Résumés session 2015

Morgane Poirier, Étude et restauration de deux Vierges à l’Enfant commingeoises : Vierge à l’Enfant de Castelbiague (Haute-Garonne) et Vierge à l’Enfant de Gouaux-de-Luchon (Haute-Garonne) ; étude et constat d’une Vierge à l’Enfant commingeoise : Vierge à l’Enfant de Sarremezan (Haute-Garonne), XIVe-XVe siècle, bois polychromé, éléments métalliques

Ancrées dans le paysage des vallées et des petites églises pyrénéennes, ces trois sculptures médiévales en bois polychromé ont subi tour à tour les infestations d’insectes xylophages, les attaques de champignons, les réfections plus ou moins réussies, et puis l’oubli. Leur étude a révélé une polychromie d’un intérêt incontestable pour les recherches qui se développent autour de ces œuvres. La problématique des traitements de conservation-restauration a essentiellement tourné autour du dégagement et de la consolidation, et la signification de telles opérations par rapport à deux axes de réflexion : la valeur historique et esthétique d’une œuvre qui ne revêt plus un rôle cultuel, et les choix à faire par rapport aux conditions de conservation propres aux édifices religieux. D’autres interventions ont été nécessaires, comme la stabilisation d’une des sculptures en vue de sa présentation, ou encore un nettoyage qui a exigé, à cause des altérations parfois très profondes, la complémentarité de plusieurs méthodes.

Mémoire en ligne

 

Augustin Laforêt, Étude et restauration d’un mobilier en rocaille réalisé en 1900 par Ferdinand Postel, artiste-photographe, pour le jardin de la Villa de Montaut à Villers-sur-Mer, Calvados, Basse-Normandie ; mortiers de ciment, armatures en alliage ferreux et fossiles ; exposé au Paléospace l’Odyssée à Villers-sur-Mer, Inv. V 1951.

Ce mémoire porte sur l’étude et la restauration d’un fauteuil en mortier de ciment modelé sur des armatures métalliques et incrusté de fossiles réalisé en 1900 par Ferdinand Postel (1844-1917), artiste-photographe, pour la décoration du jardin de la Villa de Montaut à Villers-sur-Mer (Calvados). Sauvé in extremis de la ruine en 1979, il a été restauré par deux membres de l’Association paléontologique de Villers-sur-Mer, et a intégré les collections municipales de fossiles exposées aujourd’hui au Paléospace l’Odyssée. S’appuyant sur l’observation minutieuse de l’objet et des documentations anciennes, notre intervention a principalement consisté à redonner une cohérence au fauteuil en remettant en valeur les parties originales dissimulées par les réparations successives. Nos recherches ont porté sur l’emploi du ciment armé dans l’art des jardins de la seconde moitié XIXe siècle, à cette époque encore expérimental, et de ses problèmes de conservation. Cette restauration pose d’une manière plus générale la question de la légitimité des anciennes interventions.

Mémoire en ligne

 

Marion Carel, Étude et restauration d’un modèle préparatoire de Charles Dupaty en plâtre et cire à modeler sur armatures métalliques : Cadmos combattant le dragon, premier tiers du XIXe siècle, Musée des beaux-arts de Bordeaux ».

Cadmos combattant le dragon est un modèle préparatoire en plâtre et cire à modeler sur armatures métalliques, réalisé dans les premières décennies du XIXe siècle par le sculpteur Charles Dupaty. Son parcours historique demeure mystérieux sur certains points. Il s’agit d’une étape intermédiaire dans le but de créer un marbre monumental, aujourd’hui conservé au Musée des beaux-arts d’Orléans. La technique de mise en œuvre nous paraît plutôt inhabituelle pour cette époque, et des recherches ont été menées sur ce point. Les altérations sont multiples, notamment en ce qui concerne la cire. L’essentiel de notre travail, outre les interventions de conservation (nettoyage et fixage de la cire, consolidation), a consisté en la remise en place des cinq fragments qui nous sont parvenus avec le modèle : la main gauche, trois fragments composant le bras droit, et le corps du dragon. La déformation de l’armature du bras droit et les déformations de la cire, ainsi que des manques relativement importants, ont posé des problèmes pour effectuer ce remontage. Nous avons notamment élaboré deux systèmes : l’un pour remettre en forme l’armature du bras droit, et l’autre pour soutenir temporairement la main droite, non jointive, afin de la replacer. Enfin, une enceinte isolée thermiquement a été conçue dans le but de remettre en forme la cire de deux fragments, notamment le corps du dragon qui, sans cette intervention, n’aurait pas pu être remis en place.

Mémoire en ligne

 

Camille Leconte, Modèle humain d’anatomie clastique du docteur Auzoux, Étude et restauration, XIXe siècle, papier mâché, papier, terre (colle de farine, carbonate de calcium, papier, fi lasse, verre, baudruche), polychromie à base de colle de vessie natatoire d’esturgeon), sans inventaire, Niort, musée Bernard d’Agesci.

Le modèle humain d’anatomie clastique, daté du XIXe siècle et conservé au musée Bernard d’Agesci de Niort, est un écorché provenant de la production du docteur Auzoux. Ce médecin normand a créé une entreprise de fabrication en série de modèles dédiés à l’apprentissage de l’anatomie comparée. Ces écorchés démontables illustrent la composition et le fonctionnement du corps humain, mais aussi ceux des animaux et des végétaux. Ils sont tous réalisés par un procédé de moulage en papier mâché avec une âme en « terre » (un mélange de colle de farine, de carbonate de calcium, de papier, de filasse et de poudre de liège) puis peints avec de la colle de vessie natatoire d’esturgeon et des pigments. Suite aux nombreuses manipulations inhérentes à sa fonction didactique et à des conditions de conservation (hygrométrie et température) variables, l’écorché présente de nombreuses altérations. Nos opérations de conservation- restauration sur la structure et la surface comprennent notamment un important travail de fi xage et de nettoyage de la polychromie très sensible et cassante. Par la suite, nous avons procédé au redressement de l’hémicorps droit et au remontage des 45 pièces sur le modèle pour qu’il retrouve un aspect proche de son état original.

Mémoire bientôt en ligne