Résumés Session 2012

Étude et restauration de deux boîtes ostéologiques
Elodie Beaubier
mémoire soutenu le 31 mai 2012

Les boîtes ostéologiques, telles qu’elles étaient présentées au Muséum national d’Histoire naturelle de Paris au XIXe, reflétaient le discours porté sur les différentes théories de «  l’évolution » de l’époque. L’ostéologie de la tête de la Carpe vulgaire et l’ostéologie de diverses têtes de la famille des Perches présentent les os du crâne dissociés d’une ou plusieurs espèces. L’état de dégradation extrême de l’une des boîtes n’en permet plus la compréhension et sa conservation s’en trouve également compromise. L’autre boîte a subi une intervention de  «  restauration  », qui est restée inachevée. Dans un premier temps, nous nous sommes posée la question du traitement des os puis les opérations de restauration se sont attachées à replacer les os dans les boîtes en respectant les principes de l’anatomie comparée. La restauration a permis de retrouver la cohérence au sein des boîtes et de développer des recherches sur le nettoyage des os anciens.

Publication : Élodie Beaubier, « Histoire d’os : Étude et restauration de deux boîtes ostéologiques », CeROArt [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 12 mai 2013. URL : http://ceroart.revues.org/3052

———————————–

Trans Europe Express, Étude et restauration d’une œuvre de Dorothée Selz
Marie Courseaux
mémoire soutenu le 31 mai 2012

Trans Europe Express, essentiellement constituée de glace royale, une préparation élaborée à partir de blanc d’œuf monté en neige et de sucre glace à laquelle Dorothée Selz a ajouté de la peinture Flashe® (acrylo-vinylique) et de la colle vinylique, présente un phénomène de brunissement important. Cette problématique inédite en matière de conservation-restauration a nécessité une étude complète de l’œuvre, aussi bien matérielle qu’historique. Le caractère irréversible de cette dégradation nous a orienté vers l’élaboration de mesures préventives visant à stabiliser l’état de conservation de l’œuvre. L’étude a permis une meilleure compréhension du processus d’altération, des intentions de l’artiste et du sens de l’œuvre qui ont déterminé les choix de restauration suivants : une retouche de la glace royale et des lichens, la réactivation du dispositif sonore, le remplacement de la cloche en plexiglas et enfin, l’élaboration de conditions climatiques et de stockage adaptées.

Publication : Marie Courseaux, « Trans Europe Express, étude et restauration d’une œuvre de Dorothée Selz », CeROArt [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 12 mai 2013, consulté le 16 avril 2014. URL : http://ceroart.revues.org/3258

———————————–

Étude et restauration de deux Modèles artificiels en plâtre polychromé : Préparations anatomiques de chimpanzé et d’orang-outang moulées sur nature
Florian Gaget
mémoire soutenu le 31 mai 2012

Les modèles artificiels en plâtre polychromé, réalisées par moulage sur nature, visaient à reproduire fidèlement les dissections étudiées au XIXe siècle afin de servir les recherches scientifiques. S’appuyant sur l’observation minutieuse des objets, le dépouillement d’archives, les analyses en laboratoire et de nombreux échanges, l’étude a permis d’apporter des informations sur les techniques qu’utilisaient les mouleurs et les peintres du Muséum national d’Histoire naturelle ainsi que des éléments sur l’histoire de ces épreuves. L’intervention de restauration a principalement consisté à retirer des réparations maladroites, effectuées dans la seconde moitié du XXe siècle (repeints, vernis, restitutions), qui camouflaient des éléments importants pour la compréhension des objets et en perturbaient le sens en uniformisant leur aspect. Les objets sont alors plus en accord avec leur lieu d’exposition, la galerie d’Anatomie comparée, qui conserve son apparence du XIXe siècle.

Publication : Florian Gaget, « Modèles artificiels en plâtre polychromé, étude et restauration », CeROArt [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 12 mai 2013. URL : http://ceroart.revues.org/3121

Mémoire en ligne

———————————–

Étude des fragments de sculpture provenant de l’église Saint-Pierre-le-Puellier, Conservation et restauration de treize fragments
Odile Le Berre
mémoire soutenu le 31 mai 2012

Cet ensemble de fragments polychromés provient du fonds lapidaire de Saint-Pierre-le-Puellier conservé dans les réserves des Musées de Poitiers. La découverte, en 1977, de ces sculptures représentatives de la statuaire poitevine sur la période XIVe – XVIe siècle s’est faite de façon fortuite. Leur caractère très altéré a été un frein à leur étude, cependant elles constituent aujourd’hui un enjeu important pour cette institution qui souhaite les exposer au public. De ce fait, les choix de restauration et de présentation doivent, eux aussi, être représentatifs en vue de la conservation et de l’exposition de la totalité des fragments, tout en conservant leur aspect archéologique. Les études et analyses préalables des pièces confiées pour restauration ont permis de mettre à jour une qualité et richesse stylistique, des procédés techniques de polychromie en adéquation avec d’autres sculptures de la même époque, mais aussi des procédés plus méconnus.

Mémoire en ligne