Soutenances publiques – jeudi 28 octobre 2021

Les soutenances publiques du diplôme national supérieur d’expression plastique (DNSEP) conférant grade de master en conservation-restauration des biens culturels (spécialité Oeuvres sculptées) sont organisées le jeudi 28 octobre 2021 à 9h30 à TALM-Ecole supérieure d’art et de design de Tours.

10h00 – Laura Midy
Etude et restauration d’une stèle abydéenne en calcaire polychrome, Egypte, 1866 av. J.-C., Paris, musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes, inv. C170.
Les conservateurs responsables sont Hélène Guichard et Marc Etienne.
La stèle C170 fait partie des nombreuses antiquités égyptiennes vendues au XIXe siècle aux musées européens par de grands collectionneurs, et dont l’origine exacte est inconnue. Il est presque certain cependant qu’elle provenait d’Abydos, plus précisément d’une des nombreuses chapelles mémorielles, érigées par les pèlerins du Moyen Empire, en l’honneur d’Osiris, sur la “terrasse du grand dieu”. Elle est acquise par le Louvre en 1857 à l’occasion de la vente aux enchères de la collection de Giovanni Anastasi (1720-1857). Cette stèle possède une iconographie et une stylistique similaire à la plupart des stèles abydéennes, car ce type de production était souvent standardisé. Sa mise en oeuvre est cependant particulière, car elle est inachevée et certaines parties sont sculptées différemment ou simplement peintes.
La stèle a subi plusieurs interventions de restauration au cours du XIXe et XXe siècles notamment pour stabiliser la fracture qui la divise en deux. Ces interventions inadaptées représentent aujourd’hui un facteur d’altération. Le premier grand axe du travail de restauration-conservation a donc été la dérestauration, puis la conception d’un système de montage pérenne et sécurisé de l’oeuvre. La seconde grande problématique était le manque de lisbilité de la surface de la stèle. Un état des lieux des pratiques de conservation-restauration de ce type de surface polychromée a été mené, ainsi que de nombreux tests, afin de définir la méthode de nettoyage la plus appropriée à l’oeuvre. L’occasion de ce mémoire de fin d’étude aura permis de redonner à la stèle C170 son intégrité structurelle, facilitant son éventuel retour dans le parcours public du musée et d’améliorer sa lisibilité afin d’ouvrir de nouvelles pistes d’interprétation.

11h00 – Amélie Montreau
Etude et restauration d’une maquette d’offrande dédiée à la Sainte Mère Immortelle Céleste, Chine, XIXe siècle, Paris, Musée national des arts asiatiques Guimet, EG 1666
Les conservateurs référents sont Claire Delery et Valérie Zaleski.


L’oeuvre confiée par le Musée national des arts asiatiques-Guimet, est détachée de son contexte de création et présente une typologie relativement rare dans les collections publiques françaises. Le premier apport de l’étude matérielle concerne sa provenance et son contexte d’acquisition. En effet, le nettoyage a permis de mettre à jour un numéro d’inventaire (EG 1666) permettant d’attribuer l’oeuvre à la collection personnelle d’Emile Guimet (1836-1918), oeuvre qu’il avait acquis auprès de Florine Langweil (1861-1958) entre 1888 et 1910. L’origine géographique de l’objet et sa fonction restent encore, malgré la consultation de différents experts, assez insaisissable. L’oeuvre en forme de temple taoïste est dédiée à la déesse chinoise Bixia yuanjun, Sainte Mère Immortelle Céleste, également appelée la Souveraine de l’Aube. L’observation attentive de la pièce et l’étude des pratiques religieuses ont amené à penser qu’il s’agirait d’une maquette d’offrande.
Le temple à échelle réduite est constitué de plusieurs éléments architecturaux, parfois de petites dimensions, assemblées et pouvant être démontés. Sa mise en oeuvre emploie différents matériaux : bois, papier, textile et métal. Une polychromie aux couleurs vives et variées a été appliquée sur l’ensemble. Au cours de son histoire, l’oeuvre a connu de nombreux repeints. L’état général de conservation est préoccupant et instable. L’oeuvre est fragmentaire et dans un état de dégradation avancé. Certains assemblages sont déficients et la polychromie présente des soulèvements importants. Les altérations relevées sur la pièce sont pour la plupart évolutives. Le moindre contact engendre des pertes de matière conséquentes. Cette fragilité implique des difficultés de manipulation qui, actuellement, ne permettent par son exposition.


L’objectif principal du traitement est d’améliorer l’état de conservation de l’objet à long terme tout en respectant son intégrité. Le nettoyage de l’oeuvre a permis d’améliorer l’état sanitaire de la pièce, dont la surface présentait un empoussièrement ainsi qu’un encrassement gras très prononcés, et de redonner à l’ensemble une meilleure lisibilité. Un des défis de la restauration a consisté à proposer une méthode de remontage afin de pouvoir repositionner les fragments désolidarisés, de manière à respecter l’esprit de mise en oeuvre de la pièce. Le refixage de la polychromie ainsi que la dorure a nécessité de trouver un adhésif mate et adapté.
L’étude et la restauration de cet objet rare dans les collections publiques françaises et de belle qualité, auront permis de documenter l’oeuvre, lui auront assuré une stabilité permettant sa bonne conservation et lui auront rendu une meilleure lisibilité.

12h00 – Agathe Evette
Etude et restauration d’un Jupiter cavalier au géant, groupe sculpté en calcaire récifal, Vienne-en-Val (Loiret), IIe-IIIe siècles, musée archéologique de Vienne-en-Val, inv. 6909-1026
Responsable de la collection : Pascal Semonsut, maire de la commune


Découvert en 1969 lors des fouilles de la place de l’église de Vienne-en-Val, ce groupe sculpté gallo-romain est l’une des pièces remarquables de la collection archéologique de la commune. Anciennement installé au sein d’un sanctuaire, il a été sorti de fouilles en fragments, réutilisés comme moellons dans les fondations d’un bâtiment du haut Moyen Âge. Son état actuel très lacunaire est la conséquence de cette histoire matérielle mouvementée.
Le principal enjeu de notre intervention de conservation-restauration a été de répondre au problème d’instabilité du groupe sculpté, provoqué par le montage à vif des principaux éléments, ainsi que par le choix du support utilisé. Inadapté, il amplifiait la précarité de l’installation. Pour y répondre, une réflexion autour des méthodes d’assemblages les plus appropriées a été menée, en parallèle de la conception d’un socle sur mesure. Différentes options de collage et de goujonnage ont donc été étudiées pour parvenir à un assemblage sûr tout en permettant le déplacement de l’oeuvre.
Par ailleurs, une dérestauration des collages des plus petits éléments a été effectuée afin de redonner à chacun le meilleur positionnement possible. Enfin, un nettoyage des dépôts terreux présents sur la sculpture a permis de retrouver une meilleure compréhension des traces historiques visibles à sa surface.

Les membres du jury sont : 

Présidente Claire BETELU, Maître de conférences, UFR03 Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Docteure en histoire de l’art, Paris 1, Conservateur-restaurateur des biens culturels, spécialité peinture, diplômée du Master professionnel de Conservation-restauration des biens culturels, Paris 1
Jessica DEGAIN, Conservatrice du patrimoine, chargée des collections XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles du musée des Beaux-Arts de Tours
David GIOVANNACCI, Ingénieur de recherche, Pôle peinture murale & polychromie,
Laboratoire de recherche des monuments historiques LRMH
Jeanne THIBAUDEAU, Conservatrice-restauratrice des biens culturels spécialité œuvres sculptées
Nathalie BRUHIÈRE, Coordinatrice et enseignante à TALM-Tours mention CRBC spécialité œuvres sculptées

Les membres de la la commission scientifique pour le suivi des mémoires sont :

Benoît DELCOURTE, Conservateur du patrimoine – Filière sculpture, C2RMF – département Restauration, Paris
Hélène SUSINI, Responsable de l’atelier matériaux pierreux – Filière sculpture, C2RMF– département Restauration, Paris
Julien SIESSE, Documentaliste scientifique, Égypte pharaonique, musée du Louvre, Paris
Sophie DUBERSON, Conservatrice-restauratrice spécialité sculpture, musée du Louvre, Paris
Valérie ZALESKI, Conservatrice du patrimoine en charge d’œuvres d’obédience taoïste MNAAG, Paris
Pierre-Antoine LAMY, Responsable du service recherche et conservation – Forum Antique de Bavay direction des sports et de la culture, Département Le Nord
Jean-Michel MORIN, Responsable du service de l’archéologie préventive, Direction du Patrimoine et des Ressources Partagées – Service de l’archéologie préventive, Département Loiret
Claudette ROGER, adjoint à la culture et la communication, Vienne-en Val
Jeanne CASSIER, coordinatrice et professeure CRBC ESAD TALM-Tours
Eleonora PELLIZZI, professeure CRBC ESAD TALM-Tours, docteur en chimie
Fabien PILON, professeur CRBC ESAD TALM-Tours, docteur en archéologie et ingénieur-chercheur
Florian LE HELLO, étudiant DUT Mesures Physiques à l’IUT du Limousin en stage au CEA suivi Fabien PILON

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.