Résumés session 2014

Soutenances publiques des DNSEP conférant grade de master, mention conservation-restauration des oeuvres sculptées, le jeudi 30 octobre 2014 à partir de 10h15, Ecole supérieure des beaux-arts, 116 boulevard Béranger, Tours

 

Célia Santi

Cornu, Jean, Charité romaine, reçu le 5 juillet 1681, marbre, 92,5 x 74,5 x 15 cm, WB 284, ENSBA ; Poirier, Claude, Alliance d’Hyménée et de la Paix ou Allégorie de l’Alliance de la France et de la Savoie, reçu le 31 mars 1703, marbre, 93,5 x 76,5 x 15 cm, WB 286, ENSBA ; Le Temps découvrant la vérité (deux fragments) de René Frémin, reçu le 27 août 1701, marbre, 50,6 x 59,6 x 14 cm et : 25,8 x 15,5 x 10 cm, WB 283, ENSBA.

Les morceaux de réception de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (ENSBA), réalisés entre la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, témoignent de l’activité de l’Académie royale de Peinture et de Sculpture. Notre étude porte sur les trois reliefs conservés par l’ENSBA et sur la restauration de deux d’entre-eux. Au XIXe siècle, Félix Duban, l’architecte de l’école, les agence sur les murs de la cour
d’honneur dans le cadre de l’aménagement extérieur. Ils y restent pendant près d’un siècle, ce qui occasionne des altérations atmosphériques importantes. Suite à leur dépose au début du XXe siècle plusieurs réparations se succèdent, souvent non conformes à la déontologie de la profession en vigueur aujourd’hui. Les interventions de dérestauration ont été entreprises afin de retrouver la surface originale des reliefs. Des solutions ont été recherchées pour résoudre les problèmes de nettoyage des dépôts atmosphériques, dissimulés jusqu’ici par des peintures. La présence d’un produit inconnu, peut-être appliqué comme antifongique lorsque les reliefs étaient à l’extérieur, s’est révélée un problème important pour lequel des solutions ont été apportées. Des nouveaux supports, adaptés aux formes des reliefs et conçus afin d’être réversibles, ont été posés afin de doubler les revers des oeuvres.

Mémoire en ligne

 

Mathilde Champdavoine

Femme drapée à l’antique, attribuée à l’atelier de l’arsenal de Toulon, XIXe siècle (?), bois, clous, pigments, cire, 274 x 78 x 76 cm, Paris, Musée national de la Marine, 41 OA 88.

La destination originale de cette pièce attribuée à l’atelier de sculpture de l’arsenal de Toulon, n’est pas connue. Cependant les recherches historiques et l’étude technique ont permis de mettre en évidence des pratiques en usage au sein de l’atelier au XIXe siècle.Présentant des problèmes de structure importants, elle avait été entreposée dans les réserves du musée. Les opérations de conservation-restauration ont permis de stabiliser les matériaux, de remonter la figure dans sa position originale et de contribuer à l’amélioration esthétique de la pièce (dégagement de la couche picturale, remontage des fragments, goujonages, conception d’un système de soclage).

Mémoire en ligne

 

Muzhi Wang

Zao, Wou-Ki, Fond aquatique, 1982-1984 (installation sur place en janvier 1985), mosaïque, tesselle en pâte de verre, tesselle en pierre, mortier, panneaux en fibre de bois support en métal, 194 x 758 x 12 cm. Saint-Laurent de Gosse, la Petite Escalère.

L’étude et la restauration de la mosaïque Fond aquatique, datée de 1985, particulièrement dégradée par des conditions de conservation
difficiles et ayant fait l’objet de nombreux nettoyages, nous a permis d’aborder les différentes questions relatives à la conservation-restauration des oeuvres conservées en extérieur. Au cours de ce travail, nous nous sommes interrogés sur la mise en oeuvre de cette mosaïque monumentale, pour comprendre les causes de sa dégradation. Cette recherche a été étayée par une étude de la composition du mortier utilisé, ainsi que des procédés de fabrication de la mosaïque. Il a également été nécessaire de réfléchir à sa présentation. La restauration a ainsi été orientée vers différentes conceptions de supports avec une réflexion sur les matériaux qui pourraient être utilisés en extérieur, tout en respectant l’original et les règles dictées dans le domaine de la Conservation-Restauration.

 

Olivier Steib

Calos, Nino, Mobile Lumineux 130, 1966, et Mobile Lumineux 267B (Bleu), 1970, oeuvres lumino-cinétiques, matériaux composites, Paris, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, inv.AMS 643 et AMS 651.

Ce mémoire a eu pour objet l’étude en vue de la conservation et la restauration de deux mobiles lumineux réalisés par l’artiste Nino Calos
(1926-1990). Ces deux objets sont des oeuvres lumino-cinétiques, et produisent à la surface de leur écran un effet lumineux, combinaison de lumière et de mouvement. Ces deux objets avaient grandement besoin d’être restaurés : conservés dans des conditions difficiles, ils ont subis des dégradations liées à la présence d’une forte humidité et ils étaient recouverts de mousses végétales, d’oxydes, et d’un encrassement important. De plus, il s’agit d’oeuvres réalisées avec des matériaux industriels : plastiques, contreplaqué, aluminium, pièces mécaniques, et tubes fluorescents. Le plus ancien mobile était en panne, son système lumineux ne fonctionnant plus. L’écran du Mobile lumineux 267B était fêlé, ce qui déchirait l’image de la sphère floue d’un net trait lumineux. Ce mémoire vous présentera les réflexions qui nous ont conduits à la substitution du système lumineux de Mobile lumineux 130, ainsi que la tentative de restauration de l’écran en PMMA de Mobile lumineux 267B, qui s’est également soldée par sa substitution.

Mémoire en ligne