Résumés Session 2011

Sabrina Vétillard
Deux sphynges, terre cuite, armature métallique, fibres végétales, XVIIIe – XIXe siècle ?, Amiens, Musée de Picardie, inv. Sph 1., inv. Sph.2

Les sphynges sont des sculptures décoratives en terre cuite exposées de longues années dans le jardin de l’Hôtel de Berny à Amiens. Elles sont datées du XVIIIe ou XIXe siècle. Le succès de ces modèles, maintes fois reproduits au fil du temps, témoigne d’une pratique répandue, l’estampage en terre cuite. L’état de conservation des deux sphynges est différent. La problématique liée à la conservation- restauration d’un matériau poreux, la terre cuite, très dégradée suite à l’exposition en extérieur, a été l’occasion d’étudier la dérestauration d’interventions anciennes (parties refaites en mortiers, renforts en plâtre, insertion d’une armature métallique), les techniques de consolidation, de nettoyage, de dessalement, de collage, de bouchage et de retouche. La mise au point d’une technique de bouchage réversible adaptée à des états d’altération de surface hétérogènes a été l’occasion de formuler différentes compositions.

Publication : Sabrina Vétillard, « Étude et restauration de deux sculptures de jardin en terre cuite », CeROArt [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012. URL : http://ceroart.revues.org/2613

—————————

Paul Verdier
Marionnettes traditionnelles picardes des Amis de Lafleur, bois, peinture, métaux, plumes, textiles, vers 1950, Amiens, Musée de Picardie

Représentatives d’une tradition artistique populaire à Amiens, les six marionnettes étudiées sont extraites d’un fonds donné au Musée de Picardie en 1974 par la compagnie des Amis de Lafleur. Ces marionnettes sont fabriquées à partir de bois pour la structure et les contrôles tandis que des matériaux divers : laine, chanvre, plumes, habillent les personnages. La « réderie », pratique de récupération et de remploi typiquement amiénoise, se retrouve dans le choix et l’agencement d’autres matériaux comme certaines articulations faites de tuyaux de caoutchouc et de ressorts. Chacun des personnages est donc né de la juxtaposition de matériaux variés dont l’assemblage hétérogène soulève de nombreux problèmes de conservation. Ceux-ci sont par ailleurs propres à certains objets d’art populaire dont la vocation première n’est pas muséale. En accord avec Françoise Lernout, nous avons orienté les choix de restauration en considérant comme essentiel le caractère théâtral des marionnettes selon deux objectifs :
– Historique, par la conservation systématique des traces de jeu et des réparations antérieures assurées par les marionnettistes.
– Didactique, par la mise en valeur des procédés d’animation des personnages.
Ces interventions ont été rendues possibles par la documentation recueillie, les rencontres avec des responsables de collections diverses et des marionnettistes.

——————————

Caroline Salvat
Vierge à l’Enfant, bois polychromés, XVe siècle – époque moderne, Colmar, musée d’Unterlinden, D.2003.1.1

Les observations sur la Vierge à l’Enfant ont révélé une histoire complexe. Elles ont permis d’élaborer une chronologie et des hypothèses qui expliquent l’état de dégradation dans lequel l’œuvre nous est parvenue. L’identification des bois et des indices techniques ont montré que l’œuvre avait été constituée à partir de deux sculptures antérieures dont l’origine a été située dans l’Alsace du XVe siècle par les études de la polychromie et de l’histoire de l’art. Le traitement envisagé a eu pour but de sauvegarder et de conserver la polychromie, également de rendre à l’ensemble une cohésion en vue d’une présentation muséale (fixage, nettoyage, et élaboration d’une structure pour maintenir les éléments). Déposée par Jean-Luc Echenlaub, directeur des Archives départementales du Haut-Rhin, sous le numéro D.2OO3.1.1, elle va pouvoir intégrer les collections permanentes du musée d’Unterlinden, sous la responsabilité de sa conservatrice, Pantxika De Paepe.

—————————

Lucie Courtiade
Sapho ou Le Chant, modèle de fonderie en plâtre élaboré par Raoul Vernet pour la réalisation d’un bronze luminaire monumental, plâtre, verre, alliage ferreux, fibres végétales, bois, badigeon, début XXe siècle, Musée d’Angoulême, MBAA n° 95-1-18.

Le modèle est arrivé dans les ateliers en une centaine de fragments. L’aspect « éclaté », ainsi que les altérations mécaniques et chimiques résultent de la combinaison de plusieurs facteurs : stockage pendant soixante-sept ans dans un environnement défavorable, déménagement des réserves, et probablement une chute favorisée par l’épaisseur inégale du plâtre, son faible taux de gâchage, son poids important et les altérations des armatures métalliques. Les altérations liées aux conditions anciennes de conservation, se manifestent par une désagrégation avancée du bois, la corrosion du métal pris dans le plâtre, également à l’origine des cassures d’éléments en verre et du plâtre. Le deuxième personnage de la composition, un Amour, était attribué à un autre artiste et a longtemps été séparé de l’ensemble. Il présentait d’autres caractéristiques, notamment celles d’une restauration ancienne ainsi qu’un système de présentation en acier peint permettant de l’exposer debout. La structure réalisée permet désormais l’exposition du modèle parmi les collections du Musée d’Angoulême. Le remontage a été précédé d’un traitement des armatures par voie chimique, du nettoyage superficiel, de l’élimination de graffiti et du refixage du badigeon pulvérulent. Puis il a été complété par le collage des fragments en verre et en plâtre, de bouchages et de retouches.

Publication : Lucie Courtiade, « Restauration de Sapho ou Le Chant de Raoul Verlet », CeROArt [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 19 juin 2012. URL : http://ceroart.revues.org/2596