Replace or remake ? a work in progress

Voir l’actualité du séminaire de l’équipe de recherche

 

Compte rendu de la journée d’étude du 25 mars 2014 sur la restauration de la Tour cybernétique de Nicolas Schöffer, ESA, Liège

En 1961, la ville de Liège (Belgique) commandait à Nicolas Schöffer, artiste hongrois installé en France et père de l’art cybernétique, une œuvre monumentale, haute de 52 m de haut.  La Tour cybernétique était alors à la pointe de la modernité et de l’interactivité : dotée de capteurs thermiques, hygrométriques mais aussi relatifs à l’activité de la ville, elle “réagissait” en phase avec son environnement urbain et humain en produisant des mouvement, des sons, des lumières. Dotée d’un cerveau électronique et d’un jeu d’orgues orchestrant son expression aléatoire, elle fut au cœur de plusieurs spectacles sons et lumières, notamment en collaboration avec Henri Pousseur et Pierre Arnaud. Cette œuvre extraordinaire, mal comprise des contemporains, connut faute d’entretien des pannes successives avant de devenir, dès les années 70, complètement inerte. Les autorités publiques viennent de débloquer les fonds nécessaire à sa restauration… mais c’est via la presse que les conservateurs-restaurateurs ont appris que le chantier avait été confié à un bureau d’architecture et une firme d’ingénierie civile.

Une journée d’étude a donc été organisée à Liège le 25 mars dernier avec INCCA-f, dans le cadre du projet de recherche intitulé Replace or Remake. Elle a rassemblé l’ensemble des parties-prenantes (autorités publiques, bureau d’architecture, association des Amis de la Tour cybernétique), mais aussi plus d’une vingtaine de chercheurs et restaurateurs internationaux, parmi lesquels Gilles Barabant et Cécile Dazord (C2RMF), Anne Cadenet (Capc Musée d’Art contemporain de Bordeaux), Lydia Beerkens (UvA), Marie-Hélène Breuil (esba TALM site de Tours) Arnauld Pierre (Paris-Sorbonne), Isabelle Astic (Musée des Arts et Métiers – Cnam, Paris). Tous ont eu accès à l’ensemble des installations de la Tour.

Les questions de ces experts demeurent nombreuses quant à la restauration de l’œuvre. En effet, celle-ci a été, pour des raisons essentiellement politiques et budgétaires, classée comme “monument”, et non comme œuvre d’art. Par conséquent, la matérialité (fondation, structure, projecteurs…) est privilégiée dans le cahier des charges. Si la documentation de l’œuvre, la préservation des bandes magnétiques originales,  l’entreposage des pièces démontées et remplacées sont théoriquement prévus, aucune précision n’est disponible sur ces points. Aussi, le respect de l’intégrité esthétique de l’œuvre pose question, faute de documentation complète: la restauration de sa fonctionnalité reste par conséquent très floue. Les experts n’ont pu obtenir de réponses précises sur ces points essentiels : toutefois, des pistes de réflexion ont été évoquées, et des collaborations nationales et internationales ont été proposées.

S’il faut saluer la volonté des autorités publiques de rendre vie à cette œuvre d’art exceptionnelle, la non-implication, dès le début du projet, des conservateurs-restaurateurs a entraîné des erreurs méthodologiques : celles-ci sont réparables, mais se heurtent d’une part à la réalité d’un budget intangible, et de l’autre, aux réticences de certaines parties-prenantes qui perçoivent l’approche des experts comme intrusive.

En conclusion, note Manon D’haenens, chercheur et doctorante  (Université de Liège-ESA Saint-Luc de Liège) c’est d’une double non-reconnaissance –celle de la Tour comme œuvre d’art, celle des restaurateurs d’art contemporain comme parties-prenantes- que naissent les inquiétudes actuelles. L’ensemble des intervenants de cette journée d’étude a souligné le caractère exceptionnel de l’œuvre et la nécessité d’une conservation rigoureuse de ses éléments. Quant à la restauration,  il importe qu’esthétique et fonctionnalité fassent l’objet de la même attention, des mêmes spécifications que celles relatives à la matérialité de l’œuvre.

compte rendu établi par Muriel Verbeeck

Programme
9h-9h30 accueil des participants
9h30 présentation du projet Replace or remake ? par Marie-Hélène Breuil ; présentation de la journée d’étude par Muriel Verbeeck.
10h Manon D’haenens, Introduction au projet de restauration de la Tour Cybernétique de Nicolas Schöffer
11h visite de la Tour cybernétique, du « cerveau » électronique et du poste de commande

14h Présentation de Jean-Yves Eischen (Bureau d’Architecture Greisch), gestionnaire du projet
14h30 Table ronde avec les intervenants du projet: J.Y.Eischen (Bureau d’architecture Greisch), V.Krins (Institut du Patrimoine Wallon ), Robert Stéphane (Amis de la Tour cybernétique de Liège), Philippe Hoornaert (Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer), ainsi que Gilles Barabant (Centre de recherche et de restauration des Musées de France) et Alain Colombini (Centre
Interdisciplinaire de Conservation-restauration –Marseille)
15h 30 pause café
16 h Cécile Dazord (Centre de recherche et de restauration des Musées de France), Conservation-restauration et obsolescence technologique en art contemporain
17 h Conclusions

 

Compte rendu du séminaire de recherche du 14 février 2014, Auditorium du C2rmf, Paris

Remerciements : Gilles Barabant et Cécile Dazord, Anne Cadenet pour sa participation active, Manon d’Haemens, les étudiants de L2 du cursus Conservation-restauration des œuvres sculptées : Höel Gaboriau, Mathilde Jonghmans, Louise Rouillé, Chloé Bodin

 

Manon d’Haenens, présentation du sujet de thèse de doctorat en Art et sciences de l’art à l’Université de Liège et en collaboration avec l’ESA St-Luc : Conservation-restauration in situ dans les collections d’art contemporain

3 axes ont été définis :

– Etude de la gestion des collections à partir de quelques exemples : des fondations privées et publiques en Belgique ; le Capc, Bordeaux ; le nmusée de Saint-Etienne ; la Tate Modern, Londres ; musée à Maastricht, la Fondation cartier, Paris.

– Proposer des solutions : le rôle et l’apport du conservateur-restaurateur dans les collections

– Appliquer les solutions : études de cas dont la Tour Schöffer, une oeuvre d’Anish Kapoor, etc…

Résumé : L’objectif est de proposer une association en amont entre le conservateur-restaurateur et la collection afin d’optimiser la conservation des œuvres qui y sont produites, exposées et/ou conservées. Cette collaboration étroite sera constituée d’une part d’une étude de la situation au sein des collections – fonctionnements et problématiques rencontrées- et d’autre part de l’apport des compétences de la conservation-restauration à leur service.

La conservation-restauration in situ sur certaines œuvres permettra de définir l’ancrage de la pratique au sein des collections sur base de problématiques ciblées dans le champ d’étude. La démarche se basera sur l’étude et le traitement in situ de cas représentatifs comportant des difficultés spécifiques. Cela permet d’aborder les problématiques de la conservation préventive à long terme, la restauration in-situ, les remplacements partiels ou complets, la communication en équipe pluridisciplinaire et la relation avec le public.

 

Höel Gaboriau, présentation de l’étude en cours dans le cadre du cours d’histoire de l’art de L2 : Daniel Buren et Patrick Bouchain, Les anneaux, Nantes

– un éclairage LED

– la restauration est confiée à Nantes Métropole

– un contrat a du être passé entre Daniel Buren et Nantes Métropole

 

Gilles Barabant, Etude de cas : réfection de polychromie sur deux oeuvres de Niki de Saint-Phalle et  de Damien Cabannes

Niki de Saint-Phalle, L’arbre serpent, 1995, Une oeuvre acquise en 2004 par le musée d’Angers et installée sur le parvis [ voir des images sur : http://musees.angers.fr/vie-des-musees/oeuvres-en-restauration/index.html ]

polychromie de fabrication déléguée qui pose des problèmes : lors de l’acquisition en 2004 une reprise complète de la polychromie avait été réalisée. En 2012, la polychromie est ruinée.

Quels sont les problèmes techniques ?

– Pourquoi est-ce que ça se dégrade, alors que la peinture est de bonne tenue, ce qui implique de comprendre le niveau de décapage précédent ?

– Il ne s’agit pas d’une restauration traditionnelle mais d’une réfection : comment légitimer la prise de décision ? Comment trouver une solution ? [ à propos de la conservation des peintures en extérieurs, voir : http://www.getty.edu/conservation/our_projects/science/outdoor/ ]

– La reprise de polychromie doit être envisagée comme un entretien nécessaire. La maintenance doit être intégrée dans la restauration.

Damien Cabanes, Sans titre, 2000, FNAC, exposée au jardin des Tuileries puis dans le parc de sculpture du musée de Caen entre 2006 et 2011

– Il est envisagé de travailler avec un restaurateur et l’artiste afin de déterminer les produits qui seront utilisés par l’artiste pour le réfection de la polychromie. Le restaurateur est le garant de ce qui a été fait, en terme de suivi et en terme de documentation.

