De l’art et de la nature – Collections composites, publication des actes

ceroarthsbreuilPublication des actes des journées d’étude par la revue en ligne CeROArt, numéro hors série « De l’art et de la nature – Collections composites », édité par Marie-Hélène Breuil. Le numéro est disponible en accès libre à l’adresse suivante : http://ceroart.revues.org/3355

 

 

 

 

 

 

[english version see below]

Éditorial

Marie-Hélène Breuil, Direction scientifique et coordination des journées d’étude

 

« Matière stérile, la nature des choses, c’est-à-dire la vie, en est le sujet [de cette Histoire naturelle] ; et encore dans ce qu’elle a de plus bas, exigeant souvent l’emploi de termes de la campagne, de mots étrangers, barbares même, ou qu’il est besoin de faire précéder d’une excuse. D’ailleurs, la voie où j’entre n’est pas familière aux auteurs, ni de celles où l’esprit aime à s’engager. Nul chez nous n’a fait cette tentative, nul chez les Grecs n’a embrassé seul tous ces objets. Nous cherchons en général les agréments de l’étude ; aussi, les œuvres qui passent pour traiter de choses infiniment ardues demeurent dans l’obscurité et dans l’oubli. »

Pline, Préface à l’Histoire naturelle, livre I.

 

Les 2 décembre 2011 et 23 novembre 2012 se sont tenues à l’École supérieure des beaux-arts de Tours les journées d’étude De l’art et de la nature. Consacrées à des recherches en cours sur la préservation des collections des muséums d’histoire naturelle ainsi que des œuvres d’art contemporain, ces journées accompagnaient les travaux engagés au sein de notre département de conservation-restauration des œuvres sculptées.

Le propos était d’aborder largement la question de la conservation et de l’exposition de ces curiosités qui habitent les musées jusqu’à en devenir la raison d’être. Des cabinets d’amateurs aux collections publiques, telles que le musée de la Chasse et de la Nature à Paris, le musée Gassendi, situé à Digne-les-Bains ou encore la collection Curios & Mirabilia du château d’Oiron, les œuvres contemporaines, elles-mêmes parfois objets de curiosité, voisinent et réfléchissent tout un ensemble d’artefacts qui enrichissent notre connaissance du monde. Ces deux journées se voulaient un moment de réflexion sur la préservation de ces objets, en croisant les études scientifiques, historiques et les questions pratiques de mise en œuvre et de présentation. Il s’agissait également de penser les méthodes et stratégies de préservation pour des matériaux et des savoir-faire identiques mais utilisés différemment dans ces domaines distincts que sont l’art contemporain et les sciences de la vie et de la terre[1]. Nous souhaitions qu’au cours de ces journées – comme, nous l’espérons, au cours de la lecture de ces actes – l’auditeur ou le lecteur passe indifféremment d’objets de muséums à des productions contemporaines sans se soucier des classifications et catégories esthétiques.

L’une des difficultés récurrentes à laquelle sont confrontés les gestionnaires de collections (conservateurs ou restaurateurs) mais aussi les artistes, au même titre que chacun d’entre nous, est celui de l’infestation – qui n’a pas eu ses vêtements troués par des mites ? Le sous-titre éloquent du texte d’introduction de Marie-Christine Prestat, La chasse aux mythes, nous entraîne à la découverte de l’histoire du musée de la Chasse et de la Nature et de ses collections dont la muséologie s’inspire des cabinets de curiosités et mêle mythologie et nostalgie de l’antique, savoir éclectique et humaniste, animalité et préciosité en laissant une large part aux propositions d’artistes contemporains.

Cette présentation des problèmes conservatoires de la collection ouvre une première section dédiée aux insectes. Elle permet notamment d’aborder les œuvres entomologiques de Jan Fabre, préalable à l’étude menée par Grazia Nicosia, Fabien Fohrer, Yoanna Dechezleprêtre et Virginia Gisel de Billerbeck sur les « substances bioactives pour la protection des biens patrimoniaux contre les insectes ravageurs » dont les premiers résultats sont livrés ici.

