8e journées professionnelles de conservation-restauration organisées par la direction générale du patrimoine du Ministère de la Culture (29 et 30 mars 2018)

Le 29 et 30 mars 2018 sont organisées à Paris, à la Cité de l’architecture et du patrimoine, les 8e journées professionnelles de conservation-restauration. Elles sont, en cette année européenne du patrimoine culturel, consacrées à l’exercice des métiers indispensables aux mesures et actions de la conservation-restauration : formation initiale, adaptation de la formation à la réalité du terrain, évolution des pratiques, compétences requises, place des métiers dans le processus de conservation-restauration du patrimoine culturel, enjeux pour l’avenir…

Le première matinée a été notamment consacrée à un retour aux origines de la profession et à l’étude sociologique en cours. Pierre Leveau, qui a publié en 2017 avec l’aide de l’OCIM, une partie de sa thèse « L’institution de la conservation du patrimoine culturel entre l’Entre-Deux-Guerres », explique que la restauration du patrimoine connu, à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, une rapide mutation liée à des choix de société et à l’irruption des sciences de la nature dans les réseaux de conservation. De nouvelles professions ont depuis apparu comme celle de « conservateur-restaurateur » ou, plus récemment, de « scientifique du patrimoine ». Cette histoire est-elle toujours d’actualité ? Oui, car le processus qui ont fait émerger ces professions sont toujours à l’oeuvre. L’informatique et le numérique font évoluer la conservation, comme les sciences historiques et celles de la nature le firent hier ; l’accroissement des échanges et la multiplication des expositions temporaires ont aussi revalorisé le métier de « régisseur » comme le souci d’authenticité a changé celui des « restaurateurs ». Enfin, Pierre Leveau aborde le patrimoine sous l’angle économique et financier et de la problématique du développement durable et invite chacun à prendre en compte ce point de vue.

Pour en savoir plus :

Epistémologie de la conservation du patrimoine : ontologie d’un domaine, ergologie d’une discipline, thèse de doctorat sous la dir. de Jacques Morizot, soutenue le 13/12/2012 à l’université Aix-Marseille dans le cadre de l’Ecole doctorale Cognition, Langage, Education (Aix-en-Provence) : http://www.theses.fr/2012AIXM3088

Isabelle Chave, « Aux sources de l’institution internationale de la conservation-restauration du patrimoine culturel : réseaux, normes et systèmes de valeur de l’entre-deux-guerres », In Situ [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 24 juillet 2017, consulté le 29 mars 2018. http://journals.openedition.org/insitu/15280

Nous apprenons ensuite que le département de la recherche du ministère de la culture a confié à Léonie Hénaut, chargée de recherche au CNRS (Centre de sociologie des organisations, CSO, CNRS/Sciences Po) et son équipe de réaliser une étude préalable en 2017 dans la perspective du lancement d’une étude statistique socio-économique de plus grande ampleur sur les professionnels réalisant des travaux de conservation-restauration sur le patrimoine public. A partir d’enquêtes statistiques exploratoires et d’entretiens approfondis avec des acteurs institutionnels et des professionnels intervenant dans les quatre grands domaines patrimoniaux (Monuments historiques, archives, archéologie, musées), l’étude tente de comprendre les difficultés rencontrées par les professionnels selon leur profil et les points de blocage à lever. Il ressort, d’une part, que les professionnels au profils très variés coexistent sur le marché malgré la convergence des normes en conservation-restauration. D’autre part, l’organisation de la commande comme le travail des professionnels ont été déstabilisés par les nouvelles règles du marché (décentralisation, généralisation des procédures et mise en concurrence, concurrence accrue). Ont également été identifiées un certain nombre de difficultés concernant la survie économique, la situation d’emploi mais aussi les risques psycho-sociaux auxquels certains conservateurs-restaurateurs sont confrontés.

Pour en savoir plus :

Projet CORE : Le champ d’activité de la conservation-restauration des biens culturels, sous la responsabilité de Léonie Hénaud (avril-octobre 2017). https://seminesaa.hypotheses.org/10104

Léonie Hénaut et Anne-Elizabeth Rouault, « La professionnalisation de la conservation-restauration et ses limites : une analyse à deux voix », In Situ [En ligne], 30 | 2016, mis en ligne le 07 octobre 2016, consulté le 30 mars 2018. URL : http://journals.openedition.org/insitu/13856

Le programme complet :

http://www.culture.gouv.fr/content/download/182314/1993882/version/1/file/Programme8ejourn%C3%A9esprof12fev2018.pdf

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.