Journée d’étude « Replace or remake ? a work in progress », mercredi 3 décembre 2014

Dans le cadre du programme de recherche Replace or remake ? a work in progress

Salle de conférence de l’Ecole supérieure des beaux-arts TALM116 boulevard Béranger – Tours

 

Programme

Accueil et café à partir de 9h30

10 h                 Introduction par Marie-Haude Caraës, directrice du site de Tours

10 h 15            Marie-Hélène Breuil, ER[cr]OS,

Replace or remake, vers une taxonomie

11 h 15            Anne Cadenet, chargée du Service Collection, Documentation, Archives, CAPC musée d’art contemporain, Bordeaux

Même et autre : de White Rock Line, 1990 à White Rock Line, 1990, remade 2014.

 

14 h 30             Marie-Anne Loeper-Attia, conservatrice-restauratrice, Musée de la musique, Paris

La réplique d’expérience en musique : la question de la jouabilité des instruments au Musée de la musique

15 h 30            Emilie Parendeau, artiste

Les Almost-Replicas ou l’échec quasi prévisible d’une reconstruction à l’identique

suivi d’une séance de jeux Fluxus avec les Almost-Replicas

 

Suite de la journée d’étude lors du séminaire de recherche le 9 décembre à 10 h 30 avec Florent Laroche, Maître de conférence à l’École centrale de Nantes, sur la notion de réplique d’expérience et les possibilités de la modélisation.

 

Résumés

Marie-Hélène Breuil

Professeur d’histoire de l’art, ER[cr]OS, Équipe de recherche en conservation-restauration des œuvres sculptées, Esba TALM

Replace or remake ? vers une taxonomie

Synthèse et perspectives de la recherche

 

Anne Cadenet

Chargée du Service Collection, Documentation, Archives, Capc Musée d’art contemporain, Bordeaux

Même et autre : de White Rock Line, 1990 à White Rock Line, 1990, remade 2014.

En choisissant des matériaux, des formes et des processus de production singuliers, les artistes contemporains interrogent la fonction « muséale » et infléchissent le statut et la nature même des œuvres d’art. Si conserver est l’une des missions du musée, les pratiques des artistes de ces dernières décennies impliquent de repenser les modalités de gestion et de conservation des collections et de mettre en œuvre de nouvelles stratégies.

White Rock Line, 1990 de Richard Long, installée par l’artiste au printemps 1990 sur l’une des terrasses du CAPC musée, est, en ce sens, un cas d’école.

En plus de 20 ans, l’œuvre, exposée aux aléas climatiques, était devenue grise et son aspect n’était plus en accord avec ce qui la définit comme sculpture depuis 1990 : une ligne de pierre blanche de 40 mètres de long sur 1m50 de large installée par l’artiste au printemps, pendant naturel de la Ligne d’ardoise, 1985 sculpture grise et plate exposée depuis 1985 sur la terrasse opposée. Que faire donc face à 18 tonnes de calcaire blanc devenu gris et surtout pourquoi devient-il nécessaire de questionner à la fois l’état et le devenir de cette sculpture ?

La réponse de Richard Long concernant les options de restauration ou de remplacement du matériau de White Rock Line fut claire : « I like your idea of re-making the work with new stones from the original quarry ».

 

Marie-Anne Loeper-Attia

Diplômée du Master de Conservation-Restauration des Biens Culturels de Paris 1, spécialité archéologie, et d’un DEA en archéologie des périodes historiques, Marie-Anne Loeper-Attia est actuellement assistante à l’Inp, spécialité Arts du Feu – Métal et chargée de la conservation préventive et curative des collections au musée de la musique à Paris.

La réplique d’expérience en musique : la question de la jouabilité des instruments au Musée de la musique

Les répliques d’expériences ou fac-similés sont des options souvent proposées pour la valorisation du patrimoine musical. Néanmoins, la notion même d’authenticité sonore est assez complexe et il ne suffit pas de reconstruire au mieux un instrument pour en faire revivre le son. Même si ses potentialités sonores peuvent être comprises, la qualité sonore est, beaucoup plus subjective. Cette question sera abordée avec plusieurs instruments de musique du monde contemporain comme une guitare électrique Fender Stratocaster, une onde Martenot, la Croix Sonore d’Obouhow ou encore un violon en aluminium de M. Matthews. Dans chaque cas, seront présentés les options choisies et les contraintes spécifiques d’une éventuelle remise en état de jeu par rapport à une simple mise en conservation.

 

Emilie Parendeau

Émilie Parendeau est une artiste qui s’attache à interpréter les œuvres d’autres artistes, moins pour y introduire ses propres préoccupations, que dans l’intention de les actualiser en fonction de leurs conditions d’apparition. En prenant en charge le processus qui accompagne leur matérialisation, elle introduit des variations qui ont pour objet de rendre ces œuvres actives dans le présent. Elle a réalisé la plupart de ces activations dans le cadre du projet A LOUER. www.alouer-project.net

Les Almost-Replicas ou l’échec quasi prévisible d’une reconstruction à l’identique

Conçus dans les années 1960-1970, les multiples Fluxus, lorsqu’ils existent encore, sont désormais jalousement conservés par leurs propriétaires. Ceux-ci n’accepteraient aujourd’hui de les prêter que pour des présentations sécurisées, de peur qu’ils ne soient abîmés, quant aux présentations muséales, elles se trouvent souvent en contradiction complète avec le sens initial de ces objets. Ces jeux d’échec arrangés, raquettes de ping-pong modifiées et boîtes surprises étaient en effet destinés à être manipulés par tous, dans une aspiration à ce que l’art rejoigne la vie et vice versa. Emilie Parendeau a récemment entrepris de réaliser des répliques de ces jeux afin de mieux les connaître et pouvoir les utiliser. Elle a pour cela mené l’enquête, rassemblant des matériaux documentaires et des témoignages. Effectuées avec le plus grand souci de précision, ces répliques échappent pourtant à une parfaite ressemblance au modèle. Elles portent en elles une part d’interprétation et des ajustements, ce qui conduit à les qualifier de quasi-répliques (Almost-Replicas).

 

Partenaires :

Capc Musée d’art contemporain, Bordeaux ; Centre de recherche et de restauration des musées de France, Paris et Versailles ; Centre Européen d’Archéométrie, Université de Liège ; CeROArt ; Département Conservation-restauration d’œuvres d’art, École supérieure des arts Saint-Luc, Liège ; INCCA‑f, Paris ; Jardin de sculptures La Petite Escalère, Landes.

 

Département Conservation-restauration des œuvres sculptées

EPCC Esba TALM Site de Tours

http://tours.esba-talm.fr/

http://recherche.esba-talm.fr/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *