Conservation-restauration du patrimoine africain

Depuis plusieurs années, les étudiants en conservation-restauration des sculptures de Tours sont formés à l’étude et au traitement des oeuvres du patrimoine africain.

C’est le cas par exemple d’Aurélie Lienhard,  qui, en 2009 a soutenu son diplôme de fin d’études par la présentation du cas d’un masque cimier ou Ciwarakun en bois patiné et métal du Mali (ethnie Bamana) conservé au musée du quai Branly (Inv. 73.1962.1.20).

(phot. musée du quai Branly)

« Cette étude a permis, au regard des classifications des masques-cimiers Ciwara, d’élargir la question de son rapprochement à l’une d’entre elles par comparaisons avec d’autres pièces. Le traitement a fourni l’opportunité d’adapter les produits d’une intervention courante de consolidation aux propriétés de matériaux constitutifs particuliers et de modéliser un protocole de tests significatifs et exploitables en atelier. Suite à la consolidation et au bouchage, la corne fragilisée a retrouvé une cohésion suffisante pour sa conservation, sans subir de modification d’aspect majeure. Le Ciwarakun 73.1962.1.20, de par sa morphologie initiale, est à manipuler avec précaution mais il peut à nouveau être exposé sans risquer d’augmenter son état d’altération. » (Aurélie Lienhard, mémoire de fin d’études, p. 99).

L’objet a été acheté en 1961 à Bouaké (Côte-d’Ivoire) par Hugo Zemp pour le Musée national des arts d’Afrique et d’Océanie.

Résultat de recherche d'images pour "Bouaké côté d'ivoire carte"

https://fr.wikipedia.org/wiki/C%C3%B4te_d%27Ivoire

Ci-dessous un extrait du mémoire (p.45 à 53).

« LES ALTERATIONS :

1. FENTES ET FISSURES

Une fente est présente sous la base. Les fibres du bois se sont écartées dans le sens radial, à partir du cœur jusqu’à la circonférence, dans toute la section inférieure (fig. 43, 44, 46). Cette altération est probablement due à la dessiccation initiale du bois. Des fissures sont visibles à la circonférence de la section supérieure de la base, ainsi que sur le plan de pose (fig. 44). Les radiographies (cf. Annexe 5) révèlent une zone plus dense. Elle forme une ligne parallèle au museau et monte jusqu’au sommet de la tête, entre les cornes avant. Il s’agit probablement d’un défaut du bois puisqu’ aucune trace n’est visible en surface.

2. MANQUES ET ARRACHEMENTS

Le seul manque du Ciwarakun 73.1962.1.20 est situé à l’extrémité de la corne arrière gauche (fig. 35). En revanche, si l’on considère que le cimier est complet lorsque les décorations et l’ensemble du costume sont présents, il manque les cauris accrochés par des fils rouges, la calotte, les fibres végétales, et le cimier femelle qui l’accompagne. La discussion est ouverte à ce sujet puisque nous n’avons pu savoir si les cimiers sont conçus par deux ou bien si l’on peut former des paires « disparates ». Des coups d’outil tranchant à la base des cornes ont fragilisé le bois par incision créant ainsi de fins copeaux qui se soulèvent.Un des percements, conçu pour accrocher les parures de cauris, a subi un arrachement (fig. 45).

3. ATTAQUES ANCIENNES D’INSECTES XYLOPHAGES

Des trous d’envol, de diamètres variables, sont visibles, répartis à la surface. Ils ont été observés et répertoriés en trois groupes :• Les trous d’envol anciens ne comportant plus de vermoulure, à l’intérieur desquels le bois s’est assombri et dont le diamètre est ≤ à 2 mm (fig. 48). Ils pourraient correspondre à celui de petites vrillettes, des ptilinus ou des lyctus, l’absence de vermoulure ne permettant pas une identification plus précise.• Les trous d’envol anciens, dépourvus de vermoulure et dont le diamètre est > à 2 mm (fig. 49). Ils pourraient correspondre à celui de grosses vrillettes ou des bostryches.

4. ATTAQUES RÉCENTES DE LYCTUS

Les trous d’envol récents dans lesquels se trouve encore de la vermoulure de couleur claire et dont le diamètre est ≤ à 2 mm (fig. 50). Ils correspondent à celui des lyctus, caractérisés par un diamètre ≤ à 2 mm, une couleur de vermoulure claire, une texture de vermoulure en fleur de farine et non tassée dans les galeries10 fig. 37-42).

Cette observation a été confirmée par l’identification du spécimen trouvé sur l’objet après l’anoxie. Celui-ci a été identifié par comparaison et observation sous microscope (fig. 51-54).Les insectes de cette famille11 sont petits (2,5 à 6 mm de long) et de couleur brune (L. Linearis) ou rousse (L. brunneus). La durée du cycle est de 1 à 6 ans pour la larve, de 3 à 4 semaines pour la nymphose et de 2 à 3 semaines pour l’adulte. Peu de temps après l’accouplement, la femelle dépose ses oeufs à l’aide de son ovipositeur toujours à l’intérieur des vaisseaux du bois. Si ces deniers sont trop fins (inférieurs à 0,05 mm), le bois ne peut être infesté ; c’est d’ailleurs pour cette raison que les résineux qui n’ont pas de vaisseaux, ou les bois feuillus à vaisseaux fins, tels que le hêtre, le charme ou le peuplier ne sont jamais attaqués par le Lyctus. Dix à quinze jours après, les larves éclosent et se nourrissent uniquement de l’amidon contenu dans certaines cellules du bois. Donc, seuls les bois parfaitement secs, ayant de 8 à 12 % d’humidité, de gros vaisseaux et de fortes réserves d’amidon peuvent être infestés, tel que l’aubier du chêne, du noyer, du merisier, etc. Par contre le duramen de ces essences ne l’est que rarement12.Les altérations les plus visibles se situent sur la corne arrière, côté gauche. La pointe est lacunaire et pulvérulente. La section supérieure risque de se fracturer car elle est fragilisée par une galerie (fig. 34-35).

5. PATINE

La patine présente une bonne adhésion au support à l’exception d’un petit fragment désolidarisé (fig. 36). Son état lacunaire s’explique par son mode de mise en œuvre. La vermoulure issue de l’attaque d’insectes a été en partie déplacée hors de l’objet lors de l’anoxie. La surface est empoussiérée par une fine pellicule, et localement par des amas (fig. 51-54) importants de vermoulure. On ne remarque pas de trou d’envol dans la patine, il sont situés sur les zones de bois apparent.

LES INTERVENTIONS ANCIENNES

1. CONSOLIDATION

Le Ciwarakun 73.1962.1.20 a fait l’objet d’une intervention antérieure de consolidation locale du bois et de la patine. En effet, certains trous d’envol ainsi que les percements de la corne arrière droite sont remplis d’une matière brillante et translucide qui ressemble à une résine synthétique (fig. 47). Cette consolidation ponctuelle a comblé certains trous d’envol anciens (voir infraAltérations, Attaques d’insectes xylophages) et provoqué des auréoles brillantes autour. La nature du consolidant n’est pas connue car l’intervention n’a pas été documentée, mais une hypothèse serait celle du Xylamon®, souvent utilisé jusque dans les années 199013.

2. DÉSINSECTISATION

Plus tardivement, l’objet a été anoxié à deux reprises. La première intervention s’est déroulée dans le cadre du chantier des collections, lors du transfert des collections du MnAAO au musée du quai Branly. Tous les objets transférés ont été anoxiés systématiquement. L’historique de l’emplacement des objets, tenu à jour dans la base de données du musée du quai Branly, indique que l’anoxie a débuté le 6 mars 2003. Un constat d’état daté du 10 juin 2005 indique que lors du déballage en mai 2005, le Ciwarakun était recouvert de vermoulure ainsi que de nombreux cadavres d’insectes xylophages, et qu’un nettoyage de surface avait été demandé (Cf. Annexe 3, Constat d’état de prêt, 2005).Par la suite, l’objet, intégré à l’exposition Ciwara, chimères africaines, a continué à perdre de la vermoulure. Le Ciwarakun 73.1962.1.20 a été anoxié une seconde fois à partir du 11 mai 2007, anoxie à l’issue de laquelle ont été récupérés les insectes dont l’un à servi à l’identification (Cf. infraAltérations, Attaque récente de Lyctus). Le phénomène inhabituel de perte de vermoulure peut s’être alors reproduit. Il s’explique probablement par le fait que la vermoulure des lyctus (cf. infra, Altérations,Attaques d’insectes xylophages) ne se soit pas tassée dans les galeries. Les désinsectisations ont été réalisées par anoxie dynamique à l’azote dans un espace de traitement fabriqué en dur.

3. ÉTAT DE CONSERVATION

L’aspect extérieur du Ciwarakun 73.1962.1.20 est généralement bien préservé et l’objet semble en assez bon état de conservation. Cependant, une altération très importante concerne la cohésion du bois, fortement fragilisé par l’attaque d’insectes, et particulièrement sur les cornes arrières, de section plus fine que les autres. Sur la corne arrière gauche, la fragilité est telle qu’une légère pression fait bouger la pointe qui risque de se briser. Les trous d’envol créent également des taches claires dans la patine foncée, et certains d’entre eux ont été antérieurement consolidés par une résine14 dont les débordements brillants sont gênants. »

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search