Etudiants et enseignants acteurs de la recherche en conservation-restauration des biens culturels

Une partie de l’enseignement au sein de CRBC (TALM-Tours) s’organise à la façon d’un laboratoire, centré sur les oeuvres en cours de restauration dans les ateliers à partir desquelles sont abordés les problèmes d’histoire de l’art et des collections, d’études des matériaux, de déontologie liés aux choix d’intervention, de conservation et de restauration.

De la recherche appliquée aux oeuvres sculptées 

Divers processus de recherche occupent une place centrale dans l’enseignement. L’apprentissage et la maîtrise des savoir-faire et des méthodes de la profession n’ont de sens que dans une approche interdisciplinaire. ER[cr]OS, l’équipe de recherche sur la conservation-restauration des oeuvres sculptées, constituée des membres de l’équipe pédagogique de la formation pilote différents axes de recherche. C’est une recherche appliquée à des objets d’études : pièces de diplômes et oeuvres déposées dans les ateliers pour étude et restauration.

2013-2014 : Replace or remake ? est un projet initié par Marie-Hélène Breuil (t) qui entend questionner la pratique et la déontologie du conservateur-restaurateur confronté à des oeuvres d’art contemporain. Ce projet de recherche a été prolongé par deux publications : dans la revue “Marges”, n°17 (revue du Département Arts plastiques de l’Université Paris 8) et la publication des actes en partenariat avec le CAPC-musée d’art contemporain de Bordeaux.

2017-2019 : Save Contemporary Outdoor Sculptures (SCOS)
Initié en 2017, le programme de recherche SCOS vise à répondre à plusieurs problématiques soulevées par la conservation du patrimoine sculpté contemporain en extérieur. On constate sur ce type de collections que l’obsolescence des matériaux est devenue un enjeu central et le projet SCOS entend étudier ce problème pour y apporter des réponses. L’objectif de SCOS est de sensibiliser les acteurs (commanditaires, artistes, conservateurs, scientifiques, ingénieurs, étudiants) aux enjeux de de la conservation-restauration par la mise en place d’une méthode collaborative et d’apporter des solutions concrètes applicables par les acteurs à toutes les étapes de la chaîne patrimoniale et culturelle de la conservation-restauration : les institutions gestionnaires (services publics des agglomérations, musées, propriétaires privés), les artistes, les conservateurs-restaurateurs, la commande publique notamment avec le dispositif du 1% artistique, les services techniques et communaux en charge de leur entretien, les services d’urbanisme, paysages et espaces verts, etc…

La recherche est un enjeu majeur pour la profession et son développement futur. SCOS, complètement intégré à la pédagogie, est l’opportunité de former les futurs professionnels de la conservation-restauration à la recherche au niveau européen et international et de préparer les élèves aux méthodologies et problématiques de la recherche.

2020 : Chantier – recherche sur le site CMN des Mégalithes de Carnac (Morbihan) encadré par Emilie Heddebaux (Conservation-Restauration en archéologie-Paysages de mégalithes), Guylaine Mary (Conservation-Restauration de Sculptures pour l’Institut national du Patrimoine), Jeanne Cassier (Conservation-Restauration de Sculptures pour TALM-Tours) : élaboration d’un protocole de bilan sanitaire d’après trois ensembles de mégalithes.

Bourse de recherche du ministère de la Culture pour l’étude et la restauration des oeuvres protégées au titre des Monuments historiques

Plusieurs étudiants sont soutenus par une allocation de formation et de recherche du ministère de la Culture (direction générale des patrimoines) : Mathilde Jonghmans (2017), Hortense Jouanjus (2020), Marion Benda et Anne-Gaëlle Churin (2022).

La recherche scientifique : collaboration avec les Institutions

En préalable à toute restauration, un travail d’observation et d’étude est nécessaire à la connaissance de l’oeuvre. L’étude des matériaux de l’oeuvre comme des matériaux de restauration est complétée par des analyses qui utilisent notamment les outils de l’imagerie scientifique. CRBC entretient des collaborations avec de nombreuses institutions dans le domaine des sciences et de la recherche en conservation-restauration. Le questionnement sur les oeuvres est permanent et chaque solution est expérimentée dans un aller-retour entre pratique et théorie.

2018-2019 : Recherche d’un protocole de remise en forme d’une toile encollée, peinte sur grillage métallique (“Le Monstre de Soisy”, Niki de Saint Phalle, Laurie Blachet / CRBC Tours / MNAM Pompidou / C2RMF)

Partenaires dans le domaine de la recherche appliquée : Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF), Laboratoire de recherche des Monuments historiques (LRMH), Laboratoire Arc’Antique…

Partenaires dans le domaine de la recherche scientifique : Université de Tours, Laboratoire Expertises Chimiques et Physico-Chimiques, Commissariat à l’Energie Atomique CEA Le Ripault, Centre d’imagerie médicale Léonard de Vinci Chambray-lès-Tours…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search