Séminaire de recherche au musée d’Art moderne de la ville de Paris, 14 octobre 2014

Compte-rendu du séminaire de recherche du programme « Replace or remake ? a work in progress »

Le 14 octobre 2014

Musée d’Art Moderne de la ville de Paris

 

Dominique Gagneux et Stéphanie Elarbi

Présentation de l’étude en cours en vue du « remake » de Liquid reflections, Lilian Lijn, 1966

Liquid Reflections a été acheté par le MAMVP en 1967 au Salon Comparaisons. Cette œuvre est considérée comme disparue, elle n’existe plus matériellement dans les collections. Une autre œuvre de l’artiste, portant le même titre, a été achetée par le FNAC en 1973 à la galerie Germain et a été exposée récemment à Amiens (exposition Mobile Immobile en 2012). Il n’y a pas de photo sur la fiche d’inventaire du musée, une photographie dans le catalogue « Lumière et mouvement », 1967, où l’œuvre a été exposée peu après son acquisition, montre 3 Liquid Reflections.

L’œuvre n’est composée que d’éléments mécaniques : un tambour (deux disques) en plexiglas contenant de l’eau avec de la paraffine, un moteur, deux boules en plexiglas,  une lampe fabriquée par l’artiste à l’aide d’objets trouvés et un transformateur.

Le site Internet de l’artiste (http://www.lilianelijn.com/archive/liq01.html) nous apprend que 2 séries de Liquid Reflections existent : la première datée de 1966, dont fait partie l’œuvre du MAMVP ; l’autre de 1968, avec des changements et notamment des « améliorations » (le plateau est légèrement incurvé). Ainsi que leur présence dans d’autres collections : Tate Modern, Moma, Kunstmuseum de Berne.

Les recherches font également apparaître une vente d’un exemplaire chez Sotheby en 2013.

Le MAMVP a demandé à Stéphanie Elarbi, dans le cadre de son activité au sein de l’atelier Boronali, une étude avec constitution d’une documentation historique et matérielle et devis en vue de la réalisation d’un « remake ».

La série 1 comporterait  3 ou 4 pièces : celle du MAMVP, celle du Kunstmuseum de Berne, une dans une collection privée et une encore en possession de l’artiste.

La série 2 comporterait 13 pièces.

L’étude en est à ses débuts, une rencontre avec l’artiste est prévue en janvier pour voir notamment la pièce en sa possession.

L’étude pourra également aider à retracer le parcours matériel de cette œuvre (elle aurait pu partir en prêt et ne jamais rentrer au musée, puisque l’on sait qu’elle a figuré à une exposition à Berne et au Musée des Arts décoratifs à Paris organisée par Harald Szeeman)

Dominique et Stéphanie ont été invitées par le Musée d’Amiens à assister dans quelques mois au remontage du Liquid Reflections du FNAC qu’il a aujourd’hui en dépôt.

Un certain nombre de questions sur la possibilité de ce « remake » ont été abordées, notamment la question de sa réalisation matérielle à partir du schéma de l’artiste présent dans le dossier d’œuvre, celle de son statut, et du terme le plus adéquat pour le nommer, à partir d’un examen du lexique « Terminology for further expansion », Tate Papers, n° 8, Autumn 2007 (special 
issue on Replication for the workshop « Inherent Vice : The Replica and its Implications in 
Modern Sculpture » held at the Tate Modern, 18-19 October 2007. En ligne : http://www.tate.org.uk/research/publications/tate-papers/issue-08).

Ce n’est qu’au terme de cette étude que la décision de refaire l’œuvre ou non sera prise.

 

Remerciements à Dominique Gagneux pour son invitation ; ainsi qu’à Mme Marie-Christine Lasnier qui apporte son aide financière à cette étude ; Stéphanie Elarbi, conservatrice-restauratrice et Aurore Orlandi, étudiante en M1 à l’ESA Avignon section restauration en stage auprès de l’atelier Boronali ; Gilles Barabant, C2RMF ; Cécile Dazord, C2RMF ; Anne Cadenet, Capc ; Mathilde Simian, LPE ; Manon D’Haenens, ESA et université de Liège ; Adèle Armand, Chloé Bodin, Hela Djobbi, Hoël Gaboriau, Tamara Labiod, Mélanie Lochaux-Dolo, Corentin Luneau, Louise Rouillé, étudiants dans le département CROS de l’Esba TALM site de Tours.

Prochain rendez-vous : 3 décembre à l’école supérieure des beaux-arts de Tours, pour la journée d’étude Replace or remake ? a work in progress, avec des interventions de Marie-Hélène Breuil et  Anne Cadenet, et un focus sur la notion de « réplique d’expérience », avec des interventions de Marie-Anne Loeper-Attia, conservatrice-restauratrice, musée de la musique, Paris  et Emilie Parendeau, artiste.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *