DNSEP Art mention Conservation-restauration des œuvres sculptées 2017

Le 23 mai 2017, Louise Rouillé, Chloé Bodin, Hoël Gaboriau et Mathilde Jonghmans ont soutenu avec succès leur diplôme de fin d’études : diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP), option ART mention conservation-restauration des oeuvres sculptées.

  • Louise Rouillé, Étude et restauration d’un bas-relief en terre cuite, La Forge de Vulcain, attribué à Pierre-Etienne Monnot,  17e siècle, musée du Louvre, Paris.(1)
  • Chloé Bodin, Étude et restauration de trois fossiles du Jurassique du Toarcien d’Holzmaden (Toarcien inférieur), provenant d’Allemagne, Holzmaden, découverts et préparés par Émile Meyrat au XIXe siècle, Muséum des sciences naturelles d’Angers. (2)
  • Hoël Gaboriau, Étude et restauration d’une caisse estampillée et de dix éléments de la Série A de Chohreh Feyzdjou (bois, plastique, toile, tulle, colle, pigment, brou de noix, métal, cire, éléments organiques), 1988-1994, Centre national des arts plastiques, Paris, mis en dépôt au CAPC musée de Bordeaux, Paris.(3)
  • Mathilde Jonghmans, Étude et restauration d’une épreuve de série en plâtre, piedroit ouest du portail nord de l’église de Urnes (Norvège, vers 1100), Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français, Paris.(4)

Résultat de recherche d'images pour "jonghmans urnes"

Louise Rouillé
Étude et restauration d’un bas-relief en terre cuite, La Forge de Vulcain, attribué à Pierre-Etienne Monnot, XVIIe-XVIIIe siècle, musée du Louvre, Paris
La Forge de Vulcain est un relief en terre cuite conservé au département des Sculptures du musée du Louvre, datant de la fin du XVIIe siècle-début du XVIIIe. Cette œuvre est historiquement associée à cinq autres reliefs en terre cuite du musée du Louvre, exécutés à Rome en 1693 par Pierre-Étienne Monnot. Ces six terres cuites sont des modèles préparatoires pour des marbres aujourd’hui perdus. Plusieurs interrogations persistent concernant l’histoire et l’attribution de La Forge de Vulcain mais les observations effectuées dans le cadre du mémoire ont apporté de nouveaux indices sur la mise en œuvre et les matériaux employés qui montrent des similitudes et des différences au sein de cet ensemble.
Cassé une première fois en neuf morceaux, le relief a été doublé au revers de plaques d’ardoise, collées à l’aide de résine terpénique. Ces deux matériaux étaient employés pour les restaurations italiennes au XVIIIe siècle et nous avons décidé de conserver comme témoins historiques. Ce choix a été l’occasion de faire des recherches sur les anciennes techniques de restauration. L’œuvre n’avait jamais été exposée en raison de son
mauvais état de conservation. Plusieurs fois restaurée, elle présentait un aspect de surface très confus et des problèmes structuraux, liés en partie au manque de l’ardoise. Les problématiques de notre travail ont donc été de redonner une unité esthétique à l’œuvre en la nettoyant et en allégeant les anciennes interventions, et de retrouver une cohésion structurelle durable.

Chloé Bodin
Étude et restauration de trois fossiles du Jurassique (Toarcien inférieur), provenant d’Allemagne, Holzmaden, découverts et préparés par Émile Meyrat au XIXe siècle, Muséum des sciences naturelles d’Angers.

Les fossiles proviennent d’Holzmaden, un gisement en Allemagne mondialement connu pour la quantité et la qualité de préservation des spécimens. Ils ont été découverts à la fin du XIXe siècle et rapidement vendu au Muséum des sciences naturelles d’Angers. Le vendeur, Émile Meyrat, était un géologue suisse. Il a réalisé un système de présentation, en vue de la vente des fossiles, constitué d’un encadrement en bois, d’un joint en bitume et d’un badigeon gris. Nous avons décidé de conserver ce témoignage historique qui contribue à la spécificité des fossiles conservés à Angers.
Notre travail a porté sur l’étude des matériaux et leurs processus d’altérations, souvent complexes, tel que celui de la pyrite. D’une part, les interventions ont visé à stopper les altérations menaçant directement les fossiles, tels que les soulèvements ou l’infestation des bois par les insectes xylophages. D’autre part, des interventions de restaurations ont été effectuées afin de retrouver la lisibilité de la surface, les fossiles étant des objets d’étude. Enfin, l’assemblage de l’encadrement nécessitait d’être renforcé afin d’assurer le bon maintien des plaques, le but étant de pouvoir à nouveau les accrocher en toute sécurité au Muséum d’Angers.

Hoël Gaboriau
Étude et restauration d’une caisse estampillée et de dix éléments de la Série A de Chohreh Feyzdjou (bois, plastique, toile, tulle, colle, pigment, brou de noix, métal, cire, éléments organiques), Centre national des arts plastiques, 1988-1994, Paris, mis en dépôt au CAPC musée de Bordeaux.
La Série A est une œuvre de Chohreh Feyzdjou (1955-1996), réalisée entre 1988 et 1994. Acquise par le Centre national des arts plastiques en 2002
elle est mise en dépôt au CAPC de Bordeaux en 2004. Présentée au sein de l’installation la Boutique des Products of Chohreh Feyzdjou, elle constitue une œuvre voulue comme singulière, étrange, déroutante et empreinte d’influences multiples. Chaque élément de la Série A est conçu sous la forme d’une boîte en détournant des cagettes de fruits et légumes par l’ajout d’un tissu, d’un voile de tulle et d’un film plastique, le tout recouvert de brou de noix et de pigment noir. Ils renferment des objets aux formes simples et familières, mais mystérieuses par leur aspect et leur noirceur qui sont ordonnés et étiquetés de façon à imiter une classification propre
aux muséums ou au commerce.
Mathilde Jonghmans
Étude et restauration d’une épreuve de série en plâtre, piédroit ouest du portail nord de l’église de Urnes (Norvège, vers 1100), Cité de l’architecture et du patrimoine, musée des Monuments français, Paris
L’étude et la restauration de l’épreuve en plâtre du piédroit ouest du portail d’Urnes font l’objet de ce mémoire. Le relief appartient à la collection du musée des Monuments français depuis 1907. L’épreuve permet d’évoquer l’importance de l’église en bois debout (stavkirke) d’Urnes dans la reconnaissance et la diffusion de l’art norvégien durant les XIXe et XXe siècles. Cette épreuve a été réalisée sous la direction du musée universitaire de Bergen en 1907 dans le but de propager l’image de l’art norvégien dans les collections européennes etaméricaines.Sur les huit épreuves du portail réalisées à cette occasion, seules celles du Victoria and Albert Museum (Londres), du Kulturhistorisk Museum (Oslo), du Staten Museum
(Copenhague) et du musée des Monuments français (Paris) nous sont parvenues. La restauration du piédroit des épreuves de Paris a été l’occasion d’étudier les patines réalisées par le musée de Sculpture comparée durant le siècle dernier. Il a été aussi question de mettre en place et de mettre en œuvre un protocole d’interventions pour permettre une présentation du relief au public.
Sur les huit épreuves du portail réalisées à cette occasion, seules celles du Victoria and Albert Museum (Londres), du Kulturhistorisk Museum (Oslo), du Staten Museum (Copenhague) et du musée des Monuments français (Paris) nous sont parvenues. La restauration du piédroit des épreuves de Paris a été l’occasion d’étudier les patines réalisées par le musée de Sculpture comparée durant le siècle dernier. Il a été aussi question de mettre en place et de mettre en œuvre un protocole d’interventions pour permettre une présentation du relief au public.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *