Résumés Session 2013

 

Manon Joubert, Étude et restauration du Christ des Rameaux, Souabe, vers 1480/ XIXe siècle (?)

Le Christ des Rameaux de Nesselwang (Allemagne, Land de Bavière actuel, circonscription de la Souabe, Landkreis Ostallgäu) en bois polychromé est daté du XVe siècle pour le Christ et du XIXe siècle (?) pour l’âne et le chariot.. Entrée dans les collections du musée de l’OEuvre Notre-Dame de Strasbourg en 1923, l’étude approfondie de la sculpture n’avait jamais été entreprise.
L’étude historique et iconographique a permis de mettre en évidence l’importance de cette pièce en tant que témoin d’une pratique religieuse significative de la dévotion médiévale et peu connue en France, la procession du dimanche des Rameaux avec une effigie du Christ, presque grandeur nature, à califourchon sur un âne.
Les observations détaillées de la mise en oeuvre du Christ révèlent que les matériaux et les techniques employés sont typiques de la sculpture allemande de cette période.
Le traitement proposé comprend des interventions de conservation sur la structure et la surface et un important travail de dégagement de la polychromie originale sur le Christ qui permet de mieux apprécier la qualité d’exécution de la sculpture.

Publication : Manon Joubert, « Étude et restauration du Christ des Rameaux du musée de l’Œuvre Notre-Dame de Strasbourg  », CeROArt [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 19 février 2014. URL : http://ceroart.revues.org/4010

 Mémoire en ligne

 

Alma Hueber,  Etude et restauration de fossiles et épreuves en plâtre  crocodiles marins du Jurassique normand, conservés au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris,

Ce mémoire porte sur l’étude et la restauration de fossiles et d’épreuves en plâtre de crocodiliens du Jurassique normand, conservés au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris. Le corpus est composé d’un crâne et d’une mandibule de Metriorhynchus superciliosus et d’un deuxième ensemble formé d’un demi-crâne de Teleosaurus cadomensis et de trois épreuves en plâtre du XIXe siècle. L’étude historique a permis de retrouver le contexte de réalisation des épreuves. Nos recherches, nos observations et les analyses ont quant à elles permis de prendre connaissance des pratiques de restauration au sein du Muséum depuis le XIXe siècle. L’état de conservation des matériaux des anciennes interventions nous a amené à proposer leur dérestauration suivi d’un nouveau montage, en prenant en considération le problème de la pyrite contenue dans les fossiles. La prise d’empreinte sur le demi-crâne a permis d’aborder le moulage dans un cadre scientifique et didactique avec la réalisation d’une restitution du rostre.

Publication : Alma Hueber, « Les crocodiles marins du Jurassique normand », CeROArt [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 19 février 2014, consulté le 16 avril 2014. URL : http://ceroart.revues.org/4023

Mémoire en ligne

 

Aline Raux, Fossiles de poisson du Monte Bolca Mere Rhombea (Angers), Seriola Prisca (Angers), Auxide Propterygius (Angers), Fossile de poisson (Angers), Urolophus crassicaudatus (Paris), calcaire, résine diterpénique, papier, métal, plâtre, Angers, Muséum d’histoire naturelle, Paris, Muséum national d’Histoire naturelle, inv. MHN An2012.0.100, MHN An2012.0.104, MHN An2012.0.108, MHN An2012.0.111, BOL 566a et BOL 566b.

Le gisement de Monte Bolca, daté de l’Éocène inférieur (soit environ -50 millions d’années), est parmi les plus importants de cette période. Ces fossiles, qui ont suscité un vif intérêt en Italie dès le XVIe siècle, ont permis d’étayer les différentes hypothèses concernant leur origine et leur formation et sont venus alimenter de nombreuses collections privées. Les spécimens qui nous ont été confiés sont issus de l’une d’entre elles, celle du comte Gazola, confisquée par les Français lors de la campagne d’Italie, puis transportée au Muséum national d’Histoire naturelle. L’intérêt de ce mémoire était de porter un regard différent sur ces fossiles, en s’intéressant tout particulièrement aux matériaux ajoutés lors de la préparation des plaques au XVIIIe siècle, auparavant peu étudiés. Dans un premier temps, le sujet de ce mémoire portait sur quatre poissons fossiles provenant du Muséum d’Angers. À la suite de leur étude, il s’est avéré que la grande majorité des ajouts relevés sur les plaques dataient de leur préparation et devaient être conservés. Les opérations de conservation et de restauration étant peu  nombreuses, il nous a semblé intéressant de compléter nos travaux par de nouvelles pièces provenant de la même collection. L’empreinte et la contre-empreinte d’une grande raie, sur lesquelles un important travail de dérestauration devait être effectué, nous ont donc été confiées plus tardivement par le Muséum national d’Histoire naturelle.

Publication : Aline Raux, « Étude et restauration d’une empreinte et contre-empreinte d’Urolophus crassicaudatus », CeROArt [En ligne],  | 2014, mis en ligne le 19 février 2014. URL : http://ceroart.revues.org/4044

Mémoire en ligne

 

Elodie Nerani, Louise-Marie Cumont, Donna X, 1985, ardoises, fers à béton, papier mâché, fils de fer, marbre blanc, pierre, grès calcaire, pastel jaune et peinture bleue, Puteaux, Fonds national d’art contemporain, inv. 10484.

Donna X a été réalisée en 1985 par Louise-Marie Cumont, jeune artiste récupérant les matériaux, les retravaillant, et les assemblant de manière intuitive. En résulte une oeuvre qui laisse une place prépondérante aux matériaux brut. Le caractère récupéré et la mise en oeuvre sont les points de départ des altérations présentes. Les éléments constitutifs incompatibles entre eux et d’autres inadaptés aux contraintes exercées ont vu leur influence accentuée par les conditions de conservation. La connaissance matérielle de l’oeuvre, en particulier l’ardoise et le papier mâché (peu courant en restauration de sculpture), ainsi que l’étude de la résistance mécanique des matériaux, ont permis d’effectuer une proposition d’intervention adaptée, qui a tout d’abord consisté en la consolidation des ardoises, du papier mâché, puis en un traitement des armatures métalliques. Restaient les importants problèmes structuraux : le fil de fer des colliers d’ardoise, remplacé, et une semelle complétée d’un support sont venus garantir l’équilibre de l’ensemble. Enfin, une caisse sur mesure et adaptée aux contraintes exercées sur les colliers a été fabriquée, permettant un conditionnement adapté à son retour dans les réserves du FNAC.

 

Rachel Debiée, Monument aux morts de Chabanais, modèle de mise aux points avant octobre 1921, Plâtre, filasse, bois, fer, cuivre, traits de crayon, Tours, Musée des beaux-arts de Tours, inv. 940-203-4

Monument aux morts de Monument aux morts de Chabanais, modèle de mise aux points de Georges Delpérier est le modèle qui a servi dans l’édification du monument aux morts en pierre de la commune de Chabanais, petite ville des Charentes, pour la commémoration et la glorification des soldats morts lors de la Grande Guerre. Le mémoire porte sur la conservation et la restauration de Monument aux morts de Chabanais, modèle de mise aux points de G. Delpérier. Le modèle est composé de trois éléments distincts et a été longtemps conservé dans les anciennes réserves du Musée des beaux-arts de Tours. La surface du plâtre s’est encrassée. Les changements d’hygrométrie ont fragilisé les armatures en bois et ont déstabilisé les éléments. Les opérations de conservation-restauration ont porté sur le nettoyage, le collage des armatures et la conception d’un socle afin de faciliter les manutentions de l’oeuvre et d’assurer de bonnes conditions de conservation au sein des nouvelles réserves du musée.