Séminaire de l’équipe de recherche

Programme Replace or remake ? a work in progress

Le 3 décembre 2014

Journée d’étude à l’école supérieure des beaux-arts TALM site de Tours : clôture du volet « a work in progress » du programme Replace or remake

avec des interventions de Marie-Hélène Breuil et  Anne Cadenet, et un focus sur la notion de « réplique d’expérience », avec des interventions de Marie-Anne Loeper-Attia, conservatrice-restauratrice, musée de la musique, Paris,  et Emilie Parendeau, artiste.

 

Mardi 14 octobre 2014

séminaire au musée d’Art moderne de la ville de Paris, à l’invitation de Dominique Gagneux : présentation de la reconstitution en cours d’une oeuvre disparue de Liliane Lijn, Liquid Reflections, 1966

 

Mardi 25 mars 2014

La Tour cybernétique de Nicolas Schöffer – projet de restauration,

Journée d’étude organisée par  l’Ecole supérieure des arts Saint-Luc à Liège

En collaboration avec INCCA-f et dans le cadre du programme de recherche Replace or remake ? porté par l’Ecole supérieure des beaux-arts TALM site de Tours

La ville de Liège a porté depuis plusieurs décennies le projet de restauration de la Tour cybernétique (1961) de Nicolas Schöffer. Une issue semble enfin se concrétiser, avec le lancement du chantier au printemps prochain. Si l’Institut du Patrimoine Wallon a joué un rôle moteur dans cette initiative, les restaurateurs n’ont été associés au projet que tardivement. Une multitude de pistes de réflexion restent cependant ouvertes, notamment en ce qui concerne la conservation des éléments démontés, la substitution de certains de ceux-ci, la conservation du cerveau électronique et un éventuel parcours muséographique. Une visite sur le site de la Tour est prévue.

IMG_2582IMG_2534

 

Programme

9h-9h30 accueil des participants
9h30 Marie-Hélène Breuil, présentation du projet Replace or remake ? (EPCC esba TALM site de Tours, C2RMF, ÉSA Saint-Luc de Liège, Capc, LPE) – présentation de la journée
10h Manon D’haenens, Introduction au projet de restauration de la Tour Cybernétique de Nicolas Schöffer
11h visite de la Tour cybernétique, du “cerveau” électronique et du poste de commande
14h Présentation de Jean-Yves Eischen (Bureau d’Architecture Greisch), gestionnaire du projet
14h30 Table ronde avec les intervenants du projet: J.Y.Eischen (Bureau d’architecture Greisch), V.Krins (Institut du Patrimoine Wallon ), Robert Stéphane (Amis de la Tour cybernétique de Liège), Philippe Hoornaert (Association Internationale des Amis de Nicolas Schöffer), ainsi que Gilles Barabant (Centre de recherche et de restauration des Musée de France) et Alain Colombini (Centre Interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine –Marseille)
15h 30 pause café
16 h Cécile Dazord, Conservation-restauration et obsolescence technologique en art contemporain
17 h Conclusions
N.B. Les communications se donnent en français, mais les interventions et discussions en anglais sont évidemment possibles.

Inscription
Inscription gratuite, mais obligatoire avant le 15 mars 2014 (les places pour la visite du cerveau et du poste de commande sont limitées).
Contact: croastluc@gmail.com
Photos on-line: http://ceroart.revues.org/3885

Adresse
École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège
Conservation-Restauration Auditoire 202
31 boulevard de la Constitution
4020 Liège – Belgique

IMG_2532

 

Vendredi 14 février 2014

Auditorium du C2RMF

suite de la présentation des études de cas : voir le compte-rendu

 

4 décembre 2013

en salle de conférence de l’Esba – Jardin François 1er – Tours

Séminaire de master : Conservation des œuvres contemporaines : actualités de la recherche

10 h 30 Gilles Barabant, Identifier, conserver, restaurer les plastiques dans les collections : bref état des lieux

Si les matières plastiques sont omniprésentes dans notre quotidien et dans les collections contemporaines, ces matériaux sont souvent peu familiers aux professionnels des musées et les protocoles de conservation restent, pour le moins, aléatoires. Pourtant, des avancées significatives ont été faites dans la connaissance scientifique depuis la fin des années 1990, avancées qui permettent même d’envisager des réponses préventives et curatives à un certain nombre de dégradations physicochimiques ou accidentelles. Le programme de recherche européen POPART (Preservation Of Plastic ARTefacts in museum collections, 2008-2012) a permis d’établir un bilan plus précis sur la situation de ces œuvres et de dresser la liste des questions prioritaires en termes de gestion muséologique comme de recherche appliquée à la conservation et à la restauration.

Il a également servi de tremplin à un certain nombre de projets de recherche plus récents portant sur les plastiques « à problèmes », comme les mousses polyuréthane, les polychlorures de vinyle ou les nitrates de cellulose.

Gilles Barabant est responsable de la filière XXe siècle-art contemporain au Centre de recherche et de restauration des musées de France. À ce titre, il travaille en partenariat avec de nombreux musées à l’étude technique et scientifique des collections et à la définition des interventions de conservation. Il a également participé au programme européen POPART, dédié à la conservation des plastiques dans les collections.

11 h 30 Cécile Dazord, Art contemporain et obsolescence technologique

Depuis le début des années 2000, une tendance lourde, qui se manifeste notamment par le biais de réseaux, colloques et publications, affirme une spécificité des problématiques de conservation-restauration relevant de l’art contemporain et une inadéquation des cadres déontologiques et des compétences existant, directement importés du modèle des beaux-arts. Peinture, sculpture, arts du feu, arts graphiques, photographie, textile, mobilier : les spécialités de la restauration n’épuisent pas le champ et achoppent essentiellement sur les matériaux synthétiques, la performance et les pratiques apparentées ainsi que sur les œuvres intégrant des matériels issus de processus de fabrication industriels et affectés par des phénomènes d’obsolescence technologique (mouvement motorisé, éclairage artificiel, film, vidéo, technologies numériques, …). À Paris, depuis 2006, le Groupe art contemporain au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) étudie les problématiques conservatoires spécifiques à l’art contemporain et plus particulièrement l’impact de l’évolution des techniques sur les collections contemporaines.

Cécile Dazord est chargée de l’art contemporain au Département recherche du Centre de recherche et de restauration des Musées de France où elle étudie l’impact des phénomènes d’obsolescence technologiques sur la conservation des œuvres contemporaines. Dans ce cadre, elle a récemment co-dirigé le numéro 37 de la Revue Technè, L’art contemporain à l’ère de l’obsolescence technologique. Avec Marie-Hélène Breuil, elle a fondé et anime INCCA-f, branche francophone du réseau INCCA (International Network for the Conservation of Contemporary Art). Elle prépare actuellement une étude et un ouvrage sur la conservation des œuvres intégrant du « néon ».

Séminaire de l’équipe de recherche Replace or remake ? a work in progress — production et conservation des œuvres contemporaines

2e volet du programme Replace or remake ? Le 1er volet a permis de mener l’étude de White Rock Line de Richard Long et d’entamer une réflexion sur la terminologie qui a donné lieu à la publication d’un article dans le numéro 17 de la revue Marges et à l’organisation, par le Capc musée d’art contemporain à Bordeaux, d’une journée d’étude le 11 octobre 2013.

L’objet de ce deuxième volet est de réfléchir au statut de la production au sein de la conservation-restauration : quelle place ? quels enjeux, quels objectifs, dans quel cas, pourquoi et comment produire à nouveau tout ou partie d’une œuvre ? Le fait de refaire ou de remplacer est généralement admis en art contemporain, notamment lorsque les matériels qui composent l’œuvre deviennent obsolètes, cependant cette pratique est insuffisamment encadrée et documentée.

Présentation des études de cas, voir le compte-rendu.