La deuxième section fait état d’expériences liées à la gestion pratique des collections. Ces communications rendent compte de la réalité des problèmes rencontrés au contact des artefacts ou des œuvres comportant des animaux naturalisés ou vivants et des solutions concrètes mises en œuvre avec les moyens à disposition : Béatrice Guilloux expose quelques-unes des difficultés que pose la gestion et la conservation de la collection d’un Fonds régional d’art contemporain ; Samuel Quenault fait part de son expérience de régisseur et de l’assistance à la production d’œuvres au château d’Oiron ; Johanna Kapp évoque le chantier des collections du musée d’Elbeuf en vue de leur déménagement. Lors de la première journée d’étude nous avions consacré l’après-midi à la question des collections en fluide. Les œuvres de la série Natural History de Damien Hirst – notamment The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living, 1992, un requin plongé dans un aquarium de formaldéhyde – sont un bon exemple de l’intérêt, voire de la fascination des artistes contemporains pour la représentation de corps en fluide. La conservation de cette œuvre et le remplacement de l’animal il y a quelques années ont été largement commentés[2]. La contribution de Marc Herbin présente l’histoire des procédés de conservation des spécimens et aborde les problèmes de conservation de ces collections.

Enfin, la dernière section est consacrée au patrimoine géologique. La réserve naturelle nationale de Haute-Provence nous intéressait doublement. Depuis 2000 elle contribue à la mise en place d’une collection d’art contemporain initiée par le musée Gassendi et le centre d’art Le Cairn. Les œuvres produites sont en résonance avec le site naturel qui les accueille : c’est une collection vivante, traversée et parfois occupée par ses visiteurs. Par ailleurs, la réserve est également un site d’expérimentation pour la conservation in situ des fossiles, dont la problématique nous est présentée par Myette Guiomar. Dans le dernier article, Giliane Odin, Dominique Chabard et Véronique Rouchon rendent compte de l’étude préliminaire menée sur les matériaux fossiles dits pyriteux.

L’intérêt pour les productions naturelles, curiosités et autres monstruosités est constant dans les arts, cependant on peut considérer que les emprunts aux sciences dites naturelles participent, en art contemporain, de la volonté des artistes de dépasser les catégories établies par les beaux-arts. L’attrait pour les représentations de la flore et de la faune, le goût pour les herbiers, les collections de fioles, les animaux naturalisés, les gemmes, apparaissent à la fois comme un moteur de la création et un effet recherché – une « physique de la poésie » – chez un grand nombre d’artistes d’aujourd’hui. La nomenclature établie par André Breton pour l’Exposition surréaliste d’objets[3] en 1936 se révèle être toujours d’actualité : objets naturels, objets naturels interprétés, objets naturels incorporés, objets perturbés, objets sauvages, objets mathématiques, objets trouvés, objets trouvés interprétés, objets surréalistes…

 

[version anglaise

Editorial, Marie-Hélène Breuil, Symposium chair and coordinator]

 

My subject is a barren one—the world of nature, or in other words life; and that subject in its least elevated department, and employing either rustic terms or foreign, nay barbarian, words that actually have to be introduced with an apology. Moreover, the path is not a beaten highway of authorship, nor one in which the mind is eager to range: there is not one person to be found among us who has made the same venture, nor yet one among the Greeks who has tackled single-handed all departments of the subject. A large part of us seek agreeable fields of study, while topics of immeasurable abstruseness treated by others are drowned in the shadowy darkness of the theme.

Pline, Préface à l’Histoire naturelle, livre I.

 

On December 2, 2011 and November 23, 2012 two symposia were held on Art and Nature (De l’art et de la nature) at the École supérieure des beaux-arts de Tours. Dedicated to current research on the conservation of collections in natural history museums and on contemporary artwork using elements of natural history, these events complemented and accompanied work undertaken in our Conservation and Restoration of Sculpture department.

The principle was to have a wide-ranging approach to questions of conservation and the exhibition of those curiosities which have come to be the raison d’être of some museums. From amateurs’ cabinets to public collections, such as the Musée de la Chasse et de la Nature in Paris, the Gassendi Museum in Digne-les-Bains or the collection Curios & Mirabilia in the château d’Oiron, contemporary artworks, sometimes objects of curiosity themselves, are placed in relation to and as a reflection of an entire body of artefacts which enrich our view of the world. These two days hoped to be a period to reflect on the conservation of objects by considering scientific and historical studies with questions of presentation and production. Also on the agenda was the need to think out strategies and methods of conservation for identical materials or skills which are used and applied differently in the very discrete domains of contemporary art and the Earth sciences[4]. We intended that during these two days, just as in the act of reading these pages, the audience member or the reader could consider museum objects or contemporary art without feeling the need to worry about classifications or æsthetic categories.

One of the recurring difficulties facing not only those managing collections, whether curators or restorers, but also artists, is that of infestation- for who hasn’t had woollens holed by moths? In the words of the eloquent subtitle of the introductory text by Marie-Christine Prestat, La chasse aux mythes, an expedition into the history of the Musée de la Chasse et de la Nature and its collections shows how the museology is inspired by cabinets of curiosities and mixes mythology and nostalgia for the ancient, eclectic and humanist learning, animals and the precious, while leaving a large share for propositions by contemporary artists.

The presentation of conservation problems opens with a first section focused on insects, enabling an approach to the entomological work of Jan Fabre, followed by the study by Grazia Nicosia, Fabien Fohrer, Yoanna Dechezleprêtre and Virginia Gisel de Billerbeck on “bioactive substances for the protection of heritage against harmful insects”, the first results of which are announced here.

The second section gives an account of experiences of the practical management of collections. These reports resume the problems met in contact with artefacts or artwork incorporating naturalised or living animals and the solutions brought to them using the means available: Béatrice Guilloux sets out some of the difficulties involved in the management and the preservation of a Regional contemporary art collection; Samuel Quenault shares his experience as collection manager and production assistant at the château d’Oiron ; Johanna Kapp gives an overview of the complete inventory of the collections of the musée d’Elbeuf in preparation for their removal to another site. During the first day, we spent the afternoon looking at collections and artwork in fluids. The work in Damien Hirst’s series Natural History, especially The Physical Impossibility of Death in the Mind of Someone Living, 1992, a shark in an aquarium of formaldehyde, are clear examples of the interest, even the fascination, that some artists have for the representation of bodies in fluid. The preservation of this work and the replacement of the shark a few years ago have been widely commented upon[5]. The contribution of Marc Herbin presents the history of procedures for the preservation of specimens and looks at the problems of the preservation of these collections.

Finally, the last section is dedicated to geological heritage. The Réserve naturelle nationale de Haute-Provence held two main points of interest for us. Since the year 2000, it has contributed to the establishment of a collection of contemporary art initiated by the Gassendi Museum and Le Cairn art centre. The work produced is in phase with the geological site in which it is placed and is a dynamic collection, visited and sometimes occupied by visitors. The site also hosts in situ experimentation on fossils, Myette Guiomar explains the specific questions that are raised in her intervention. In the last article, Giliane Odin, Dominique Chabard and Véronique Rouchon report on their preliminary study of pyrite fossil materials.

The interest for natural formation, curiosities and other monstrosities is constant in the art world, even so, we can consider the borrowings from the “natural” sciences in contemporary art participate in the desire of artists to transgress the boundaries set by fine art. The attraction for representations of flora and fauna, the taste for herb gardens, the collections of vials, preserved animals, gems and precious stones appear both as the motor of creation and provider of a certain effect; the “physics of poetry” for many of today’s artists. The nomenclature established by André Breton for the Exposition surréaliste d’objets[6] in 1936 retains its pertinence today: natural objects, interpreted natural objects, incorporated natural objects, perturbed objects, savage objects, mathematical objects, interpreted found objects, surrealist objects, etc.

Translation, David Kidman, Coordinateur International Esba Talm, Professeur de Cinéma


[1]            Parmi les recherches en cours sur le même sujet on peut citer le réseau britannique preserved! consacré à « ces types d’objets naturels préservés, en particulier les préparations anatomiques et les taxidermies. Il explore le statut hybride de ces objets entre nature et représentation, art et science en étudiant leur fabrication, leur histoire, et leur mode de présentation ». http://www.preservedproject.co.uk/

[research network is concerned with such kinds of preserved natural objects, in particular with anatomical wet or dry preparations and taxidermy. It explorses the hybrid status of these objects between nature and representation, art and science and studies their fabricaton, history and display.]

[2]            Carol Vogel, « Swimming With Famous Dead Shark », New York Times, 1er octobre 2006. En ligne : http://www.nytimes.com/2006/10/01/arts/design01voge.html ; Petra Lange-Berndt, « Replication and Decay in Damien Hirst’s Natural History », Tatepapers, n°8, automne 2007. En ligne : http://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/issue-08

[3]            galerie Charles Ratton, Paris, 22-29 mai 1936.

[4]            Amongst the current research on this subject, one might cite the British network, preserved! dedicated to “such kinds of preserved natural objects, in particular with anatomical wet or dry preparations and taxidermy. It explorses the hybrid status of these objects between nature and representation, art and science and studies their fabricaton, history and display.” http://www.preservedproject.co.uk/

[5]            Carol Vogel, “Swimming With Famous Dead Shark”, New York Times, 1Octobre 2006, http://www.nytimes.com/2006/10/01/arts/design01voge.html, Petra Lange-Berndt, “Replication and Decay in Damien Hirst’s Natural History”, Tatepapers, n°8, Autumn 2007, http://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/issue-08

[6]            galerie Charles Ratton, Paris, 22-29 May 1936.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *