Participation des étudiants au rendez-vous du patrimoine sur l’actualité de la restauration en région Centre Val de Loire et Pays de la Loire, organisé par le CESR en 2018

Aujourd’hui diplômés,

Théophile Doucet (https://ca.linkedin.com/in/th%C3%A9ophile-doucet-7a6333a9),
Lucie Cogné (https://luciecogne.wixsite.com/lc-cr),
Hortense Jouanjus (https://hortensejouanjus.com/)
et Marie Thorineau (https://fr.linkedin.com/in/marie-thorineau-6a5ba2135)

ont présenté le mardi 29 mai 2018 un des travaux de conservation-restauration qu’ils ont menés dans le cadre de leur cursus de formation à l’Ecole de Tours (TALM) sur deux oeuvres : le Cain de Camille Alaphilippe (1874-1939) conservé au musée des Beaux-Arts de Tours et l’Eve et le serpent de Jules Desbois (1851-1935) du musée des Beaux-Arts d’Angers.

Voir le programme de la journée ci-dessous :

Mardi 29 mai 2018

Site Clocheville, Amphithéâtre Georges Sand

9h00 : Accueil

9h15 : Introduction

9h30 – Clémentine Mathurin, Conservatrice des monuments historiques, DRAC Pays de la Loire Le constat d’état de la tenture de l’Apocalypse d’Angers

Commandée en 1373 par Louis Ier, duc d’Anjou, la tenture de l’Apocalypse est une œuvre majeure du patrimoine français et international, la plus longue tapisserie médiévale conservée dans le monde. Présentée de manière permanente au château d’Angers depuis les années 1950, l’Apocalypse fait l’objet, depuis 2015, d’un important travail d’étude conduit par la DRAC des Pays de la Loire qui éclaire d’un nouveau jour cette œuvre insigne.

10h15 – Valérie Thuleau, restauratrice du Patrimoine, et Pauline Ducom, Conservatrice des monuments historiques, DRAC Pays de la Loire

La restauration de la petite Mise au tombeau de la cathédrale du Mans, aspects techniques et scientifiques

Le groupe sculpté, dit de la petite Mise au tombeau, conservé à la cathédrale Saint-Julien du Mans s’inscrit dans l’âge d’or de la sculpture en terre cuite du Maine, de la fin du XVIe au début du XVIIe siècle. Une étude en 2005 a démontré la présence de deux couches picturales anciennes, recouvertes d’un épais badigeon blanc au plomb. Une tranche expérimentale a été lancée sur la Madeleine et une Sainte Femme, dont le dégagement a révélé un décor d’une qualité remarquable. Un comité scientifique se réunit depuis le début de cette opération pour en accompagner les étapes : les découvertes liées au dégagement et le dialogue entre historiens et restauratrice permettent de prolonger la réflexion sur l’origine et l’attribution de cette sculpture énigmatique.

11h – Hélène Gruau, restauratrice du Patrimoine, et Sophie Nicolin, ​Directrice du musée Le Carroi à Chinon

2007-2017 : 10 ans de restauration de sculptures au musée Le Carroi à Chinon

En 2007, le musée de Chinon entreprenait un chantier de restauration pluriannuel sur ses collections sculptées afin de mettre en valeur un fond artistique important dans le projet scientifique et culturel de l’établissement. L’objectif était double, sauvegarder des collections en mauvais état de conservation et réorganiser la présentation des collections autour de ce fond sculpté inédit. Hélène Gruau, restauratrice d’œuvres sculptées, a accompagné ce chantier du début à la fin, travaillant en étroite collaboration avec la conservation du musée afin d’avancer pas à pas sur chaque œuvre et sa spécificité. Au fil des années, l’œil reconnait les caractéristiques des collections du musée de Chinon, liées à son histoire locale et à son histoire dans le musée.

Déjeuner

14h – Damien Chantrenne, directeur du Musée d’Art et d’Histoire de Dreux, chef de service Musée et Patrimoine 

De la restauration à la valorisation du patrimoine local : l’exemple drouais

A la suite du récolement décennal, le Musée d’Art et d’Histoire de Dreux (Eure-et-Loir) a entrepris d’importantes restaurations. Celles-ci ont été de trois types. Tout d’abord, trois peintures ont été confiées au C2RMF (Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France) qui les ont analysées grâce à l’imagerie, puis les ont abritées durant les interventions sur le support et la couche picturale. Par ailleurs, une sculpture se trouvant dans un jardin public a nécessité une intervention sur place. Enfin, le patrimoine classé Monument historique n’a pas été oublié. En l’occurrence, une œuvre se trouvant dans l’église Saint-Pierre a été restaurée avec l’accompagnement de la Conservation régionale des antiquités et objets d’art. Ces œuvres intègrent aujourd’hui une exposition intitulée « Trésors cachés » (1er avril – 21 décembre 2018). Au sein du catalogue, les restaurateurs ont exposé leur rôle pour faire connaître les choix déontologiques et techniques qui se sont imposés à eux.

14h45 – Kiriaki Tsesmeloglou, conservatrice-restauratrice,  et Hélène Lebédel-Carbonnel, conservateur des monuments historiques, DRAC Centre-Val de Loire 

Les décors du petit théâtre du château de Valençay : étude et conservation

Valençay compte au nombre des grands châteaux meublés du Val de Loire. S’il s’agit d’un édifice majeur de la Renaissance française, ses aménagements intérieurs évoquent davantage le cadre de vie de Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838), qui l’acquiert en 1803, et de ses héritiers. Le petit théâtre à l’italienne aménagé dans les communs vers 1808-1810 fait partie des rares théâtres aristocratiques privés ayant conservé leurs dispositions et leurs décors d’origine. Cet ensemble exceptionnel a fait l’objet en 2017 d’une campagne d’inventaire, de désinsectisation et de mise en réserve, qui a débouché sur une protection au titre des monuments historiques en tant qu’objet mobilier de chacun des 94 châssis de décors, en attendant la restauration générale du bâtiment engagée en 2018.

15h30 – Théophile Doucet, élève-restaurateur, ESAD-TALM et François Blanchetière, Conservateur au musée des Beaux-Arts de Tours

Le Caïn de Camille Alaphilippe du musée des Beaux-Arts de Tours restauré à l’Ecole supérieure d’Art et de Design de Tours-Angers-Le Mans

Camille Alaphilippe est un sculpteur né à Tours en 1874, trop peu connu aujourd’hui malgré le grand intérêt de son œuvre. Il se distingua notamment dans le domaine de la sculpture en grès cérame, si prisée par l’Art nouveau. Elève de François Sicard à l’Ecole des Beaux-Arts de Tours, il poursuivit ensuite sa formation à Paris et fut lauréat du Prix de Rome de sculpture en 1898 avec Caïn après la mort d’Abel fuyant la vengeance divine. Fière de ce succès, la Ville de Tours acquit immédiatement, pour les collections de son musée, un exemplaire en plâtre. Cette œuvre a été restaurée  par Théophile Doucet en 2016-2017 dans le cadre de sa formation au sein du Cursus de restauration des œuvres sculptées.

16h15 – Lucie Cogné, Hortense Jouanjus, Marie Thorineau, étudiantes en 3e année CROS –ESAD-TALM

L’Eve et le serpent de Jules Desbois du musée des Beaux-Arts d’Angers (4e quart du XIXe siècle) : étude, conservation et restauration d’un modèle d’atelier en plâtre

Provenant du fond d’atelier de l’artiste, ce modèle en plâtre d’exécution soignée témoigne des pratiques du sculpteur angevin Jules Desbois à la fin du XIXe siècle. Il constitue le modèle en plâtre d’épreuves de série, dont un exemplaire a été édité en métal et un autre en terre-cuite. Lourdement endommagée en 1944, l’œuvre n’avait pas reçu d’intervention de restauration depuis. La problématique la plus importante concernait la conservation d’un matériau de renfort en contre-plaqué fortement altéré et fragilisé par des cycles répétés d’humidification/dessiccation et par les dégâts de la guerre. N’assurant plus les rôles originels de présentation et de protection du relief en plâtre, cet élément a tout de même été conservé pour sa valeur historique et son caractère singulier. Le traitement a consisté à trouver un compromis pour résoudre d’importants problèmes de gondolement, de déplaquage et de variations dimensionnelles obligeant à élaborer un nouveau système de support et de présentation.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search