Gilles Barabant signale la publication de Conserving Outdoor Sculpture, Brian Considine, Julie Wolfe, Katrina Posner, and Michel Bouchard, Los Angeles, Getty Conservation Institute, 2010 : http://www.getty.edu/conservation/publications_resources/books/conserving_outdoor_sculpture.html

 

Anne Cadenet signale la publication de What’s changing. Theories and practices in the restoration of contemporary art, Cristina Mundici et Antonio Rava, Skira, 2013.

[ This volume conteins the proceedings of the two conference on the restoration of contemporary art promoted by Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea at a distance of 25 years and organised by the same curators, maria Cristina Mundici and Antonio Rava. Bringing together the proceeding of the 1987 conference and those 2012 in a single book higlights the historic dimension of a debate that is still very open: namely, how to restore contemporary art. Twenty-five years ago, the first true Italian museum of contemporary art set out to tackle the problem of the conservation and passing down of contemporary art works to the future, with a variety of contributions from technical, methodological and interpretative points of view. In the more recent conference, the direction taken since then was examined, on the one hand evidencing questions of methodology, philosopy and aesthetics, with particular attention to the interpretative criteria underlyng restoration, and on the other presenting specific problems associated with the restoration of examples of Arte Povera.]

 

Compte-rendu du Séminaire du 4 décembre 2013, Salle de conférence de l’esba Tours

Replace or remake ? a work in progress — production et conservation des œuvres contemporaines

2e volet du programme Replace or remake ?

Le premier volet de ce programme (hors subvention) a permis de mener l’étude de White Rock Line de Richard Long et a abouti à l’organisation par le Capc d’une journée d’étude : White Rock Line, Replace or remake ?, le 11 octobre 2013, ainsi qu’à la publication d’un article « Replace or Remake, considérations sur la notion de remake en conservation-restauration », dans Marges (revue du Département Arts plastiques de l’Université Paris 8), nov. 2013, n°17.

L’objet de ce deuxième volet est de réfléchir au statut de la production au sein de la conservation-restauration : quelle place ? quels enjeux, quels objectifs, dans quel cas, pourquoi et comment produire à nouveau tout ou partie d’une œuvre ? Le fait de refaire ou de remplacer est généralement admis en art contemporain, notamment lorsque les matériels qui composent l’œuvre deviennent obsolètes, cependant cette pratique est insuffisamment encadrée et documentée.

Le programme de recherche Replace or remake ? est subventionné par le Service des arts plastiques de la Direction Générale de la Création Artistique du Ministère de la culture dans le cadre de l’appel à projet de recherche 2013.

Ce programme, en réponse à un appel à projet diffusé au sein des écoles d’art et portant sur « la production en art et en design » et écartant de ce fait la question de la conservation, nous a amené à poser la question de la production au sein de la conservation-restauration, ainsi que celle de la place d’un enseignement en conservation-restauration au sein d’une école d’art.

Sa durée est de 18 mois, une restitution au Ministère de la culture par le responsable du projet est prévue dans 12 à 18 mois.

Rappel des grandes lignes du projet :

Le remplacement et la substitution sont une pratique courante en art contemporain mais insuffisamment encadrée.

Membres de l’équipe

Le programme est mené par : ER[cr]OS : Equipe de recherche du Cursus Conservation-restauration des œuvres sculptées de l’esba TALM Site de Tours : Marie-Hélène Breuil ; Agnès Cascio, restauratrice ; Marie-Emmanuelle Meyohas, restauratrice et docteur en histoire de l’art ; Marcel Molac, restaurateur ; Olivier Steib, étudiant en Master 2 ; Agathe Houvet, étudiante en L3.

Département Conservation-restauration des œuvres d’art de l’Ecole supérieure des arts Saint-Luc à Liège (Belgique) : Nico Broers, restaurateur ; Sophie Moreaux, restauratrice ; Muriel Verbeeck, philosophe et théoricienne de l’art, enseignants.

Centre Européen d’Archéométrie de l’Université de Liège (Belgique) : Manon D’Haenens, doctorante.

C2RMF (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France, Paris) : Gilles Barabant, département restauration, filière art contemporain ; Cécile Dazord, département recherche, filière art contemporain.

Capc Musée d’art contemporain, Bordeaux : Anne Cadenet, Chargée du Service Collection, Documentation, Archives.

La Petite Escalère, jardin de sculptures, Saint-Laurent-de-Gosse : Mathilde Simian, chargée de la collection, Dominique Haïm.

CeROArt : revue et plateforme interactive consacrées à une approche pluridisciplinaire de la problématique de la Conservation, exposition et Restauration d’Objets d’Art. Rédacteur en chef : Muriel Verbeeck. Publication électronique en ligne : http://www.ceroart.org

INCCA-f : Le groupe francophone de l’International Network for the Conservation of Contemporary Art a pour but de promouvoir des actions en faveur de la conservation de l’art contemporain. Coordinatrices : Cécile Dazord, Marie-Hélène Breuil. http://www.incca.org/incca-f

Invitée à nous rejoindre : Domique Gagneux, conservatrice au Musée d’art moderne de la Ville de Paris

Avec la participation de Maria Letizia Profiri, restauratrice

 

3 axes de travail structurent le projet :

– Lexique et vocabulaire commun

– Etudes de cas

– Participation des artistes

 

PRESENTATIONS DES ETUDES DE CAS

En cours

Anne Cadenet, Richard Long, White rock line

Suite à la journée d’étude du 11 octobre :

Visite prochaine de la carrière (18 tonnes nécessitées) ; visite prévue ensuite par l’artiste ; en vue d’un « remaking » (terme employé par Richard Long) sous le contrôle de l’artiste

Mise en place d’un protocole de maintenance

 

Olivier Steib, Nino Calos, 2 mobiles lumineux du MAMVP

Mobile lumineux 130, 1966

Mobile lumineux 267B, 1970

 

Envisagées

Mathilde Simian, Andy Golsworthy, Refuge

Acquise en 2006, suite à une exposition à la Galerie Lelong, pour le Jardin de sculptures La Petite Escalère.

3 puits en ardoises, construits sur un canal est régulièrement inondés, dans lesquels sont inclus trois branches (qui ne viennent pas de la région) maintenues dans les parois par des trous

Environ 150 (larg) x 250 (long) x 350 cm (prof)

La pièce installée en 2007 a beaucoup évolué (développement de lichens,…) du fait de stations prolongées dans l’eau (parfois jusqu’à 6 semaines) qui ont provoqué le pourrissement du bois.

Venue de l’artiste qui a pronostiqué encore 10 ans pour la pièce mais une branche s’est effondrée l’année suivante. L’artiste a été recontacté, non disponible.

Fallait-il faire un moulage ? ce qui figerait l’œuvre alors qu’il s’agit d’une pièce évolutive…

Faut-il la laisser pourrir et disparaître ? L’idée de putréfaction de la branche n’était pas présente à l’origine.

C’est une œuvre produite dans un premier temps pour une exposition : pour l’intérieur et pour une durée de 6 semaines… de fait éphémère.

L’intention de l’artiste semble avoir changé, le contexte / objectif aussi : ni la Petite Escalère ni l’artiste n’imaginaient pas que l’œuvre se dégraderait si rapidement.

 

Nico Broers, Nicolas Schöffer, Tour Schöffer, Parc à côté du Palais des Congrès, Liège, 1961

Classée en 1987 et 2009.

52 m de hauteur : la plus haute des tours réalisées par Schöffer

Ossature acier tubulure carré, plaques de miroir, système électronique = mouvement, musique, éclairage (document audiovisuel de 1961)

Exposée avec un mur de lumière (écran 82 m) l Lumière provenant de projecteurs placés sur le bâtiment. La Tour s’intègre dans l’ensemble. Capteurs, réactions aux bruits et mouvements de la ville.

Musique de Henri Pousseur (compositeur belge)

Activation ?

Projet de restauration : la restauration a été envisagée à plusieurs reprises, notamment en 1978 (ce qui signifiait qu’elle avait déjà des problèmes de fonctionnement)

Coût élevé des travaux de rénovation qui envisagent le changement de matériaux et la « modernisation » de la Tour, aucune mention du mur n’est faite.

Le marché a déjà été attribué (qui ne concerne pas que la tour mais aussi le toit du bâtiment)

Rendez-vous avec l’Echevinat a été pris le 11 décembre, Manon D’Haenens, doctorante envisage de faire un constat d’état et d’inclure cette étude dans ses recherches.

Visite de la Tour prévue pour l’équipe de recherche le 25 mars 2014

 

Anne Cadenet, Mario Merz, Che fare ?, 1969

Reprise à ouverture du CAPC en 1989 d’une exposition réalisée à la Galerie Attico en 1969 intitulée Che fare ?, et montrée à nouveau pour l’exposition L’œuvre et ses archives, Capc, 2012

Installations, métal, terre, pierre, Igloo (1986) et Voiture (1990)

Qu’est-ce qui est conservé ? Qu’est ce qui est remplacé ? Discussion sur les différences de choix entre conservation et remplacement, pour les éléments végétaux notamment, selon les institutions (Capc et musées italiens selon les indications fournies par Maria Letizia Profiri).

 

Autres études de cas proposées :

Dominique Gagneux, reconstitution en cours d’une œuvre disparue de Liliane Lijn par le Musée d’art moderne de la ville de Paris

Gilles Barabant, réfection d’une œuvre de Damien Cabanes

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *