Comprendre l’art océanien pour bien le conserver

Les étudiantes en conservation-restauration de Tours ont eu la chance de visiter avec la responsable Julie Bouillet du Carré Plantagenêt au Mans l’exposition Image’N Magie afin d’approcher les messages sous-jacents que seuls les initiés peuvent habituellement déchiffrer.

Le regard est invité à explorer des images à double sens, des figures à retournements ou des images contenues dans d’autres images, qui mettent en scène des apparitions magiques ou merveilleuses destinées à captiver.

Quelques jours après la rentrée universitaire, alors que le confinement d’automne menaçait déjà, les étudiantes en conservation-restauration des sculptures de Tours ont eu la chance de visiter le 27 octobre 2020 l’exposition Image’N Magie organisée par les musées du Mans en partenariat avec le musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Madame Julie Bouillet, responsable des collections archéologiques des Musées du Mans a présenté chaque oeuvre d’une manière passionnante en les replaçant dans leur contexte de création, en abordant la terminologie spécifique de chaque pièce et en donnant des détails sur les choix de présentation de tel ou tel objet.

L’art de la Papousasie-Nouvelle-Guinée n’est pas toujours étudié au cours des études d’histoire de l’art. Cette exposition est une occasion unique à une heure de route de Tours d’apprécier les spécificités de ces objets qui portent en eux-mêmes un usage et des messages.

Une vitrine présente par exemple plusieurs vrombrisseurs (ou rhombes) Sépik en bois. En complément de la visite, les cours ont donc débuté au sein de la formation par un cycle théorique portant sur l’histoire de ces objets océaniens et la connaissance des oeuvres emblématiques de ces peuples. L’exposition a permis un regard direct et unique sur des oeuvres conservées dans les collections publiques françaises. (Carnet de croquis de Julie Gouty)

Image

Une discussion très intéressante a porté notamment sur la question du soclage des objets, particulièrement léger

Cliché https://twitter.com/julie_bouillet?lang=fr

Grâce à feu Jean-Claude Boulard, l’ancien maire du Mans, une longue tradition de partenariat existe entre les musées du Mans et le musée du Quai Branly-Jacques Chirac. A travers un parcours géographique représentant l’Océanie, l’Afrique et l’Amérique, l’exposition présente un ensemble d’une quarantaine de pièces dont des masques africains, un hochet amérindien et deux rares toiles aborigènes issues des collections du musée. (Ci-dessous à droite : carnet de croquis de Julie Gouty)

Image

Cliché à gauche : Affiche de l’exposition qui a été prolongée jusqu’aux vacances de la Toussaint en raison du confinement du printemps 2020

La visite s’est poursuivie dans les coulisses du musée afin que les futurs professionnelles se familiarisent avec des problématiques concrètes comme celle des réserves par exemple.

(1) Photographie d’en-tête :
carnet de croquis de Juliette Badiali

 

(2) Pour aller plus loin sur le soclage : Isabel Garcia Gomez est diplômée en conservation-restauration d’objets d’art. Elle a débuté son parcours professionnel au Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren, Belgique), avant de prendre en 2010 la responsabilité du laboratoire et atelier de conservation-restauration du Musée d’ethnographie de Genève. Grâce à ses fréquentes participations à l’installation d’expositions temporaires au sein de diverses institutions, elle a pu développer un regard analytique sur les technologies de présentation des objets. (URL où consulter la publication soutenue par l’OCIM : https://fr.calameo.com/read/005777060d63131d9ba07)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search