Replace or remake ?

Considérations sur la notion de « remake » en conservation-restauration,

article à paraître dans la revue Marges, n° 17, automne 2013, et présentation de l’étude sur White Rock Line de Richard Long, le 11 octobre 2013 au Capc, Bordeaux.

Programme de la journée d’étude : CP journée d’étude RichardLong

Depuis quelques années, la question de la préservation des œuvres d’art contemporain se pose de façon accrue et les recherches à ce sujet se multiplient, portant aussi bien sur les matériaux constitutifs des œuvres et sur les matériaux de restauration que sur la déontologie de la profession. Les conservateurs-restaurateurs[1] sont aujourd’hui confrontés à de nouveaux défis ainsi qu’au paradoxe d’une muséification qui implique de préserver ce qui n’est pas toujours conservable. Au sein du département Conservation-restauration des œuvres sculptées de l’Ecole supérieure des beaux-arts TALM Site de Tours nous avons travaillé à plusieurs reprises sur des œuvres dont la précarité matérielle impliquait que tout ou partie soit remplacé ou refait en vue de leur exposition dans le maintien de leur fonction et de leur signification. La restauration de Sans titre de Fabrice Hyber, une œuvre de 1989 conservée au Frac des Pays de la Loire, nous a conduit en 1999 à proposer de conserver en réserve l’élément central de l’œuvre – une figure en pied autoportrait et autographe de l’artiste immergée dans un aquarium – et à réaliser une copie d’exposition de cette même figure. Pierre Mouchard, l’étudiant en charge de cette restauration, avait alors très judicieusement nommé cette copie une « réplique fonctionnelle », précisant : « Nous dissocierons sur le plan physique la matière en tant que vecteur de l’histoire et la matière en tant que vecteur renouvelé de l’esthétique et du fonctionnement. […] Les responsables du Frac auront de leur côté à réfléchir au moyen d’indiquer la nature réelle du personnage restitué par la rédaction d’un cartel d’exposition ; celui-ci est un des dispositifs les plus à même de prévenir les interprétations erronées de l’objet, interprétations susceptibles d’en permettre l’assimilation à un faux »[2]. En 2007 nous sommes revenus sur cette question dans le cadre de la journée d’étude Répliques et restitutions … autour de Marcel Duchamp qui nous a permis de questionner la pratique et la déontologie du conservateur-restaurateur confronté à la perte ou à la ruine d’œuvres ainsi que les réponses et les paradoxes des artistes, l’édition (le remake ?) de ses ready-mades par Marcel Duchamp par exemple[3].

Le remplacement et le fait de refaire ne sont acceptés qu’avec des réserves dans la déontologie – on parle alors de « reconstitution » –, mais il se trouve que les débats sur la conservation des œuvres contemporaines ont vu ces dernières années l’introduction du terme de « remake ». Il apparaît dans le lexique élaboré en 2007 par la Tate Moderne à l’occasion du workshop Inherent Vice : The Replica and its Implications in 
Modern Sculpture : « Remake – item fait à l’origine par l’artiste, puis refait (par l’artiste, ou par quelqu’un sanctionné par l’artiste) en utilisant des matériaux nouveaux. »[4] La dégradation irréversible des matériaux constitutifs de plusieurs sculptures de Naum Gabo conservées à la Tate est à l’origine de ce workshop : l’instabilité de l’acétate de cellulose considéré alors comme un matériau stable et choisi par l’artiste pour sa nouveauté et sa modernité, conduit à la disparition de ces œuvres et pose la question de leur reproduction. L’introduction d’un vocabulaire nouveau dans le domaine de la conservation est en adéquation avec le changement des pratiques et des positions artistiques opéré dans l’art contemporain et la nécessité qui s’en est suivie d’adapter la déontologie de la profession. Le glissement syntaxique du verbe (to re-make) au substantif est suivi d’un glissement linguistique alors même que les symposiums internationaux sur la question de la conservation des œuvres contemporaines sont de plus en plus nombreux. Mais ce terme n’est pas sans poser de problèmes, non seulement du fait de ses connotations cinématographiques qui impliquent une interprétation sinon une sur-interprétation d’un film à succès, mais surtout parce que le statut de l’œuvre « refaite » ne semble pas toujours très clair, oscillant entre la copie d’exposition, la duplication, la reproduction ou reconstruction considérée ou non par l’artiste au même titre que l’original. Les confusions qui en résultent proviennent souvent du manque de documentation sur la réplique (entendue ici au sens large replica). En effet, la définition et la fonction du remake dépendent du statut même de son auteur, celui qui refait, et du contexte de re-production. La sanction de l’artiste viendra appuyer le statut du remake, lui conférant par sa reconnaissance une authenticité certaine en tant que tel. Aussi nous nous proposons de ne considérer ici que les remakes réalisés par des conservateurs-restaurateurs[5] et de laisser de côté ceux réalisés par les artistes qui posent notamment les questions de l’authenticité au regard de l’original, de la série et de l’édition.

[…]

Marie-Hélène Breuil

article à paraître dans la revue Marges, n° 17, automne 2013

 

Résumé :

Le terme remake n’est utilisé que depuis très peu de temps dans les débats sur la conservation-restauration des œuvres contemporaines. Le statut de l’œuvre « refaite » ne semble pas toujours très clair, oscillant entre la copie d’exposition, la duplication et la reconstitution, et dépend de son auteur et du contexte de re-production. Cet article porte sur l’occurrence de ces termes dans les textes fondamentaux de la discipline et sur une étude de cas – la possibilité d’un remake d’une œuvre de Richard Long, White Rock Line – que nous menons au sein du Département conservation-restauration des œuvres sculptées de l’Esba TALM Site de Tours et en partenariat avec le Capc Musée d’art contemporain de Bordeaux.

The term « remake » has been used over the last few years in debates on the conservation of contemporary art. The status of the « remade » artwork is still unclear, whether it is a display copy, a duplicata or a reconstitution ; it depends on its author and on the context of the re-production. This article is about the occurrence of these terms in the fundamental literature of the discipline and a case study : the possibility of a « remake » of an artwork by Richard Long, White Rock Line, that we are conducting in the Sculpture Conservation Department of the Esba TALM school of art (Site de Tours) in collaboration with the Capc Musée d’art contemporain in Bordeaux.

 


Cet article s’appuie sur des recherches en cours menées dans le cadre de l’Equipe de recherche sur la conservation-restauration des œuvres sculptées, ER[cr]OS, de l’Ecole supérieure des beaux-arts TALM Site de Tours en 2012 et 2013. Nos remerciements à Anne Cadenet, chargée du Service Collection, Documentation, Archives, 
CAPC musée d’art contemporain, Bordeaux et à Christophe Domino, critique d’art et professeur à l’Esba TALM Site du Mans.

[1] « Le Conservateur-Restaurateur est un professionnel qui a la formation, la connaissance, les aptitudes, l’expérience et les facultés de compréhension pour agir dans le but de préserver les biens culturels pour le futur », Code de déontologie, ECCO [European Confederation of Conservator-Restorers’ Organisations], 2002. En ligne : http://www.ecco-eu.org/about-e.c.c.o./professional-guidelines.html

[2] Pierre Mouchard, Étude, restauration et restitution d’une œuvre de Fabrice Hybert, Sans titre, mémoire de fin d’études en Conservation-restauration des œuvres sculptées, Ecole supérieure des beaux-arts de Tours, 1999, p. 59 et 60.

[3] Voir à ce sujet Restauration et non-restauration en art contemporain 1, actes des journées d’étude du cursus conservation-restauration des œuvres sculptées de l’Ecole supérieure des beaux-arts de Tours, 14 février et 6 avril 2007, Tours, ARSET, 2008, notamment : Paul-Hervé Parsy, « Y a-t-il un cas Fountain », p. 103-113 ; Guylène Mary, « La restauration de Fountain », p. 115-125.

[4] « Remake – item originally made by the artist, and then remade (by the artist, or someone sanctioned by the artist), using new materials. », dans : « Terminology for further expansion », Tate Papers, n° 8, Autumn 2007, special 
issue on Replication for the workshop « Inherent Vice : The Replica and its Implications in 
Modern Sculpture » held at the Tate Modern, 18-19 October 2007. En ligne : http://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/issue-08

[5] Une autre distinction à retenir, que nous n’abordons pas dans cet article, est la distinction entre le remake et les œuvres issues d’une matrice : la reproductibilité technique à partir d’un négatif ou d’un master pour la photographie, le cinéma ou la vidéo ; les procédés de reproduction en sculpture à partir d’empreinte, le moulage notamment.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *