Journée d’étude : Collections composites

Collections composites, 2ème Journée d’étude De l’art et de la nature, 23 novembre 2012

Cette journée d’étude entend aborder largement la question de la conservation et de l’exposition de ces curiosités qui habitent les musées jusqu’à en devenir la raison d’être. Des cabinets d’amateurs aux collections publiques tel que le musée de la chasse et de la nature, le musée Gassendi ou encore la collection Curios & Mirabilia du château d’Oiron, les œuvres contemporaines, elles-mêmes parfois objets de curiosité, voisinent et réfléchissent tout un ensemble d’artefacts qui enrichissent notre connaissance du monde. Collections composites se voudrait un moment de réflexion sur la préservation de ces objets, en croisant les études scientifiques, historiques et les questions pratiques de mise en œuvre et de présentation, afin d’accompagner les travaux de conservation-restauration, engagés au sein de notre formation, sur les biens culturels provenant des muséums d’histoire naturelle et de collections d’art contemporain.

 

Résumés des interventions

 

Claude d’Anthenaise, « La chasse aux mythes »

Des problèmes de conservation aux enjeux des expositions, un parcours dans les collections du musée de la chasse et de la nature.

 

Samuel Quenault, « œuvres composites / œuvres vivantes ? »

L’intégration d’éléments naturels à des créations plastiques particulièrement fréquente dans la collection permanente du château d’Oiron et dans les œuvres créées par des artistes pour les expositions temporaires amènent à rechercher en permanence des réponses adaptées pour leur préservation/présentation à chaque fois spécifiques. Seront abordées lors de cette communication : l’installation et la maintenance de l’œuvre de Claire Morgan, Here is the End of All Things, l’œuvre de Guiseppe Penone, Muta, l’installation du Jardin Volant lors de l’exposition Michel Blazy en 2003.

 

Johanna Kapp, « Le chantier des collections du musée d’Elbeuf : un grenier d’oiseaux, une cave de mammifères et la conservation de curiosités »

Le musée d’Elbeuf, fondé en 1884, est un de ces musées dits « mixtes », conservant 45 000 objets de sciences naturelles, d’archéologie, d’histoire locale et de beaux-arts. Devenu musée intercommunal en 2007 ses collections ont déménagé en 2010 de l’hôtel de ville vers la « Fabrique des savoirs » équipement culturel de la CREA (Communauté de l’Agglomération Rouen Elbeuf Austreberthe). Les transferts juridique et physique des collections ont été préparés par le récolement et le chantier des collections entre 2007 et 2010.

On découvre les spécimens naturalisés et leurs problèmes dans des espaces multiples et inadaptés. Le rythme soutenu du flux des opérations du chantier se relâche lors de l’apparition d’objets curieux et « oubliés ».

 

Nadine Gomez-Passamar, « Produire des œuvres en extérieur »

Depuis quinze ans le musée Gassendi, musée de France, dont la rénovation s’est appuyée sur la notion des cabinets de curiosités où art et science voisinent librement, développe son activité hors les murs avec une collection d’art contemporain à l’échelle du territoire. Cette particularité de la collection engendre de nouvelles interrogations sur la conservation des œuvres in situ, sur la question des coûts de maintenance, notamment avec le parcours Refuge d’Art où le public est invité à dormir dans les œuvres, sur le maintien de la qualité de présentation de ce nouveau type de collection sans augmenter la masse salariale du musée.

 

Myette Guiomar, « Patrimoine géologique : conservation et valorisation in situ des fossiles. Trente années d’expérimentation en Haute-Provence »

La Réserve Naturelle de Haute Provence a été l’une des premières structures en France a proposer une valorisation in situ des fossiles. Abrités à l’intérieur de musées de sites ou laissés à l’air libre, les fossiles et leur support rocheux, font l’objet de préparations, puis éventuellement d’interventions pour leur conservation. Quelques exemples d’expériences réussies ou d’échecs, seront présentés, tous permettant de mieux cerner la problématique de préservation de ce patrimoine. Comment mieux conserver sur du long terme ? Quelles sont les limites de l’exercice ? Quelles études pour accompagner de nouveaux projets ? Un moment de réflexion et d’échanges sur trente années d’expérience et d’expérimentations.

 

Giliane Odin, Véronique Rouchon, « Altération de divers matériaux fossiles dits « pyriteux » : études préliminaires »

Les fossiles dits « pyriteux » posent de sérieux problèmes de conservation aux paléontologues. Lorsque l’altération est très avancée, on observe généralement des efflorescences cristallines qui gênent la lisibilité du fossile, voire altèrent la structure de la matrice.

Cet exposé, qui s’inscrit dans un travail de thèse entrepris au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris, s’attachera à décrire, de manière un peu plus précise, les difficultés d’analyses et de conservation rencontrées sur les fossiles dits « pyriteux ». Il évoquera dans un premier temps une méthodologie d’analyse permettant de caractériser les produits d’altération observés1, puis abordera dans un second temps les outils pouvant être mis en œuvre pour étudier le comportement des matériaux fossiles en fonction de leur conditions de stockage.

1Rouchon V., et al, Journal of Raman Spectroscopy, (2012) accepté, en ligne, DOI 10.1002/jrs.4041

 

 

Programme : ICI

 

 

 

 

 

Les actes seront publiés sous forme de livre électronique par Ceroart, revue en ligne, dans le cadre d’un numéro hors-série.

http://ceroart.revues.org/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *