Obsolescence technologique : le cas de la substitution d’anciens matériaux industriels disparus, lors de la restauration de deux Mobiles Lumineux de Nino Calos (1926-1990)

Olivier Steib

Extrait du mémoire de Master en conservation-restauration des œuvres sculptées, en cours de préparation

Présentation dans le cadre du programme de recherche Replace or remake ? a work in progress

 

Nous avons été confronté à la question de l’obsolescence des matériaux au travers de la restauration de deux Mobiles lumineux de Nino calos, œuvres d’art lumino-cinétique de la fin des années 1960, qui nous ont été confiées par le musée d’Art moderne de la ville de Paris. Ces deux mobiles, censés produire un effet optique, combinaison de lumière et de mouvement sous la forme de nuées de couleurs en lente évolution, sont aujourd’hui dysfonctionnels. Le premier, Mobile Lumineux 130, qui est daté de 1966, ne s’allume plus, il devient un boîtier stérile, dénué de son sens premier. Le second, Mobile lumineux 267B, daté de 1970, fonctionne encore mais son écran diffuseur est endommagé, fissuré sur une large portion et rayé assez profondément à de multiples endroits.

Pour le cas de l’écran diffuseur, le remplacement de l’écran est possible, mais plus interventionniste que la consolidation de l’écran original, dont la tentative a d’abord été privilégiée. Cependant, de multiples essais de consolidation effectués au préalable sur des échantillons nous ont conduit à abandonner cette idée, car les résultats obtenus ne se sont pas avérés concluants. Nous avons noté plusieurs fois la mauvaise infiltration de l’adhésif employé (la résine époxyde Hxtal® Nyl-1) et lorsque le résultat paraissait satisfaisant du point de vue de l’infiltration, nous avons constaté qu’une légère différence d’indice de réfraction rendait le joint encore assez visible en lumière transmise. De plus, le plan de joint mesure près de 50 cm, ne fait que 2 mm d’épaisseur, et est de forme irrégulière. Enfin, l’écran ne repose que sur 1 cm de chaque côté, aussi le poids créé des contraintes au niveau du joint relativement fortes. Nous avons donc considéré que le risque encouru était trop important, et préféré la substitution de cet écran. Le choix de la substitution est une solution temporaire qui n’a pas d’incidence sur l’écran original : celui-ci sera conservé, et si l’évolution des adhésifs et des techniques de restauration permet un jour une consolidation respectueuse du PMMA, elle pourra être appliquée sur l’original qui reprendra alors sa place au sein du mobile. L’écran de substitution permettra en attendant d’assurer le fonctionnement complet de l’œuvre.

Nous nous sommes malgré tout heurté à la difficulté de la fourniture d’un écran diffusant à l’heure actuelle. Les principaux fournisseurs, (Plexiglas®, Lucite®, Perspex®, Altuglas®…) ne disposent pas d’écran diffusant de 2 mm d’épaisseur comme c’est le cas ici, le minimum proposé étant d’une épaisseur de 3 mm. Plexiglas® a été pour nous le fournisseur le plus sérieux car il propose une gamme de plaques diffusantes de plusieurs types, tout en indiquant la transmission lumineuse de ses produits (en %), là où ses concurrents indiquent souvent la seule mention de « blanc diffusant » sur une échelle arbitraire. Nous avons donc  commandé des échantillons, pour pouvoir effectuer notre propre jugement à l’œil nu, meilleur juge des phénomènes de contrastes. Après comparaison, nous nous apercevons que seuls 2 échantillons se rapprochent réellement de l’effet produit par l’original. L’un est un peu trop transparent (environ 3% selon une mesure) l’autre un peu plus opaque (d’environ 6%). Ne pouvant obtenir l’exacte transmission lumineuse, nous avons donc pris en compte le second paramètre, qui est la diffusion. Nous nous sommes ainsi aperçus que l’échantillon le plus proche en transmission est en revanche beaucoup moins diffusant, il permet presque de voir au travers, ce qui n’est pas souhaitable : l’effet recherché par l’artiste est un flou coloré. Le second est lui beaucoup plus fidèle à la diffusion apportée par l’original, nous l’avons ainsi sélectionné en concertation avec le conservateur responsable de l’œuvre et le personnel enseignant, et il va être commandé. L’épaisseur étant plus importante, les bords devront être arasés à l’aide d’une fraiseuse sur 1 cm pour que la plaque s’ajuste parfaitement au cadre en aluminium qui la maintiendra sur l’original. L’écran sera également gravé de la date de remplacement et des informations nécessaires à son identification.

Le second mobile lumineux posait lui une problématique bien différente, mais toujours liée à l’obsolescence de ses matériaux constitutifs. Les tubes fluorescents qui sont la source de sa lumière ont rendu l’âme, et avec eux l’œuvre est entrée dans un coma. L’absence de lumière ne permet plus l’identification de l’œuvre, l’objet est privé de sa signification. Il était donc essentiel de rétablir ce fonctionnement, pour réactiver le mobile. Pour résoudre cette question, il nous a d’abord fallu réunir une documentation suffisante pour comprendre la nature de la lumière produite par la source lumineuse. Les tubes fluorescents présents dans l’œuvre sont de type « Mazdafluor blanc super ». Cette appellation est aujourd’hui remplacée par une codification standardisée qui nous permet d’identifier clairement la nature de la source lumineuse. Par exemple, on trouvera aujourd’hui la mention TL 840, signifiant tube linéaire, avec un indice de rendu des couleurs de 80, et une température de couleur de 4000 K. Si ces données sont simples à lire à l’heure actuelle, la documentation technique sur les tubes fluorescents des années 1960 semble disparaitre avec ces tubes. Il nous a été difficile de retrouver des informations sur la nature de ce fameux « blanc super », mais nous avons fini par trouver un ancien bulletin technique sur des tubes halophosphates de cette période et comportant cette appellation. Il s’agissait donc de tubes type « blanc industrie », à bon rendement lumineux, mais possédant un très mauvais rendu des couleurs (un IRC d’environ 60), voilà pourquoi on les destinait principalement à des applications industrielles. Les tubes « blanc super » existaient en deux teintes : 4000K et 6500K. Nous possédons désormais des paramètres précis, qui sont reproductibles sur des systèmes lumineux actuels. Nous avons tout de même cherché des tubes originaux, mais en vain. Mazda Lampes n’existe plus, elle a été absorbée par Philips en 1983 et disparaît définitivement en 2007. Depuis, les produits de cette compagnie ont changé de statut, ils acquièrent le statut d’objets de collection pour certains amateurs. En cherchant du côté d’autres fabricants nous pensions trouver des tubes similaires, cependant, cette technologie a disparue depuis plusieurs années : les tubes de petite taille, de diamètre important, avec un revêtement halophosphates, ne sont plus disponibles depuis longtemps. Des tubes plus longs sont devenus plus courants, leur diamètre a été progressivement réduit, et dans les années 1970 les poudres triphosphores (permettant un spectre lumineux plus homogène) ont supplanté les tubes halophosphates qui ont été réservés pour l’industrie, à bas prix. Et l’évolution ne va pas dans le sens de la facilité pour ceux qui désirent investir dans le fluorescent : les tubes halophosphates ne seront désormais plus produits, et tout comme la lampe à incandescence, la fin des tubes fluorescents est d’ores et déjà programmée.

Nous sommes donc arrivé à la conclusion qu’il était essentiel de trouver une solution plus durable, qui soit une anticipation et non pas un report du problème à court ou moyen terme. Il n’existe pas de tubes fluorescents, même de diamètre plus faible, qui puisse s’intégrer à l’œuvre sans apporter de lourdes modifications à son système, et si des tubes fluorescents d’époque pourraient être découverts, ils ne constitueraient que des solutions à très court terme et à très forte probabilité de panne.

Prenant en compte ces facteurs, nous nous sommes donc tourné vers une source lumineuse à base de diodes électroluminescentes, couramment dénommées LEDs (Light Emitting Diodes), cette technologie étant désormais jugée suffisamment fiable pour constituer une solution d’avenir. Nous avons choisi cette technologie pour les avantages qu’elle propose : premièrement sa durée de vie, qui peut aller actuellement jusqu’à 50000h (dans des conditions optimales de fonctionnement) soit près de 5x celle d’un tube fluorescent. Sa résistance est également excellente : il n’y a pas de verre et le composant est solide, il faut simplement veiller à la tension d’alimentation et la surchauffe, qui sont leurs points faibles, mais facilement contrôlables. Il y a ensuite l’efficacité lumineuse : à même rendement lumineux, une source LED consomme moins d’énergie. Ce qui nous intéresse ici, c’est la faible émission de chaleur et l’absence de rayonnement UV, ce qui signifie qu’une source lumineuse à base de LEDs est moins agressive que les tubes d’origine pour les matériaux de l’œuvre. Le point négatif est le prix à l’achat, 10 fois plus important qu’un tube fluorescent récent. Cependant, la durée de vie compense entièrement ce point négatif, puisque le risque de panne sera réduit et l’ouverture du mobile, opération qui l’endommage, sera moins fréquente. Il s’agit également d’aborder la notion de développement technologique. En effet, l’évolution du marché tend vers l’imposition progressive des LEDs qui seront de plus en plus présentes dans le quotidien. Cette évolution est une forme d’assurance, elle signifie que les prix vont sans doute chuter, et surtout que l’offre ne risque pas de diminuer, ce que l’on ne peut garantir pour les autres sources. En réalité, il est même plus évident de penser qu’il sera plus aisé de trouver des systèmes encore plus fiables et plus performants que la solution que nous proposons actuellement, qui reste encore un compromis, et peut être améliorée.

La solution que nous avons proposée et réalisée est un tube factice qui va se substituer aux tubes fluorescents originaux. Le dispositif se compose d’un tube en PMMA diffusant de diamètre identique, 38mm, dans lequel est glissée une bande LED montée sur une bande en aluminium permettant la dissipation de la chaleur. Nous avons récupéré des culots en aluminium originaux provenant de tubes Mazdafluor de récupération, qui vont nous permettre d’insérer le tube dans le support original. Le choix du type de LED s’est fait sur des critères drastiques et n’a pas été des plus aisés, car il a fallu trouver une bande avec un écartement des LEDs qui ne soit pas trop important pour avoir une couverture lumineuse homogène tout le long du tube, tout en s’assurant que le rendement lumineux total soit équivalent à celui de l’original, compris entre 300 et 700 lumens maximum, et surtout en ayant la même température de couleur. Cette recherche a été fastidieuse car nous sommes encore dans une période de mise en place de cette technologie, aussi tout un tas de fournisseurs fleurissent partout, et il n’est pas évident de se repérer dans les dizaines de produits qui nous sont proposés. Il s’agit aussi de se méfier des produits de provenance douteuse et de qualité aléatoire.

La principale limite de ce système est que, à l’inverse d’un tube fluorescent, la lumière des LEDs est directionnelle, aussi, et malgré le tube diffusant, il reste une zone d’ombre sous la bande d’aluminium. Nous avons imaginé des systèmes évitant cette zone d’ombre, comme la répartition des LEDs en spirale, mais cela crée d’autres problèmes, comme l’apparition de points chauds, la diffusion n’étant plus suffisante, ou bien un nombre de LEDs trop important qui soulève alors des problèmes de dissipation thermique. Ces points pourraient être améliorés grâce à l’évolution constante des technologies, et notamment celle des plastiques diffusants, avec encore récemment l’apparition de nouvelles gammes spécialement conçues pour les applications LED.

Une fois les tubes terminés, ils seront codifiés pour être facilement identifiés, et placés au sein du mobile avec leur alimentation, qui trouvera une place discrète. L’avantage de son alimentation est qu’elle peut fonctionner de 90 à 264 V sans risque, le système est donc adapté à la fois à une œuvre fonctionnant en 127 V comme Mobile Lumineux 130, ou en 220 V comme Mobile Lumineux 267B.

Ce système lumineux de remplacement a été conçu pour s’adapter à ces œuvres en particulier, mais il constitue une solution flexible, modulable pour répondre à des problématiques variées, et simples à mettre en œuvre. Il reste malgré tout un compromis, l’idéal aurait été de remplacer la technologie disparue par une technologie similaire (des tubes fluorescents modernes), mais dont la difficulté de fourniture est grande et va être croissante avec les années ; les problématiques de stockage des pièces de remplacement restant difficiles à mettre en place et à gérer par les institutions du patrimoine. Cette substitution par une nouvelle technologie est insolite, mais prend en compte ces difficultés peu couramment rencontrées dans la conservation-restauration, et se place dans une démarche anticipatrice.

 

Mobile Lumineux 130 et Mobile lumineux 267B font partie de la collection du musée d’Art moderne de la ville de Paris et ont été confiés au cursus Conservation-restauration des œuvres sculptées de l’EPCC esba TALM site de Tours pour étude et restauration, dans le cadre du diplôme de Master d’Olivier Steib, par Dominique Gagneux, conservatrice du patrimoine chargée des restaurations au MAMVP.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *