démontage du retable car, celui-ci, conservant sa polychromie et sa dorure, ne peut supporter sans perte des efforts mécaniques dus à la dépose. Enfin dans les cas extrêmes où il ne reste que la couche de polychromie, il faut envisager le remplacement des pièces vermoulues, en transposant sur un matériau sain la polychromie.

La sculpture des retables peut être classée en trois catégories : la sculpture ornementale, les bas-reliefs historiés et la ronde-bosse. Le problème majeur de la sculpture ornementale est lié à la technique de conception. En effet, les différents ornements sont dégagés de panneaux, composés eux-mêmes de planches collées, et rapportés par collage sur la structure principale. Ainsi, ces éléments avec le temps se sont détachés puis ont été pour la plupart perdus. Les éléments perdus ou cassés ne sont pas toujours réintégrés. Les têtes ou les membres d’une scène historiée ne seront pas refaits, par contre des motifs végétaux type rinceau dont la symétrie est participe à l’image de l’œuvre seront remodelés avec une pâte (mélange de colle et de sciure de bois) ou avec du plâtre. Les sculptures en ronde-bosse (saints, angelots, etc.) sont généralement moins altérées car elles ont été taillées dans une pièce de bois massive. Parfois, l’arrière des figures a été évidée afin d’éviter l’apparition de fentes.  Les membres ont été rapportés. Ainsi, la perte de ceux-ci ou des auréoles sont les altérations les plus courantes : ils ne seront pas restitués pour souci d’authenticité.

Une grande variété d’altérations est observable sur les polychromies et dorures. Elles peuvent être dues à des accidents extérieurs (chocs, brûlures de bougies, nettoyages agressifs, etc.), à l’encrassement et enfin à une altération du gesso réagissant avec l’humidité4.

Présentation de l’édifice et des retables

Historique de l’édifice

L’église paroissiale date XVIIIe siècle. Elle fut construite en 1684 suite à la destruction ordonnée par Vauban en 1672 de l’ancienne église Sainte-Marie. La tour de l’ancien phare est transformé en clocher en 1693.

Il s’agit d’un édifice semblable à tous les édifices du Roussillon aux XVIIe et XVIIIe siècles, dérivé du style gothique méridional. Extérieurement, il s’agit d’un rectangle régulier dont l’abside n’est pas apparente5.

La nef est flanquée de chapelles rectangulaires et se termine par une abside semi-circulaire vouté en cul de four6. La première chapelle au nord-ouest est dédiée à Notre-Dame de Lourdes, la suivante à Saint-Éloi, puis à Saint-Vincent, puis au Saint-Sacrement. Les chapelles du bas-côté sud sont dédiées respectivement, en partant de la chapelle la plus à l’ouest, à Sainte-Lucie, au Précieux-Sang, à Saint-Joseph et enfin à Notre-Dame-du-Rosaire.

Chaque chapelle, à l’exception de celle dédiée à Notre-Dame de Lourdes, est agrémentée d’un retable.

Présentation des retables mentionnés dans le dossier

Maître-autel et son retable

Le maître-autel et son retable dédié au Triomphe de la Vierge. Il a été conçu et mis en place de 1698 à 1705 par le sculpteur Joseph Sunyer7. L’ensemble est en bois peint et doré. Propriété de la commune, il a été classé au titre d’objet par l’arrêté du 5 décembre 19088. Joseph Sunyer a commençé à construire le retable de l’église de Collioure alors qu’il travaillait encore sur celui de Prades. En octobre 1698, Sunyer passa un contrat avec la fabrique de Collioure. Il s’engageait à ériger ce monument religieux en l’espace de quatre ans. L’ensemble du retable de l’église de Collioure forme un portique à trois étages que séparent des frises à corniches accentuées, et qui sont supportées par des colonnes torses sur lesquelles s’entrelacent des guirlandes. La statue de la Vierge est installée au milieu de l’architecture. Sur la partie supérieure de l’édifice, on distingue l’image de saint Pierre. Les statues des apôtres sont placées sur les côtés, aux divers étages du monument. Dans les intervalles qui séparent, les statues, se trouvent des tableaux polychromés représentant les mystères de la Nativité, de l’Epiphanie, de la Visitation et de l’Annonciation. Deux médaillons manquent à l’ensemble. Ils ont été remplacés par une toile à sujet religieux. Le piédestal du maître-autel de Collioure a été placé en avril 1699. En avril de l’année suivante, les statues de la Vierge, des apôtres situés sur la première rangée du monument et des doux tableaux qui retracent les scènes de la vie de la Vierge ont été installés et bénis. La cérémonie fut présidée par l’abbé Riera, curé d’Argelès, délégué par l’évêque d’Elne, Jean de Flamenville. Les autres statues des apôtres avaient été placées dans le courant de l’année 1701. En décembre de cette même année, le prieur du convent des dominicains de Collioure bénit ces diverses images qui occupaient chacune leur place respective. Lorsque le retable de l’église de Collioure fut élevé, un peintre nommé Joseph Babores a été chargé de la décoration. Cet artiste a exécuté son travail pour la somme de cinq cents livres9.

Retable de la vie de saint Vincent

Il a été réalisé par Louis Baixa en 1714.  Le retable est en bois peint et doré. De part et d’autre de saint Vincent, le bienheureux Pierre Cuva et à gauche, sainte Eulalie, épouse de saint Vincent sont représentés. Au sommet du retable, deux médaillons représentant sainte Julie. Plus bas, trois panneaux peints représentent des scènes de la vie de saint Vincent. Comme le retable du maître-autel, ce retable appartient à la commune, et il a été classé en même temps que ce dernier au titre d’objet mobilier le 5 décembre 1908. Il est fait mention que le retable a été restaurée10.

Fragment de retable

Dans l’église, la commune conserve un fragment de retable de la seconde moitié du XVe siècle. Il s’agit d’un panneau de bois peint représentant une Vierge de Miséricorde.  La peinture est rehaussée d’éléments en stuc. Une arcade en accolade, polylobée et à crochets surmonte le panneau. Il mesure 136 cm de haut sur 160 cm de large. Il a été classé aux Monuments historiques au titre d’objets (panneaux peints) le 18 décembre 196411.

Retable de sainte Lucie martyre

Le retable de la chapelle Sainte-Lucie (première chapelle dans le bas-côté sud) est en bois taillé peint et doré. Il pourrait s’agir d’une œuvre de Louis Baixa datant de 1719. Le retable se compose deux registres de sculptures. Au premier registre, de gauche à droite, on retrouve une sainte Barbe, une sainte Lucie et une sainte Marthe. Puis au second registre, il y a sainte Catherine d’Alexandrie, sainte Agnès et sainte Agathe. Une peinture représente sainte Madeleine dans sa grotte. Il est considéré comme un retable dédié à des saintes thaumaturges. Il a été classé au titre d’objets aux monuments historiques le 29 avril 1993. Il appartient à la commune de Collioure12.

Retable du Saint-Sang

Le retable du Saint-Sang, désigné comme le retable du Christ dans le dossier, est en bois peint et doré. La fiche Palissy13 indique que le retable devait être à l’origine doré puis qu’il a été repeint en gris. Il date de 1708 et a été commandé par la confrérie du Précieux-Sang à Joseph Sunyer. Le retable a été classé au titre d’objet aux monuments historiques le 7 octobre 1981.

Retable dédié à  saint Joseph

Puis, le dossier mentionne le retable dédié à saint Joseph. En bois peint et doré, il date du dernier quart du XVIIe siècl, et il provenait de l’ancienne église des Dominicains de Collioure, fermée au moment de la Révolution française. Propriété de la ville de Collioure, il est classé au titre d’objets aux Monuments historiques le 7 octobre 198114.

Retable de la vie de saint Eloi

Le retable de saint Eloi est comme les autres retables, en bois peint et doré. Sur les portes, sont représentés dans des médaillons, le Christ et la Vierge. Sur la prédelle, deux scènes sont peintes : le miracle des poissons et saint Antoine lisant. Ensuite, des statues saint Antoine de Padoue, saint Eloi et saint Antoine ermite prennent place au premier registre. Enfin, au deuxième registre sont représentées de part et d’autre de saint François Xavier, sainte Eulalie et sainte Julie dans des médaillons soutenus par des anges. Le retable a été exécuté entre 1716 et 1734. Quatre artistes ont travaillé à la réalisation de l’ensemble : Louis Baixa comme sculpteur, Sauveur Sancla et Joseph Badores comme peintres et la menuiserie a été confié à Venyals. Il s’agit d’une commande de la confrérie de Saint-Eloi passée en 1716. Comme le retable de saint Vincent, il a été classé au titre d’objets aux monuments historiques le 7 octobre 198115.

Dossier d’archives

Le dossier regroupe un certain nombre de documents et notamment de nombreuses lettres entre les architectes, les inspecteurs des monuments historiques et les différents chefs de bureau des monuments historiques. Il recouvre la période de 1908 à 1968.

Présentation des documents existants

Tout d’abord, on trouve l’arrêté du 5 décembre 1908 qui classe au titre des monuments historiques deux retables de l’église de Collioure ; il s’agit du maître-autel et de son retable, et le retable de la chapelle Saint-Vincent. Ce sont les deux premiers objets classés au titre de monuments historiques dans ce lieu.

Ensuite, le dossier comprend un certain nombre de lettres, notes ou « minutes » manuscrites ; elles ont le plus souvent à voir avec une demande en rapport avec les travaux à entreprendre pour la préservation des retables : on peut citer par exemple, le cas de la minute du 25 août 1937 rédigé par R. Gradan, directeur général des Beaux-Arts et des monuments historiques à Nodet, architecte en chef. Il est question dans cette missive de débloquer rapidement les fonds car la restauration du retable de la chapelle Saint-Vincent devient urgente ; la graphie de certaines notes n’est pas aisément déchiffrable. Cependant, pour une meilleure lisibilité, certaines ont fait l’objet d’une transcription dactylographique ; c’est le cas de la note de Louis-Philippe May, inspecteur des monuments historiques, datant du 19 février 1948. L’écriture est assez chaotique. Pour des soucis de facilité et de compréhension, au lieu de joindre une copie de la note, Robert Brichet, sous-chef du bureau de la Documentation Générales Fouilles et Antiquités transcrit la note au chef du bureau des Travaux et des Classements le 3 mars 1948. C’est aussi le cas pour la réponse de Jean Verrier le 4 mai 1955. Au document officiel manuscrit, on a joint une copie dactylographiée de la réponse. Puis d’autres lettres ont été directement envoyées dactylographiées. On peut prendre comme exemple la lettre de Nodet, architecte en chef au directeur général des Beaux-Arts et Monuments historiques, datant du 4 août 1937.

Ensuite un autre type de documents assez proche de la minute est le document « demande-réponse ». On a ce type de documents jusqu’en 1955 dans le dossier d’archives. La plupart du temps, il permet de joindre des documents annexes à la lettre. L’inconvénient est que parfois certains documents n’ont été joints au dossier d’archives ; on peut citer par exemple, le document demande du 25 juillet 1936 et réponse du 11 juillet 1938, il est indiqué qu’il est joint à celui-ci un rapport de Sallez, inspecteur général et une lettre d’engagement de paiement du curé de la paroisse de Collioure qui ne sont pas fournis avec le dossier.

Puis, le dossier contient quelques rapports des architectes en chef concernant l’état des retables. Au nombre de quatre fournis dans le dossier, ils sont rédigés en même temps que les devis descriptifs. Ils ont pour but de justifier l’intervention préconisée comme par exemple le rapport d’Henri Nodet du 8 avril 1936 : il décrit l’état général du retable de la chapelle Saint-Vincent, il donne une description des altérations et un niveau d’urgence. Et il expose sa proposition de traitement avec un devis à l’appui. Donc, on recense un certain nombre de devis descriptifs relatifs aux travaux qui seront effectués dans le cadre de la préservation et de la restauration des retables de l’église.

Enfin, deux photographies de 1952 sont conservées dans le dossier. Au verso, elles indiquent « Collioure. Retable. Avant restauration ». Celles-ci ont été fournies avec le rapport de Jean Taralon du 17 novembre 1952 mais aucune indication n’est fournie sur les opérations de restaurations entreprises.

Pour conclure sur le corpus des documents fournis, les problèmes qui se sont posés étaient l’ordre des documents (parfois un document des années 1930 se retrouve dans les rapports des années 1950). Puis certaines lettres ont reçues des annotations manuscrites qui sont illisibles ou incompréhensibles, comme par exemple, la lettre demande-réponse du 10 juin 1951. La partie réponse a été annotée mais cela est illisible.

Interventions successives

Intervention avant la Seconde Guerre mondiale : intervention d’urgence

La première intervention documentée est la restauration du retable dédié à Saint-Vincent. Le premier rapport relatif à cette intervention date d’avril 1936. Celui-ci a été rédigé par Henri Nodet16. L’intervention est demandée par lui-même et par le curé de la paroisse. Il décrit le retable comme étant en mauvais état depuis des années. La charpente soutenant le retable est pourrie. Les consoles supportant les statues sont manquantes ; ces dernières sont abimées. Les deux grandes niches de droite et de gauches ont, selon le rapport « beaucoup soufferts ». D’après le rapport, les travaux sont assez urgents afin d’éviter la perte d’autres éléments du retable.

Le devis de l’intervention s’élève à 7211,58 Frs. 3000 Frs sont pris en charge par la paroisse, le reste est en principe à la charge de la commune. Mais celle-ci refuse. Il faut attendre novembre 1938 pour que le directeur général des Beaux-Arts accorde le crédit permettant d’entreprendre la restauration. Le devis se découpe en trois phases : Nodet prévoit tout d’abord une consolidation générale de la structure. Il s’agit de remplacer des bois, d’équerre, de plats et de fer en T. Il souhaite effectuer une réfection des scellements, de renforcer les supports des sculptures. Il désire également refaire les parties pourries et manquantes. Ensuite, il prévoit une restauration des niches. Pour celle de gauche, il prévoit une réfection et un remplacement des ornements. Dans les deux cas, il indique le remplacement des consoles soutenant les sculptures. En ce qui concerne les deux sculptures, il veut faire remplacer les parties manquantes (doigts, tête, draperies, pieds, etc). Enfin, il prévoit la remise en peinture et la dorure des parties refaites.

A part le rapport d’Henri Nodet et son devis, aucun autre document écrit ou visuel ne rapporte les interventions effectuées. On peut cependant, s’interroger sur les travaux prévus. La volonté générale semble être une remise à neuf de l’ouvrage. La question de la réfection des parties manquantes peut se montrer problématique vu de la déontologie actuelle. Les réfections à l’identique ne se sont que dans des cas bien particuliers avec une documentation visuelle fournie. Cependant, on peut se demander si pour des raisons liées à l’usage cultuel, une intervention illusionniste n’est pas plus recommandable ; l’image fait partie de la dévotion. Ainsi, on pourrait se permettre de refaire certaines parties manquantes. On privilégie alors la fonction d’usage (service du culte) à l’aspect historique et matériel de l’œuvre.

Mise en place d’un programme de préservation : agir globalement

En février 1948, l’inspecteur des monuments historiques Louis-Philippe May17 signale en ces termes l’importance de la préservation des retables de l’église de Collioure : « il ne saurait être question de sauvegarder les retables isolément. L’église de Collioure fait partie intégralement d’un site célèbre, il serait inacceptable de le laisser détruite par les éléments. […] L’affaire est de première importance et doit être traitée sur le plan architectural ». Toujours de la main de Louis-Philippe May, une lettre du 28 mai 1949 signale que les retables sont « profondément vermoulus ». Les différentes parties, Jean Verrier18, inspecteur général des monuments historiques, Albert Chauvel19, inspecteur général des monuments historiques, l’architecte en chef, Sylvain Stym-Popper20,  s’accordent pour entreprendre un traitement de sauvegarde.

La première restauration de cet important chantier porte sur le retable de la première chapelle côté sud de l’église, c’est-à-dire le retable de la chapelle Sainte-Lucie.

C’est suite à une tournée d’inspection de Jean Verrier et d’Albert Chauvel en 1950-1951 que le retable a été choisi ; l’inspecteur général des monuments historiques, Jean Taralon21 octroie une somme 1.000.000 Frs. Deux devis ont été établis pour cette restauration par l’architecte en chef, Sylvain Stym-Popper. Le premier s’élève à 1.142.290,40 Frs, dont 400.000 Frs sont pris en charge par le département des Pyrénées Orientales. La restauration est engagée par le huchier Paul Héméry (Note du 19 juin 1951). Le premier rapport de Chauvel du 5 septembre 1951 n’est pas présent dans le dossier d’archives. En s’appuyant sur le devis descriptif, on peut supposer l’état avancé de dégradation du retable dû à une attaque d’insectes xylophages (le devis parle de « parties cironnées »). L’intervention consiste en une dépose du retable. Puis chaque partie est restaurée en plusieurs opérations de collages et d’ajustage. Pour cela, le restaurateur indique qu’il utilisera un « mastic spécial » et des fourrures de bois. Les colonnes et les sculptures seront hachurées afin de faciliter le collage, puis elles subiront un traitement par imprégnation de bakélite pour consolider les parties vermoulues. En ce qui concerne ce traitement, on peut émettre quelques doutes sur sa réversibilité, car la bakélite est une résine thermodurcissable qui ne pourra pas être retirée par solvant ou par action mécanique ; de plus, il faudrait s’interroger sur le vieillissement de cette résine. Ensuite, il est prévu de redorer les parties endommagées avec une dorure à la feuille, posé sur une assiette (technique traditionnelle). Enfin, le devis prévoie un traitement des bois au C.H.R.22. Nous nous appuyons également sur le deuxième rapport, celui de Stym-Popper daté du 22 août 1952. Ce rapport accompagne le devis complémentaire qui s’élève à 322.982 Frs. L’architecte en chef rapporte que le retable de Sainte-Lucie était presque totalement ruiné quand les autorités compétentes ont décidé de sa remise en état. Il est prévu de le consolider. De plus, lors de la dépose des parties à réparer, trois des colonnes torses se sont révélées irréparables. Le remplacement à l’identique, c’est-à-dire en bois doré est justifié par leur rôle décoratif primordial. Le travail ne pouvait être fait que dans des conditions favorables tant d’un point de la fidélité que d’un point de vue financier. Cette décision est soutenue par l’inspecteur en charge du dossier Jean Taralon. Les travaux décrits dans ce devis sont le remplacement des éléments irrécupérables. Cette intervention s’accompagne de deux photographies, l’une avant traitement où l’on voit les éléments du retable déposé, et la seconde montrant le restaurateur au travail.

La suite de l’entreprise de préservation des retables s’appuie sur un rapport de Jean Taralon daté du 17 novembre 1952, où il insiste sur la nécessité de continuer l’action de sauvegarde des retables de l’église de Collioure ; pour cela, il demande une participation du conseil général des Pyrénées- Orientales une participation financière de 1.000.000 Frs. Ensuite, un deuxième rapport de l’architecte Stym-Popper vient compléter le rapport de Taralon. Il date du 3 février 1953. Il concerne le nettoyage et la consolidation des retables vermoulus, demandé par le directeur général de l’architecture (Jean Taralon ?). L’intervention porte sur la totalité des retables touchés par l’infestation d’insectes xylophages. Le budget de cette intervention est conséquent : il est donc, précisé dans ce rapport que l’opération s’étalera sur plusieurs années. Pour les années 1953-1954, l’architecte demande une intervention sur les quatre retables les plus dangereusement touchés. Ils doivent être dépoussiérés et traités avec un « désinfectant spécial ». Le coût de l’opération s’élève à 1.417.435 Frs. Cependant, il n’est pas précisé de quel retable il est question.

Nous pouvons supposés tout de même, que le fragment de retable du XVe siècle fait partie des retables traités durant cette phase. Le devis a été établi par Jean Malesset, à la date du 9 juin 1954. Le devis prévoit un re-fixage général en vue du transport sur Paris, puis un décapage des différents repeints, un assainissement des bois, des raccords de menuiserie et des raccords d’or fin, et une documentation photographique. Le montant de l’intervention s’élève à 134.600 Frs. Sur la base Mémoire, trois photographies sont référencées. La photographie d’avant restauration est daté de 1957, c’est-à-dire trois ans après la date du devis.

Ensuite une note du 18 mai 1955 pour le chef de Bureau des Travaux et Classements indique qu’à cette date, il y a eu un nouveau rapport de l’inspecteur général Verrier et un nouveau devis d’un montant de 3.065.083 Frs. Ces deux documents ne sont pas joints au dossier d’archives. Nous ignorons sur quels retables les interventions doivent être entreprises. Nous savons par une note du 27 avril 1955 que le retable du Christ ou du Précieux-Sang menace de s’effondrer et qu’il faut l’étayer d’urgence.

Interventions de la fin des années 1968

Puis le 18 février 1967, un ordre de restauration a été émis par l’inspecteur des monuments historiques concernant la restauration de retable Saint Vincent. Cet ordre indique que la restauration est menée par Paul Hémery ; les travaux débuteront en mars et s’achèveront en novembre 1967. Le maître d’ouvrage est le ministre d’état chargé des Affaires culturelles et le maître d’œuvre est Pierre-Marie Auzas, inspecteur principal des monuments historiques. Le coût de l’intervention s’élève à 33.800 Frs. L’intervention est financée à hauteur de 33.000 Frs par le programme de restauration des antiquités et des objets d’art des Pyrénées-Orientales. Le devis descriptif prévoit un démontage complet, un traitement de consolidation et de désinfection (champignons et insectes). La structure sera consolidée. Le devis prévoit aussi un sondage de la polychromie afin de mettre à jour celle d’origine. Les lacunes de polychromie seront retouchées, de même pour les celles dans la dorure. Le devis prévoit aussi une intervention sur les lambris accompagnant le retable.

L’année suivante, le 5 juillet 1968, l’affectation de financement signé par Chazaud, prévoit le financement des restaurations des retables de Saint-Eloi pour un coût de 35.700 Frs et celui de Saint-Joseph pour un coût de 11.500 Frs ; les deux chantiers ont été attribués au restaurateur Paul Hémery. Le chantier du retable de saint Eloi débute en septembre et s’achève en 1968. Comme pour le devis du retable dédié à Saint-Vincent, on retrouve les mêmes opérations (démontage complet, traitement fongicide et de désinsectisation, consolidation, sondage de polychromie, nettoyage, etc.). Le chantier pour le retable dédié à Saint-Joseph débute en septembre 1969 et se termine en avril 1970 ; cependant, aucun devis n’est fourni avec le dossier d’archives.

Pour conclure, ce dossier d’archives a permis de mettre en avant la volonté des autorités des Monuments historiques d’assurer la conservation dans la mesure du possible des retables de l’église de Collioure afin de préserver un ensemble patrimonial globalement cohérent. Cependant, on peut regretter que certains documents ne soient pas présents dans le dossier comme des prises de vue significatives à certains moments clés des restaurations ce qui aurait permis une meilleure compréhension des décisions. Certaines restaurations soulèvent des interrogations par exemple en raison de l’absence de relevé de localisation des emplacements des parties reconstituées et sur l’utilisation ou à propos des conditions de vieillissement de certains produits (imprégnations avec de la bakélite). Depuis les années 1970, le souci de préservation de cet ensemble extraordinaire se poursuit. Son histoire récente peut être étudiée à partir de la documentation constituée ces dernières années par Centre de Conservation et de Restauration du Patrimoine des Pyrénées-Orientales.

Bibliographie

ANTONIAZZI Jean-Luc, FERNANDEZ Dominique, FERRANTI Ferrante, Baroque Catalan, Paris, Herscher, 2011 (non consulté).

AVELLÍ CASADEMONT Teresa,  « Els retaules del taller dels Sunyer a l’església de Sant Martí de Joc », Locus Amœnus, 2002, N. 6 , p. 271-292. [en ligne : http://www.raco.cat/index.php/Locus/article/view/23669, consulté le 30/04/15].

BOSCH I BALLBONA, Joan. « Fonctions et symbolisme du retable baroque » dans Catalònia, 1993, N. 32, p. 14-18. [en ligne : http://www.raco.cat/index.php/Catalonia/article/view/171592, consulté le 30/04/15].

CAPEILLE Jean, Dictionnaire de biographies roussillonnaises, Perpignan, Comet, 1914. [en ligne : http://www.mediterranees.net/biographies/capeille/index.html, consulté le 30/04/15].

CORTADE, Eugène, L’église de Collioure, son histoire, ses trésors, Prades, Confluent, 1979.

FALGUERE, Joseph, Collioure, notice historique, Nîmes, Payret, 1898.

LANGE Christine, PALOUZIE Hélène (sous dir.), Regard sur les retables en bois polychromes : architecture ou théâtre d’images, Arles, Actes Sud, 2004.

POISSON, Olivier, « Retables catalans des XVIIe et XVIIIe siècles : esquisse d’un bilan de dix années de conservation-restauration (1983-1993) » dans Monumental, mars 1994, n° 5, p.15-31.

  1. Extrait du procès-verbal de la Commission supérieure des Monuments historiques du 29 juillet 1922 : Présidence de M. Boeswillwald, Inspecteur général des Monuments historiques. Membres présents : MM. Bonnier, Enlart, Génuys, Hallays, Louzier, Marcou, Nodet, Puthomme, Verdier. Assistaient également à la séance : MM. Ruprich-Robert et Sallez, adjoints à l’Inspection générale.[…]La Commission, adoptant les conclusions du rapport de M. Boeswillwald, maintient l’avis émis dans sa séance du 29 mars 1912 et limitant au choeur et au clocher le classement à prononcer. Église de Collioure (Pyrénées-Orientales) […], source : Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Procès-verbaux de la commission supérieure des Monuments historiques (80/15/025/102 sqq) et en ligne http://elec.enc.sorbonne.fr/monumentshistoriques/index.html [consulté le 30/03/2015] []
  2. André CHASTEL, La Pala ou le retable italien des origines à 1500, Paris, Liana Levi, 1993 []
  3. LANGE, PALOUZIE, 2004, p.9-14 []
  4. POISSON, 1994 []
  5. Fiche Mérimée PA00104000 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/dapamer_fr [consulté le 29/04/15] []
  6. Historique sur le site du département des Pyrénées-Orientales : http://www.ledepartement66.fr/structure/500/79-votre-recherche.htm [consulté le 29/04/15] []
  7. Joseph Sunyer est un sculpteur du début du XVIIe siècle. En 1608, il est enregistré à la confrérie de St-Luc à Perpignan. Sunyer est surtout connu en Roussillon pour les grands travaux de sculpture qu’il a exécutés dans les églises de Notre-Dame de la Réal, de Prades, de Collioure, de Thuir, de Vinça, de Ro et de Font-Romeu. []
  8. Fiche Palissy PM66000214 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=retable&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=10&GRP=0&REQ=%28%28retable%29%20%3aTOUT%20%20ET%20%20%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=200&MAX3=200&DOM=MH [consulté le 29/04/15] []
  9. CAPEILLE, 1914 []
  10. Fiche Palissy  PM66000215 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=retable&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=9&GRP=0&REQ=%28%28retable%29%20%3aTOUT%20%20ET%20%20%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=MH [consultée le 29/03/15] []
  11. Fiche Palissy PM66000227 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=43&GRP=0&REQ=%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=Tous [consultée le 29/03/15] []
  12. Fiche Palissy PM66000250 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=retable&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=3&GRP=0&REQ=%28%28retable%29%20%3aTOUT%20%20ET%20%20%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=MH [consultée le 29/03/15] []
  13. Fiche Palissy PM66000246 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=retable&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=7&GRP=0&REQ=%28%28retable%29%20%3aTOUT%20%20ET%20%20%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=MH [consultée le 29/03/15 ] []
  14. Fiche Palissy PM66000245 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=retable&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=8&GRP=0&REQ=%28%28retable%29%20%3aTOUT%20%20ET%20%20%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=MH [consultée le 29/03/15] []
  15. Fiche Palissy PM66000248 en ligne : http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_1=TOUT&VALUE_1=retable&FIELD_2=localisation&VALUE_2=collioure&FIELD_3=d%e9signation&VALUE_3=&FIELD_4=description&VALUE_4=&FIELD_5=historique&VALUE_5=&FIELD_6=protection&VALUE_6=&FIELD_7=type%20d%27%e9tude&VALUE_7=&FIELD_8=REF&VALUE_8=&FIELD_9=DOSURLP&VALUE_9=%20&NUMBER=5&GRP=0&REQ=%28%28retable%29%20%3aTOUT%20%20ET%20%20%28%28collioure%29%20%3aLOCA%20%29%29&USRNAME=nobody&USRPWD=4%24%2534P&SPEC=9&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=200&DOM=MH [consultée le 29/03/15] []
  16. Henri Nodet (1885-1973) : Fils d’Henri Nodet. Il est issu de l’École des Beaux-arts, atelier Hulot, École centrale des Arts et Manufactures. Il obtient son concours en 1920. Il est chargé de l’Ardèche, de la Haute-Loire, de l’Aveyron, de la Lozère (1920-1939), du Vaucluse (1920-1944), du Tarn et des Pyrénées-Orientales de 1930 à 1947. Il restaure les édifices d’Avignon, de Perpignan, de Narbonne, le château de Salses, les cathédrales du Puy, de Rodez, de Mende, etc.  Il prend sa retraite en 1956. Source : http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/biographies/nodet_henri_fils.html, [consulté le 30/04/15] []
  17.  Louis-Philippe May (1905-1982) : Archiviste-paléographe (1930), En poste aux Archives nationales sur les fonds des colonies (1935-1937), inspecteur des monuments historiques (1938), conservateur des monuments historiques à Aix-en-Provence (1950-1954) puis inspecteur général chargé des affaires contentieuses et domaniales. Source : http://data.bnf.fr/13008754/louis-philippe_may/ [consulté le 30/04/15] []
  18. Jean Verrier (1887-1963) : Inspecteur général des monuments historiques à partir de 1930. Archiviste paléographe (1912). Fondateur du bulletin des monuments historiques en 1936. Source : http://data.bnf.fr/12284057/jean_verrier/ [consulté le 30/04/15] []
  19. Albert Chauvel (1895-1974) : issu de l’École des Beaux-arts. Il est reçu au concours en 1925. Il est chargé de la Savoie et des Alpes. En 1937, il est nommé dans la Seine-Maritime où il travaille pendant près de trente ans. Il restaure en particulier la cathédrale, l’évêché et l’église Saint-Maclou de Rouen. En 1945 il est nommé adjoint à l’Inspection générale et en 1948, inspecteur général. Il prend sa retraite en 1965, mais reste chargé de plusieurs missions spéciales. De 1941 à 1950 il restaure, au titre des Bâtiments civils, la Cour d’Appel de Rouen. Source : http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/biographies/chauvel_albert.html [consulté le 30/04/15] []
  20. Sylvain Stym-Popper (1906-1969) : issu de l’École des Beaux-arts, Institut d’Urbanisme. Il est reçu au concours en 1946. Il est chargé successivement des Pyrénées-Orientales, de l’Ariège, de la Haute-Garonne et des arrondissements de Pontoise et Magny-en-Vexin. Son nom reste attaché aux restaurations des églises Saint-Sernin et des Jacobins de Toulouse, du Palais des rois de Majorque à Perpignan, du château de Salses, des églises de Serrabone et de l’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa en particulier. Il mène aussi une importante carrière dans le service des Bâtiments civils, construisant de nombreux établissements scolaires (Font-Romeu, en 1959). Source : http://www.mediatheque-patrimoine.culture.gouv.fr/fr/biographies/stym_popper_sylvain.html [consulté le 30/04/15] []
  21. Jean Taralon (1906-1996) : inspecteur général des monuments historiques. Il a créé le Laboratoire de recherche des monuments historiques (LRMH), en 1970. Source : http://www.babelio.com/auteur/Jean-Taralon/241931 [consulté le 30/04/15] []
  22. Aucun renseignement sur ce produit. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *